Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
la cabane  • le Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent et qui font la maintenance de Vikidia. Participez vous aussi !

Armement du chevalier

« Armement du chevalier » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Images sur les chevaliers Vikidia possède une catégorie d’images sur les chevaliers.
Miniature (enluminure) d'un chevalier en arme.

Le chevalier du Moyen Âge disposait d'un armement individuel très solide. Celui-ci étant fait en grande partie de métal (l'acier), il était coûteux. Le Chevalier se payait lui-même son équipement, c'est pourquoi, s'emparer de l'armement de l'adversaire, au combat ou dans un tournoi était un de ses objectifs. Armure et armes incluses, il portait sur lui un peu plus de 30 kilos (soit, à peine plus qu'un soldat d'aujourd'hui). Toutefois, le chevalier devait être robuste, de même que son destrier, car combattre ainsi équipé, est vite fatiguant.

L'armement défensif[modifier | modifier le wikicode]

L'armement défensif permet au chevalier de se protéger des attaques de ses adversaires.

La broigne[modifier | modifier le wikicode]

C'est une tunique de tissu ou de peau. Un quadrillage de bandes de cuir, ou des plaques métalliques, des clous, des anneaux cousus la renforçaient. Elle est fendue par devant ou sur les côtés afin de ne pas gêner les mouvements des jambes. Elle couvre le torse, les bras, les cuisses, la tête grâce à un capuchon. Celui-ci est renforcé par une "cervellière" munie d'un nasal, fixée sur le capuchon.

Le haubert[modifier | modifier le wikicode]

Pour protéger son corps le chevalier revêtait une cotte de mailles ou haubert. Il s'agit une sorte de robe formée de petits anneaux de métal qui sont enlacés les uns dans les autres. Les mailles sont doublées voire triplées aux endroits les plus vulnérables. D'abord tombant à mi-mollet, au XIIe siècle elle s'arrête aux genoux. Elle couvre le cou, les mains et quelquefois la tête. La cotte de mailles est relativement souple et permet à un cavalier tombé à terre de pouvoir se relever sans aide. Elle est toutefois lourde à porter (environs 20 kilos) et il est difficile de combattre à pied en la portant. Le haubert était souvent porté au dessus d'une robe matelassée ou d'un tissu épais.

L'armure de plaques[modifier | modifier le wikicode]

Au cours du XIVe siècle avec l'introduction de nouvelles armes puissantes comme l'arbalète, le haubert sera remplacé par une armure faite de plaques de métal articulées. Cette nouvelle armure rend le cavalier très rigide mais rend l'armure bien plus facile à porter qu'un haubert. En effet tout le poids du haubert reposait sur les épaules du chevalier, ce qui le fatiguait vite. Cette nouvelle armure, bien plus performante, répartit bien mieux le poids et le dirige vers les pieds. Cette nouvelle armure, nommée Harnois, permet enfin aux chevaliers de pouvoir combattre efficacement à pied, s'ils venaient à tomber de leur cheval. À la même époque on équipe aussi les destriers de plaques de métal.

Toutefois, en France, pendant la Guerre de Cent Ans, on a cru qu'en rendant les armures plus épaisses, on arriverait à arrêter les redoutables flèches des archers anglais. Les armures peuvent alors atteindre le poids de 50 kilos (soit, plus du double de ce que porte un militaire d'aujourd'hui) ! On devait alors hisser le chevalier sur son cheval par l'intermédiaire de cordes actionnées par un treuil. Tombé à terre il ne pouvait se relever sans aide, il est alors le plus souvent capturé puis échangé contre une forte rançon (cela sera un très grand désastre à la bataille d'Azincourt en 1415). C'est en grande partie à cause de cet événement, qu'on a longtemps cru que les chevaliers étaient des guerriers lourds et maladroits, cantonnés à la cavalerie.

Le Heaume (casque)[modifier | modifier le wikicode]

Pour protéger sa tête le chevalier la dissimule plus ou moins sous un casque, le heaume. Il était d'abord conique et disposait d'un nasal pour protéger le nez. Puis il enveloppe de plus en plus la tête; vers 1200 il couvre toute la tête. Des orifices aménagés au niveau des yeux permettent de voir. Il est maintenu grâce à des lanières de cuir.

Au XIVe siècle, le chevalier porte un casque ou bassinet. À l'avant il comporte une visière mobile faite de trois pièces indépendantes, la vue au niveau des yeux, le nasal pour permettre de respirer, le ventail au niveau de la bouche.

Le Gorgerin et la Bavière[modifier | modifier le wikicode]

Le Gorgerin est une pièce de métal courbe qui se fixe en haut du plastron. Elle protège le bas du cou. La Bavière, quant à elle, protège le cou, la gorge et le menton.

Reconstitution d'une armure du Moyen Âge.

L'écu (bouclier)[modifier | modifier le wikicode]

L'écu ou bouclier permet de protéger la totalité du corps pour esquiver les coups de l'adversaire. Il est de forme triangulaire et mesure environ 1,50 m de haut et 0,50 m de large. Il est bombé vers l'extérieur. Il est fabriqué à partir de planches de bois recouvertes de cuir à l'extérieur et matelassées à l'intérieur. Il est tenu par une bande en cuir. À l'origine il était peint et décoré, ce qui permettait l'identification du chevalier porteur. Le bouclier protège le flanc gauche du chevalier. Il est porté suspendu à gauche grâce à une courroie passant par l'épaule droite.

Il est souvent renforcé, à l'extérieur par des bandes de fer qui se croisent en son centre. Ce croisement forme quatre parties (ou quartiers) qui sont à l'origine des quartiers des blasons.

Hors des combats, l'écu est porté par l'écuyer.

L'armement offensif[modifier | modifier le wikicode]

Pour attaquer son adversaire le chevalier dispose d'armes offensives.

Le glaive (l'épée)[modifier | modifier le wikicode]

Lourde, à double tranchants. Elle est faite pour couper et entailler l'armure de l'adversaire. Dans certains récits de chevalerie, les épées ont un nom, ainsi Durandal est l'épée de Roland ; Joyeuse, celle de Charlemagne ; Excalibur, celle du roi Arthur. Le pommeau est le bout de la poignée de l'épée.

Chevaliers et chevaux en armure (XVIe siècle)

Le javelot (lance)[modifier | modifier le wikicode]

C'est un long morceau de bois (le plus souvent du frêne). Elle est droite. Elle n'a pas de poignée. Le plus souvent à son extrémité avant on a fixé un fer losangé. Il n'y a pas de contrepoids à l'extrémité arrière (ce qui aurait permis de soulager le porteur car la plus grande partie du poids se trouve sur la partie de devant qui est la plus longue).

Le marteau et la masse d'arme

Ce sont des armes peu employées par le chevalier. L'Église catholique lui en interdit l'usage. Leur maniement apparaît comme peu chevaleresque. Ces armes sont surtout utilisées par les fantassins (soldats à pieds).

Vikiliens pour compléter sur les chevaliers du Moyen Âge[modifier | modifier le wikicode]

Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.
Portail des techniques — Tous les articles sur les moyens de transport, l'informatique, les outils et les matériaux…