la cabane  • le Livre d'or  • la boîte à idées
20150413Rumex acetosa3.jpg Actualités, préfixes, code et une interview, lisez le numéro 29 de la Gazette de Vikidia ! DessinInterview.png

Émile Zola

« Émile Zola » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Émile Zola était passionné de photographie. Il pose ici, lisant « L'Aurore », en famille, vers 1900.

Émile Zola, né le 2 avril 1840 à Paris et mort le 29 septembre 1902 également à Paris, est un écrivain (et journaliste) français du XIXe siècle. Il a passé toute sa jeunesse à Aix-en Provence. Il a créé un mouvement littéraire qui s'appelle le naturalisme (cela consiste à décrire la réalité de façon très exacte, presque scientifique), inspiré du peintre Paul Cézanne avec qui il a lié une amitié durant son enfance à Aix-en Provence.

Zola a écrit de nombreuses œuvres, en particulier des romans mais également des nouvelles. Parmi les plus célèbres romans, on peut citer Germinal, L'Assommoir et Nana.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Des débuts difficiles et la recherche du succès[modifier | modifier le wikicode]

Une enfance provençale[modifier | modifier le wikicode]

Emile Zola est née le 2 avril 1840 à Paris, mais il a passé toute son enfance et son adolescence à Aix-en-Provence, car son père, François Zola, un ingénieur civil, s'y est installée afin de construire un barrage pour alimenter la ville en eau potable. Mais ce dernier meurt le 27 mars 1847 à la suite d'une pneumonie, ce qui provoque la ruine de la famille. En 1848, il est envoyer en pension où il se lie d'amitié avec Marius Roux et Philippe Solari.

Au collège Bourbon, il se lie d'amitié avec le peintre Paul Cézanne.

En 1858, il déménage à Paris avec sa mère Emilie Aubert, il déménage souvent, il entre en seconde au lycée Saint-Louis, mais il échoue en 1859 au baccalauréat et en 1860 abandonne ses études et cherche du travail.

Une carrière entre l'édition et le journalisme[modifier | modifier le wikicode]

En 1862, il devient employé au bureau des expéditions puis comme chef de la publicité chez Hachette, il y restera jusqu'en 1866, cette expérience lui fit découvrir le monde du livre et de la presse. Il se lance alors dans une double carrière commence alors dans l'édition et le journalisme. Il collabore avec de nombreux journaux en tant que conteur, chroniqueur, critique.

En 1865, il rencontre Gabrielle Meley qui devient sa maîtresse et dont il ne se séparera plus, la même année il publie son premier roman La Confession de Claude.

En 1866, Zola quitte Hachette pour vivre de sa plume, et il intensifie son activité de journaliste littéraire et publie en 1867 son premier succès Thérèse Raquin qui marque un tournant vers ce qui deviendra le naturalisme.

Un combat contre l'injustice[modifier | modifier le wikicode]

Dans ses romans, Émile Zola a toujours essayé de montrer à ses lecteurs que l'Amérique c'est dangereux. De plus, il est également célèbre pour avoir, dans l'affaire Dreyfus, défendu jusqu'au bout un homme que l'on accusait à tort. Il est aussi l'auteur de l'article J'accuse, une lettre qui s'adresse à Félix Faure président de la république française. Cette lettre paru dans le journal « L'Aurore ». Écrivain français, fondateur du naturalisme en littérature, dont l’œuvre principale est une vaste fresque en vingt volumes, racontant l’histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire. Beaucoup de livres d'Émile Zola ont été adaptés à l'écran, par exemple La Bête humaine (1939), avec Jean Gabin, et même dernièrement encore au théâtre, avec par exemple La Mort d'Olivier Bécaille, avec Rémy Dehame.

Les Rougon-Macquart[modifier | modifier le wikicode]

Les romans les plus célèbres d’Émile Zola mettent en scène les membres d'une même famille, les Rougon-Macquart. Certains personnages reviennent d'une œuvre à l'autre. On appelle ces vingt romans, le cycle des Rougon-Macquart :

  • L'Assomoir (1876)
  • Nana (1879)
  • Au Bonheur des Dames
  • Germinal (1885)
  • La bête humaine

Mort d’Émile Zola[modifier | modifier le wikicode]

Émile Zola meurt dans la nuit du 28 au 29 septembre 1902 asphyxié par le gaz de sa cheminée.

« La patrie reconnaissante »[modifier | modifier le wikicode]

Les cendres d'Émile Zola ont été transférées au Panthéon en 1908. Alfred Dreyfus était présent.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]


Lavis electric train.jpg Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.
Portail de la littérature - Les écrivains, les poètes, les romans, les bandes dessinées