Haut-Rhin-Niedermorschwihr.jpg
Kitesurf près de Rabat - Maroc.jpg

la cabane • le Livre d'or

Bonnes vacances ! Ramenez des photos !

Allemand

« Allemand » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Connaissance de l'allemand dans l'Union Européenne et quelques pays voisins.

L'allemand est la langue la plus parlée dans l'Union européenne. C'est une langue officielle en Allemagne, en Autriche, en Suisse, au Liechtenstein, au Luxembourg, en Belgique et dans le Nord de l'Italie. On le parle aussi dans d'autres régions du monde comme, par exemple, le Brésil ou la Russie. Il fait partie des langues germaniques, c'est-à-dire des langues parlées au centre de l'Europe, en Scandinavie et dans les pays européens du Nord-Ouest.

Cette langue est donc apparentée à l'anglais, au néerlandais et aux langues scandinaves : danois, norvégien, suédois, islandais.

Une personne dont la langue est l'allemand est un, ou une, germanophone. Ce mot s'utilise également comme adjectif ; exemple : les cantons germanophones de la Suisse.

Prononciation[modifier]

Un texte de Goethe en allemand

En allemand, toutes les lettres se prononcent. La prononciation diffère cependant de celle du français :

  • le u se prononce /u/, comme dans « poule » ;
  • le ä se prononce /ɛ/, comme dans « pelle » ;
  • le ö se prononce /œ/ (bref) ou /ø/ (long), comme dans « œuf / œufs » ;
  • le ü se prononce /y/, comme dans « pull » ;
  • le z se prononce /ts/, comme dans « tsunami » ;
  • le j se prononce /j/, comme dans « youp » ou « brillant »
  • le sch se prononce /ʃ/ comme dans « chat » ;
  • le w se prononce /v/, comme dans « veau » ;
  • le v se prononce /f/, ainsi viel (« beaucoup ») se prononce-t-il comme « fil »(
  • la lettre composée ß (qui s'obtient par Alt+225) se prononce /s/ : muß (nouvelle orthographe : ich muss) se prononce comme « mousse » (ich muß = « je dois »). Il ne faut pas la confondre avec la lettre grecque bêta, β ;
  • le ch se prononce /χ/ (comme un « r sourd » : creuser) après a, o et u ; après i, e, ä, ö, ü et une consonne, il se prononce /ç/ (sorte de « ch » plus en avant de la bouche) ; avant s, il se prononce /k/ : wachsen (« croître ») se prononce comme dans « vaccin ».
  • le g se prononce comme dans « gain » en début et milieu de mot et /k/ ou /ç/ en fin de mot. Ainsi, gültig (« valable ») se prononce un peu comme « gultich » ;
  • le [e] en fin de mot et dans un préfixe, bien que très discret, se prononce, contrairement au français (Schuhmacher, Straßburger, Dame ; ver-, zer-, be-, ge-) ;
  • eh et ee se prononcent éé (Lehrer, leer);
  • e, quand il n'est pas en fin de phrase ni dans la dernière syllabe, se prononce è en syllabe fermée (lernen, er[-], es) ou é en syllabe ouverte (lesen, Esel, Wesen)
  • Il existe quelques exceptions pour des mots provenant d'autres langues.
  • Les sons étrangers au français sont le [h], le [r] sourd s'écrivant ch, le [ch] doux, le [s] doux.
    • Le [r] sourd, traditionnellement prononcé avec plus d'insistance que le [r] français, se prononce actuellement plutôt comme le [r] français (route) : Achtung.
    • Le [ch] doux se prononce à mi-chemin entre le [h] prononcé et le [ch] dur (château) : Märchen (le [ch] français = le [sch] allemand = le [sh] anglais).
    • Le [s] doux se prononce à mi-chemin entre le [s] dur (samedi) et le [z] français (zoo) : Sonne.
  • Il y a trois sortes de [s] en allemand : le [s] dur (pouvant s'écrire ß) de samedi, le [ts] de zoo, et le [s] doux, presque [z], de Sonne.
  • Les voyelles et sons composés de voyelles sont tous connus en français ; cependant, pour les sons composés de voyelles, il faut prendre l'habitude de prononcer un son plutôt que deux.
  • On attribue souvent beaucoup de consonnes sourdes à l'allemand (Che fais m'amusser tehors ; ponne chournée !), mais en dehors du [j] de Jeux, l'allemand utilise tous les sons des consonnes sourdes et sonores françaises ("Wo sind die bösen Tiere ?" se lit "Vo s(doux)ind dii beuzen tiire ?" : présence des sons [v], [d], [b], [z] français), et même davantage (par exemple les sons doux ch et s). Le son [j] est néanmoins utilisé pour les mots empruntés, comme les mots Job ou Journalist. Ces préjugés viennent du fait que l'allemand fait moins de différence que le français entre les consonnes sourdes et les consonnes sonores.
  • Note: les " trémas " sont en réalité des inflexions que l'on dit umlaut.

