la cabane  •  le Livre d'or  •  la boîte à idées

Adolf Hitler

« Adolf Hitler » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : Navigation, rechercher
Adolf Hitler. Il porte au bras le symbole de son parti, le parti nazi.

Adolf Hitler, né en 1889 et mort en 1945, est un homme politique allemand. De 1933 à 1945, en tant que Führer (chef ou guide) du peuple allemand, il a dirigé l'Allemagne et a été le maître absolu du IIIe Reich. Appliquant les idées qu'il a exposées en 1924 dans son livre Mein Kampf (Mon combat), il fait de l'Allemagne un État dictatorial qu'il domine avec l'aide de son parti, le NSDAP. Il terrorise les Allemands en créant plusieurs organes policiers et met en place un État totalitaire qui contrôle la population. Il développe une politique raciste en décidant d’actions violentes contre les Allemands de religion juive, puis, à partir de 1942, la destruction physique de tous les Juifs d'Europe. Considérant les Allemands comme la race des seigneurs, il veut leur donner « l’espace vital nécessaire » à leurs besoins. Pour cela, il se lance dans une politique de conquêtes qui va déclencher la Seconde Guerre mondiale.

Jeunesse[modifier]

Adolf Hitler est né le 20 avril 1889 à Braunau-am-Inn, en Autriche. Il est le fils d'Alois Hitler et de Klara Pölzl (et le quatrième de six enfants).

Il est un élève plutôt médiocre à l'école à partir de la Realschule1. Il refuse de devenir fonctionnaire, comme son père le désirait pourtant. Tôt orphelin, il part à Vienne pour tenter d'entrer à l'Académie des beaux-arts. Il échoue par deux fois en 1907 et 1908. Il se met alors à faire de petits métiers en tous genres et vit dans la misère pendant cinq ans avant de s'enfuir en Allemagne, à Munich.

1913-1918[modifier]

Hitler s'engage dans l'armée allemande, dans le régiment stationné à Munich, en 1913. Il y servira pendant la Première Guerre mondiale où il sera nommé caporal. Il est estafette : il transmet les messages entre les différentes positions. Il reçoit la Croix de fer de première classe, l'équivalent allemand de la Légion d'honneur française. Blessé au gaz moutarde en Belgique en 1918, il est rapatrié en Allemagne pour y être soigné.

Agitateur politique pendant la République de Weimar[modifier]

Hitler, blessé, est donc en Allemagne au moment de la défaite. De son lit d'hôpital, il assiste à la révolution allemande de 1918, le 9 novembre 1918, qui renverse le kaiserPrécision Guillaume II et permet la négociation des conditions de l'armistice du 11 novembre 1918.

Dans un livre intitulé Mein Kampf (qui veut dire Mon Combat en français), il déclare être persuadé que le travail de la lutte allemande a été sapé de l'intérieur, notamment par les Juifs et les socialistes.

Hitler est démobilisé en 1919. L'Allemagne est devenue une république : la (République de Weimar). La vie politique y est très agitée. Il est recruté par l'armée comme agitateur politique de tendance nationaliste. En 1919, il adhère à un parti d'extrême droite, le DAPPrécision puis, en 1920, il en devient le chef et change alors le nom du parti pour le renommer NSDAPPrécision. Comme il est très bon orateur et qu'il est favorisé par la crise économique qui ravage l'Allemagne depuis 1923, le nombre d'adhérents du parti augmente très vite. Soutenu par un héros de la guerre, le général Ludendorff, il tente un coup d'État le 8 novembre 1923 à Munich, mais celui-ci échoue. Hitler, condamné à cinq ans de prison, n'y restera que treize mois (il en profitera pour écrire Mein Kampf). Son parti est interdit.

À sa sortie de prison, il réforme son parti, ayant changé sa vision de la manière dont il doit prendre le pouvoir : il veut se faire élire. Mais de 1928 à 1929, le succès n'est pas de son côté, car la reprise économique est forte en Allemagne du fait de très importants investissements financiers américains. Cependant, son parti profite des très grandes difficultés économiques et sociales liées à la crise économique de 1929. Hitler promet aux Allemands de résoudre tous leurs problèmes. Aux élections de 1930, son parti rencontre un grand succès, Hitler devient ministre dans le gouvernement fédéral du Brunswick. Il obtient la nationalité allemande en 1932. En avril 1932, il se présente aux élections présidentielles contre le maréchal Hindenburg. Hitler obtient plus de 13 millions de voix (près de 37 % des votants). Aux élections législatives de juillet 1932 (pour élire les députés qui votent les lois), le NSDAP obtient un grand nombre de voix mais, aux nouvelles élections législatives de novembre 1932, le parti recule en voix et en sièges de députés. En janvier 1933, avec l'appui des partis de la droite allemande, Hitler est nommé chancelierPrécision. Le 2 août 1934, le maréchal Hindenburg, président de la République allemande, meurt. Le poste de président de la République est supprimé. Hitler reste le seul chef.

Le Führer[modifier]

Le 2 août 1934, Hitler devient le seul chef de l'Allemagne nazie2. Il se déclare alors Führer (guide) du peuple allemand et prend pour devise Ein Volk, ein Reich, ein Führer (« un peuple, un empire, un guide »). Selon son programme exposé dès 1923 dans son livre Mein Kampf, il veut annuler le traité de Versailles de 1919. Il désire également réunir toutes les populations d'origine germanique pour former une seule communauté (ein Volk) dans un seul pays (ein Reich). Les peuples germaniques sont considérés comme les plus purs représentants d'un peuple mythique, les Aryens. Ils doivent disposer d'un « espace vital » (Lebensraum) suffisant pour exprimer le « génie de la race ». Cet espace devra être conquis à l'Est, aux dépens de la Pologne et de l'Union soviétique, où habitent des peuples d'origine slave qu'Hitler considère comme des peuples inférieurs.

