Languedoc

« Languedoc » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Le blason du Languedoc historique

Le Languedoc est une ancienne province de la France. Le Languedoc historique était beaucoup plus étendu que l'actuelle région Languedoc-Roussillon. La future région qui regroupera le Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées correspondra en grande partie au Languedoc historique. La capitale historique du Languedoc était Toulouse. Mais au XVIe siècle la province est divisée en deux généralités avec pour chef-lieu siège des intendants, Toulouse et Montpellier.

Le Languedoc préhistorique[modifier | modifier le wikicode]

Vestiges de l'oppidum d'Ensérune

Pendant la Préhistoire, seules les plateaux calcaires des causses au nord du Languedoc ont été peuplés. La plaine du Languedoc basse et marécageuse qui est infectée par le paludisme est désertée. Dans les Cévennes vivent des bergers. Ceux-ci pendant la période chalcolithique, ont dressé des stèles sculptées représentant des guerriers portant un couteau triangulaire.

À l'âge du fer la région est occupée par des populations ibériques qui fondent l'oppidum d'Ensérune (entre Narbonne et Béziers) et s'installent dans la région avoisinante.

Le Languedoc celtique[modifier | modifier le wikicode]

Le territoire du Languedoc était occupé par des peuples gaulois : les Volces Tectosages autour de Toulouse et de Nîmes et les Volces Areocomici dans le bas-Languedoc.

Les marins grecs avaient fondé une colonie à Agde. Les légendes grecques situent les Champs Élysées dans la région. C'est du Languedoc côtier qu'Héraclès partit à la conquête des pommes d'or du jardin des Hespérides. Là aussi Héraclès avait rencontré et épousé la nymphe Galatée, qui donnera son nom aux habitants (Galates ou Gaulois).

Le Languedoc romain[modifier | modifier le wikicode]

Après les guerres puniques, dès 120 av. J.-C. les Romains s'installent dans la région et fondent de nombreuses villes. Narbonne, Nîmes sont fondées sur des sites celtiques.

L'axe routier est-ouest existant dès l'époque celtique est pavé et relié au réseau romain : c'est la via Domitia qui relie Rome à Tarragone en Espagne.

La province de Narbonnaise est créée par Auguste en 27 av. J.-C..

Les invasions germaniques[modifier | modifier le wikicode]

Pendant les invasions germaniques le Languedoc vit passer les Vandale et les Suèves en route pour l'Espagne et l'Afrique du Nord.

Les Wisigoths par contre s'installèrent durablement dans la région. Les Romains leur donnent l'Aquitaine et la Narbonnaise au titre de confédérés. Les Wisigoths fondent un royaume qui s'étend de part et d'autres des Pyrénées. Toulouse était une de leurs capitales, l'autre étant Tolède. Après sa victoire à la bataille de Vouillé en 507 Clovis élimine les Wisigoths du bassin aquitain mais ceux-ci conservent la Septimanie (approximativement le Languedoc-Roussillon actuel) ; ils y resteront jusqu'au début du VIIIe siècle.

Les musulmans venus d'Espagne font de nombreux raids en Languedoc ; en juin 721, près de Toulouse le duc d'Aquitaine Eudes arrête et détruit les armées syrio-berbère.

La Septimanie sera conquise par les Francs en 759.

Le Languedoc au Moyen Âge[modifier | modifier le wikicode]

Le Languedoc et les régions avoisinantes en 1209

Après avoir éliminé Eudes, le duc d'Aquitaine, qui nouait des alliances avec certains chefs musulmans installés au sud des Pyrénées, Charles Martel et ses successeurs les rois carolingiens, pour empêcher les raids musulmans au nord des Pyrénées installent un royaume en Aquitaine (778) et transforment la Septimanie en marche de Gothie.

Aux XIe et XIIe sièclex, le Languedoc passe par mariages et héritages nombreux sous la suzeraineté des comtes de Toulouse qui sont aussi duc de Narbonne. Mais ceux-ci doivent tenir compte de vassaux plus ou moins autonomes, comme la maison Trencavel qui possède les vicomtés d'Agde, de Béziers, de Carcassonne, de Nîmes et d'Albi. De plus les rois de France (dont relève en droit le Languedoc) et les rois rois d'Aragon, installés à Montpellier et dans le Roussillon voisin, tentent d'intervenir.

Pendant cette période le Languedoc connait la prospérité. L'activité maritime et la draperie se développent. Une brillante civilisation, différente de celle de la France du Nord se met en place. Le droit romain s'y maintient, s'y édifient de nombreux monuments d'architecture romane, la littérature occitane s'y manifeste.

La population chrétienne est divisée avec l'implantation des cathares. La croisade lancée par la papauté pour les faire disparaître, avec l'appui militaire des chevaliers venus du Nord du royaume, se traduit en fait par une guerre entre le Nord et le Sud de la France. Le Nord prend possession du pays en 1229 quand le comté de Toulouse devient l'apanage du frère du roi Louis IX. Lui et sa femme le conservent jusqu'en 1271. À ce moment-là le Languedoc est rattaché au domaine royal. La province est divisée en trois sénéchaussées, Toulouse, Carcassonne et Beaucaire, dont les responsables sont directement nommés par le roi. Le Languedoc est la première grande province qui est rattachée au domaine du roi.

Pendant la Guerre de Cent Ans, le Languedoc est soumis aux ravages opérés par les Grandes compagnies, des regroupements de soldats mercenaires sans emplois ni revenus pendant les nombreuses périodes de paix entre les rois de France et d'Angleterre.

Le Languedoc des temps modernes[modifier | modifier le wikicode]

La province du Languedoc sous l'ancien Régime

Au XVIe siècle, le Languedoc devient en partie protestant. Les Guerres de religion s'y déchainent (par exemple les massacres de la Michelade à Nîmes).

Pendant l'Ancien régime la province est en partie gérée par les États de Languedoc qui votent une partie des impôts et le financement des grands travaux (comme celui du canal du Midi). L'intendant séjournait à Montpellier alors que le parlement, créé en 1443, siégeait à Toulouse.

Le Languedoc était un pays de taille réelle, un pays de petite gabelle et, en matière de traites une des provinces réputées étrangères. C'était aussi un gouvernement militaire souvent confié à des personnages de la très haute noblesse.

La paix religieuse et civile rétablie par l'Édit de Nantes de 1598 signé par Henri IV est détruite par sa révocation par Louis XIV en 1685. Les persécutions royales contre les protestants déchainent la guerre des Camisards dans les Cévennes de 1702 à 1705. Au XVIIIe siècle la coexistence entre catholiques et protestants est difficile comme en témoignent l'Affaire Calas en 1762-1765 et l'affaire Sirven (1762-1771) où Voltaire intervint.

Au XVIIIe siècle le Languedoc retrouve une grande prospérité en particulier grâce à la culture du pastel, une plante tinctoriale (donnant du bleu) qui en fit le « pays de cocagne ».

Comme toutes les provinces françaises le Languedoc disparaît avec le redécoupage administratif de la France en 1790.

Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.