la cabane  • le Livre d'or
20150413Rumex acetosa3.jpg Actualités, astuces, statistiques et une interview, lisez la Gazette été 2018 de Vikidia ! DessinInterview.png

Wisigoths

« Wisigoths » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Une fibule wisigothique. VIe siècle. Espagne

Les Wisigoths étaient une des branches du peuple germanique des Goths (l'autre branche étant formée par les Ostrogoths). En 275 apr. J.-C. les Wisigoths qui sont installés sur les bords de la mer Noire migrent en Dacie, province abandonnée par les Romains sur la rive gauche du Danube (aujourd'hui la Roumanie). Après bien des incursions dévastatrices dans la partie orientale de l'empire romain ils se fixent dans les Balkans, puis passent en Italie où ils pillent Rome en 410. Ils continuent leur migration vers l'ouest et conquièrent le centre et le sud de la Gaule romaine, puis une grande partie de l'Hispanie romaine (sauf le Portugal et la côte atlantique de l'Espagne). Les Wisigoths sont chassés de l'Aquitaine par les Francs de Clovis (bataille de Vouillé en 507). Repliés sur l'Espagne et le sud de la Gaule (Septimanie), ils dirigent ces régions jusqu'à la conquête musulmane de 711.

Christianisé au milieu du IVe siècle, les Wisigoths adoptent l'arianisme (chrétiens qui ne croient pas à la nature divine de Jésus). Une grande partie de la noblesse wisigothique se convertit au christianisme officiel de l'Église catholique en 589 .

Origine du nom[modifier | modifier le wikicode]

La signification du nom wisigoths donné à une banche du peuple Goth est incertaine. Elle n'apparait qu'au VIe siècle dans les écrits du chroniqueur ostrogoth Cassiodore, pour faire pendant au mot Ostrogoths : les Wisigoths seraient les Goths de l'ouest (ceux alors installés en Gaule et en Hispanie), les Ostrogoths les Goths de l'est (en particulier ceux qui dominent l'Italie).

Pour des historiens plus anciens le nom viendrait du gothique Wesi ou Wisi qui signifie braves ou sages.

Origine géographique des Wisigoths[modifier | modifier le wikicode]

Migrations des Wisigoths (en rose foncé) depuis la Scandinavie jusqu'à l'Espagne

Jusqu'au milieu du IIIe siècle les Wisigoths et les Ostrogoths formaient le peuple goth. D'après les historiens d'origine gothique, les Goths seraient originaires de Scandinavie. Ils auraient migré vers la côte sud de la mer Baltique (en Pologne actuelle). De là, à partir de 175 apr. J.-C., ils remontent le cours de la Vistule , donc vers le sud en direction du Danube et de la mer Noire. Ils fondent alors un vaste empire entre la Theiss et le Don (en Ukraine actuelle) où ils cohabitent avec d'autres peuples germaniques , comme les Hérules, Les Vandales, les Gépides ... {{clr})

Les Wisigoths attaquent l'empire romain[modifier | modifier le wikicode]

Dans leurs migrations vers l'ouest les Wisigoths se heurtent aux fortifications (le limes) qui protège l'empire romain, en particulier sur le Danube.

Dès 250 ils lancent des attaques fréquentes sur la partie orientale de l'empire romain. En 251, ils dévastent la Mésie et la Thrace , régions des Balkans et tuent l'empereur Dèce qui est venu les affronter.

En 258-259, par la mer Noire et les détroits du Bosphore et de l'Hellespont (Dardanelles) ils parviennent à la mer Méditerranée, ils pillent les côtes de l'Asie mineure et saccagent Athènes.

En 269, une très importante flotte gothique pillent la Crète, Rhodes. Sur le retour ils sont battus par l'empereur Claude le Gothique et son général Aurélien à Naïssus (Niš en Serbie). En 270, l'empereur Aurélien leur abandonne la Dacie (sur la rive gauche du Danube) dont il a fait évacuer les colons romains.

Les rapports avec les Romains s'améliorent. De nombreux Wisigoths, comme d'autres peuples « barbares », peuvent s'enrôler individuellement dans l'armée romaine. L'empire romain peut également passer un accord avec un peuple en entier qui devient alors « fédéré ». Ils sont généralement installés près de la frontière qu'ils s'engagent à défendre aux côtés de l'armée romaine contre d'éventuelles attaques extérieures. C'est qui est décidé en 332. Il y a de ce fait une romanisation lente des Wisigoths.

