Pierre de Ronsard

« Pierre de Ronsard » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Pierre de Ronsard

Pierre de Ronsard, né en 1524 et mort en 1585, est un poète français très connu et considéré comme l'un des plus importants du XVIème siècle.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Ronsard est issu d'un milieu aristocrate. Son père s'intéressait beaucoup lui aussi à la poésie1, ce qui a probablement favorisé la carrière de son fils dans ce domaine.

Ronsard devient le page (serviteur) du roi François Ier. Il fait une carrière de militaire et de diplomate (c'est-à-dire qu'il est envoyé par son roi pour communiquer avec d'autres figures politiques importantes et étrangères) ce qui lui permet de beaucoup voyager et donc d'être soumis à diverses influences, notamment italiennes.

Il a une grave maladie qui le rend demi-sourd. Cette déficience le force à changer de métier et il choisit de travailler pour l'Eglise ce qui lui offre des revenus suffisamment élevés pour vivre correctement, et lui permet de se consacrer à la poésie.

Il s'installe à Paris en 1544. C'est dans cette ville qu'il crée avec Joachim du Bellay la Pléiade, groupe d'écrivains qui se donne pour mission d'enrichir la langue française (considérée alors comme vulgaire comparée au latin) et de créer une véritable littérature. Ronsard est un grand humaniste, il fait partie des plus grands poètes de ce groupe avec Du Bellay, qui écrit en 1549 la Défense et Illustration de la langue française considérée comme le manifeste de la Pléiade, c'est-à-dire le texte qui définit son but et ses motivations.

Ronsard a tiré une partie de son inspiration de Jean Dorat qui est son maître au collège de Coqueret. Il fréquente des poètes, des humanistes, des clercs, des gens de la cour du Roi. Il a participé à l'activité de l’académie de la poésie et de la musique, créée par Jean Antoine de Baïf. Il est devenu en 1558 un poète reconnu par les rois. Comme c'est un grand humaniste, il veut une poésie inspirée de l'Antiquité avec des auteurs comme Homère ou Virgile.

Ses principales œuvres sont Les Odes, Les Amours (avec Les amours de Cassandre et Les amours de Marie), Hymnes, La Continuation des amours (où sont ajoutés Les sonnets pour Hélène), Elégies.

Il meurt en 1585.

Liens, sources et références[modifier | modifier le wikicode]

Vikiliens[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Simonin 1990, p. 29.
Portail de la littérature —  Tous les écrivains, les poètes, les romans…