À partir de 1934, Hitler dispose d'un pouvoir absolu. Il organise un État policier qui réprime durement les opposants politiques. Le Reich est un État totalitaire où les individus sont soumis à l'État nazi. Cet État est raciste. Pour « purifier » les Allemands de leurs éléments jugés non-conformes aux idées nazies, Hitler organise la persécution des Juifs, une politique qu'il étendra à l'Europe tombée sous sa domination au cours de la Seconde Guerre mondiale. Cette persécution aboutit à un génocide (la Shoah).

En vue des conquêtes et des affrontements prévisibles avec ses voisins, Hitler remilitarise l'Allemagne, ce qui lui permet de lutter avec succès contre le dramatique chômage résultant de la crise économique de 1929. En 1938, Hitler devient le chef suprême des forces armées allemandes. Il impose ses vues aux militaires de carrière souvent effrayés par les audaces de leur chef, puis stupéfaits des succès qu'il rencontre (au moins jusqu'en 1942).

Tout d'abord, il annexe l'Autriche et une partie de la Tchécoslovaquie. En septembre 1939, il s'attaque à la Pologne : par le jeu des alliances entre les pays d’Europe, c'est le début de la Seconde Guerre mondiale. Hitler ne pensait pas que l'Angleterre lui opposerait une résistance déterminée. Il sous-estimait l'état d'esprit (en faveur de la liberté) des dirigeants américains et méconnaissait les effets d'une possible intervention militaire des États-Unis.

Jusqu'en 1941, Hitler ne connaît que des victoires : il envahit, entre autres, la France, la Belgique, les Pays-Bas. Il est arrêté près de Moscou. À partir de 1942, les Alliés, c'est-à-dire les Américains, les Anglais, les Soviétiques, les Canadiens et une partie des Français (la France libre), reprennent l'avantage et finalement triomphent.

En 1944, les Alliés débarquent en France et se dirigent vers l'Allemagne, qu'ils envahiront en 1945. En avril 1945, les Soviétiques entrent dans Berlin. C'est la défaite totale pour les nazis. Hitler se réfugie dans le bunker de la chancellerie (le Führerbunker) avec Eva Braun, qu'il épousera le 29 avril 1945. Il se suicide le lendemain de ce mariage, le 30 avril 1945 vers 15 heures 303, avec son épouse : celle-ci s’empoisonne avec de l’acide prussique4 tandis que Hitler se donne la mort d’une balle de pistolet dans la bouche (on retrouvera ce pistolet à ses pieds). Leurs dépouilles sont brûlées par des fidèles (conformément aux vœux de Hitler).

La « solution finale »[modifier]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Shoah.
Camp de Buchenwald.
Civils qui transportent les corps des victimes, à la Libération

Adolf Hitler et les dirigeants nazis ont commis l'un des plus grands crimes contre l'humanité. Hitler pense, comme il l'a écrit en prison dans Mein Kampf, que le peuple allemand est supérieur aux autres peuples, qui doivent être soumis à l'autorité allemande. Il pense aussi que le peuple allemand doit être « purifié » des Juifs, des Tsiganes, des homosexuels, etc.

Hitler met en place une police secrète, la Gestapo, pour poursuivre et arrêter ces personnes et les opposants au pouvoir. Ceux-ci sont ensuite déportés dans des camps de concentration ou des camps d'extermination. Ils sont tués par millions : c'est ce que l'on appelle la Shoah. On estime à six millions le nombre de Juifs et à un million le nombre de Tsiganes exterminés pendant l'époque nazie.

L'organisation industrielle des « camps de la mort » applique à la solution finale une logique de productivité maximale : tout est mis en place pour que le plus grand nombre possible de gens (Juifs, Tsiganes...) meurent en un temps très court, et pour un coût peu élevé. C'est ainsi que les victimes sont assassinées par gaz d'échappement, enterrées vivantes, asphyxiées par des gaz toxiques et faciles à produire (le zyklon B)… Pour limiter les coûts de main-d'œuvre, les victimes enterrent ou brûlent les cadavres des victimes précédentes avant d'être assassinées elles-mêmes. C'est pour ces raisons que la mise en œuvre de la solution finale voulue par Adolf Hitler constitue un génocide et un crime contre l'humanité.

Lien externe[modifier]

La Seconde Guerre mondiale : De Nuremberg à Nuremberg

Notes et références[modifier]

  1. Un des types d’écoles en Allemagne et en Autriche, comparable en France à un collège-lycée (9 ans d’études) menant à baccalauréat professionnel. Plus d’informations sur la Realschule ici
  2. « Nazi » est la contraction de « Nationalsozialistische », comme dans NSDAP.
  3. http://agora.qc.ca/thematiques/mort.nsf/Dossiers/Adolf_Hitler
  4. Ancien nom de l’acide cyanhydrique, un poison qui empêche les cellules d’utiliser le dioxygène présent dans le sang et qui cause donc très rapidement la mort.


Drapeau de l'Allemagne.svg Portail de l'Allemagne - Tous les articles sur l'Allemagne.
Icone chateau.png Portail de l'histoire - De la préhistoire et l'Antiquité jusqu'à l'époque contemporaine