C'est pendant leur installation en Dacie, que vers 340, les Wisigoths sont christianisés par l'évêque Wulfila qui traduit la Bible en langue gothique (c'est le premier document écrit en langue germanique). Mais les Wisigoths adoptent l'arianisme qui est considéré comme une hérésie par les autres chrétiens de l'époque.

Les Wisigoths dans l'empire romain[modifier | modifier le wikicode]

La conversion des Wisigoths au christianisme provoque des divisions. Certains regroupés autour du roi Athanaric sont restés païens, d'autres ayant pour chef le noble Fritigern ont été convertis. Les Romains vont tenter de tirer profit de ces divisions.

Les Wisigoths prennent partie dans la lutte qui oppose l'empereur romain Valens à l'usurpateur Procope. Si Athanaric soutient l'usurpateur, Fritigern a le soutien de l'empereur. Malgré sa défaite face à Valens en 369, Athanaric conserve le pouvoir.

L'empereur Valens qui autorisa l'entrée des wisigoths dans l'empire romain. Solidus en or émis sous son règne

Les Wisigoths dans les Balkans[modifier | modifier le wikicode]

La situation va évoluer avec l'arrivée des Huns dans les régions danubiennes. Ceux-ci refoulent devant eux les peuples germaniques qui viennent butter contre le limes romain. Athanaric est vaincu par les Huns en 376 et se réfugie dans les Carpathes, Fritigern obtient de l'empereur que ses amis Wisigoths entrent dans l'empire et servent comme soldats mercenaires aux côtés des Romains. D'autres groupes germaniques en profitent pour franchir le limes.

Ils s'installent en Thrace. Leur arrivée y provoquent des désordres sociaux. Les Romains ne tiennent pas leurs promesses financières aussi les Wisigoths se révoltent et tuent l'empereur Valens à la bataille d'Andrinople en août 378. En 382, l'empereur Théodose Ier doit alors accepter un nouveau traité avec les Wisigoths : ceux-ci sont admis comme peuple allié des Romains. En échange de leur aide militaire ils reçoivent des terres prises sur les domaines impériaux ou sur ceux des grands propriétaires locaux.

Profitant de leur importance militaire les Wisigoths vont alors se déplacer dans l'empire romain. En 392 ils sont en Mésie. En 395, sous la conduite d'Alaric, ils passent en Grèce et en Épire. Puis en 401, ils parviennent en Italie.

Les Wisigoths en Italie[modifier | modifier le wikicode]

Stilicon (à droite) et sa famille. Diptyque en ivoire de la fin du IVe siècle

L'empereur romain d'Occident Honorius réside à Milan puis à partir de 402 à Ravenne. Ses armées sont commandées par Stilicon un chef énergique d'origine vandale, qui est en fait le maître du pouvoir en Occident. Les Wisigoths sont battus en avril 402 à la bataille de Pollentia puis à Vérone pendant l'été 403. Alaric doit évacuer l'Italie et regagner les Balkans.

Mais en décembre 406, un bouleversement a lieu sur le limès établi sur le Rhin. Des groupes de Vandales, d'Alains, de Suèves et de Burgondes traversent le Rhin gelé et submergent la garnison romaine de Mayence. Ils se répandent ensuite en Gaule, qu'ils pillent et ravagent. Stilicon ne peut y faire face d'autant qu'un usurpateur se manifeste et se rend maître de la Gaule.

En août 408, Stilicon est assassiné sur ordre de l'empereur qui est jaloux de la puissance de son général. Le clan opposé aux Barbares est important dans l'entourage de l'empereur et les familles de 30 000 soldats wisigoths qui servaient dans l'armée romaine sont massacrées. Alaric en profite pour tenter une nouvelle invasion de l'Italie.

En septembre 408, Alaric franchit de nouveau les Alpes et assiège Rome. Les habitants affamés finissent par accepter de payer un tribut de plus de 2 500 kg d'or, 15 000 kg d'argent, 4 000 robes de soie, 3 000 peaux teintes en pourpre et 1 500 kg de poivre. Mais les Romains trainent pour payer. Aussi Alaric met une nouvelle fois le siège à Rome. Le 24 août 410, la ville est prise et pillée pendant trois jours. Pour certains cet évènement marque la fin de l'Antiquité.

Les Wisigoths en Gaule et en Espagne[modifier | modifier le wikicode]

Alaric prépare une invasion de l'Afrique du Nord lorsqu'il meurt en 410. Son beau-frère et successeurAthauf renonce à l'Afrique et se tourne vers la Gaule qui vient d'être ravagée par les Suèves et les Vandales.

En orange clair et orange foncé, les terres contrôlées par les Wisigoths vers 500

Les Wisigoths en Gaule[modifier | modifier le wikicode]

En 412, les Wisigoths entrent en Gaule. Puis, comme alliés de Rome, ils passent en Espagne où ils luttent victorieusement contre les Vandales et les Alains et repoussent les Suèves en Galice. Comme récompense l'empereur leur permet de s'établir en Aquitaine où ils occupent la vallée de la Garonne. Cependant les Wisigoths continuent à s'intéresser à l'Espagne (voir la section ci-dessous).

En 451, les Wisigoths , aux côtés des Gallo-romains et d'autres peuples germaniques établis en Gaule battent Attila, chef des envahisseurs Huns aux Champs Catalauniques en Champagne. Leur roi Théodoric Ier y trouve la mort.

En 455 les Wisigoths poussent au pouvoir impérial Avitus.

En 469, après avoir vaincu une coalition des Armoricains près de Chateauroux, les Wisigoths s'emparent du Berry. Mais leur tentative de conquête vers l'Armorique échoue devant la résistance de la population. Leur conquête de l'Auvergne est aussi difficile. Cependant, en 475, l'empereur Julius Nepos accorde l'Auvergne aux Wisigoths en échange de la Provence. En 476, lorsque Romulus Augustule, le dernier empereur romain, est déposé par le Germain Odoacre, Euric, chef des Wisigoths s'empare de la Provence.

Les Wisigoths contrôlent alors la Gaule au sud de la Loire (en plus de l'Espagne), ils installent leur capitale à Toulouse. Ils resteront maîtres du pays jusqu'à leur défaite de 507 contre les Francs de Clovis.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Royaume wisigoth d'Aquitaine.

Les Wisigoths en Espagne[modifier | modifier le wikicode]

Couronne votive wisigothique dite de Receswinthe. Trouvée près de Tolède

Les Wisigoths venant de la Gaule, entrent en Espagne en 416. Ils y ont été envoyés par les Romains pour lutter contre d'autres peuples germaniques qui s'y sont installés à la suite de leur déferlement en Gaule en 406. Les Wisigoths éliment les Vandales mais ne parviennent pas à détruire totalement la puissance des Suèves qui se maintiennent en Galice et au Portugal. Vers 470 les Wisigoths sont les maîtres de la plus grande partie de la péninsule exceptés le Pays Basque et la Cantabrie où les populations indigènes hispano-romains conservent leur indépendance.

À la suite de la défaite contre les Francs et les Burgondes à Vouillé en 507, les Wisigoths qui perdent l'Aquitaine se maintiennent en Espagne et font de Tolède leur capitale. La tentative des Francs de les conquérir échoue en 541 à Saragosse.

En 585, le roi Léovigild met fin au royaume suève. Il réalise ainsi l'unification de l'Espagne. En 587, le roi Récarède Ier abandonne les croyances religieuses ariennes et se convertit au christianisme officiel. Dès 589, le catholicisme est la seule religion autorisée en Espagne, cependant l'arianisme se maintient dans la clandestinité. À partir de 681, le trône wisigothique est disputé entre plusieurs groupes. En 709, la déposition du roi Wittiza par Rodéric déclenche une guerre civile. Mais en 711, les troupes Arabo-berbères venues d'Afrique du Nord pénètrent par le sud en Espagne. En quelques années elles vont la conquérir mettant fin à la domination wisigothique.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Espagne wisigothique.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  • [1] Wikipedia sur les Wisigoths
  • [2] Wikipedia sur les Goths
  • [3] Wikipedia sur Alaric
  • [4] Wikipedia Sur Stilicon
  • [5] Larousse sur les Wisigoths
  • [6] site académique sur les Wisigoths
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.