Base de vocabulaire[modifier]

Liste d'ingrédients composant un jus d'orange. Le texte en allemand est encadré de rouge

Que dire si lors d'un voyage dans un pays germanophone quelqu'un vous salue ou si vous désirez entrer en contact avec les gens du coin ? Voici quelques mots simples :

  • Bonjour : Guten Tag ; Salut ! : Hallo ! ;
  • Au revoir : Auf Wiedersehen ;
  • Comment ça va ? : Wie geht’s ?, Wie geht es dir ? ;
  • Merci : Danke (prononcer le e final) ;
  • Pardon : Entschuldigung ou tout simplement Pardon ;
  • Parlez-vous français/anglais ? : Sprechen Sie Französisch/Englisch ? (prononcer chprechen zi frantseuzich) ;
  • Je ne parle pas l'allemand : Ich spreche kein Deutsch ;
  • D’accord : einverstanden (prononcer aïnferchtannden) ;
  • voir : sehen ;
  • bien aimer : mögen, ou la forme [verbe] + gern : « J’aime voyager » = Ich reise gern (prononcer ich raïseu guèrn) ;
  • vouloir : ich will ou (plus poli) ich möchte (subjonctif passé de mögen) : « Je voudrais (j’aimerais bien) une glace » = Ich möchte ein Eis (prononcer ich meuchte aïn aïss) ;
  • aller : gehen (à pied), fahren (en véhicule) ;
  • 1 : eins (prononcer aïnss) ;
  • 2 : zwei (prononcer tsvaïe) ;
  • 3 : drei (prononcer draïe) ;
  • 4 : vier (prononcer fihr) ;
  • 5 : fünf (prononcer funf) ;
  • 6 : sechs (prononcer zèks) ;
  • 7 : sieben (prononcer ziben) ;
  • 8 : acht (prononcer arte) ;
  • 9 : neun (prononcer noïn) ;
  • 10 : zehn (prononcer tséhn) ;
  • 11 : elf ;
  • 12 : zwölf (prononcer tzveulf) ;
  • 13, 14, … 19 se composent comme en anglais (unité + zehn) : ainsi dreizehn, vierzehn, fünfzehn, sechzehn, siebzehn, achtzehn, neunzehn ;
  • 20, … : zwanzig (20), einundzwanzig (21), zweiundzwanzig (22), … dreißig (30), vierzig (40), fünfzig (50), … (ein)hundert (100), zweihundert (200), … tausend (1000), etc.

Grammaire[modifier]

L'allemand est souvent considéré comme difficile par les francophones, parce que sa grammaire diffère sensiblement de celle du français.

Certaines parties d'une phrase ne se trouvent pas au même endroit qu'en français. Par exemple :

Heute habe ich ein Kind gesehen.
Aujourd'hui, j'ai vu un enfant.

Si l'on devait traduire la phrase telle quelle en français, cela donnerait « aujourd'hui ai je un enfant vu ». On voit que le pronom « je » et le verbe « avoir » sont inversés. La ponctuation et les majuscules ne sont également pas utilisées de la même manière.

Contrairement au français, l'allemand n'a pas que les genres masculin et féminin ; il a aussi le « neutre ».

Une autre différence par rapport au français est la présence de plusieurs cas : nominatif (sujet et attribut du sujet), accusatif (complément d'objet direct), datif (complément d'objet second), génitif (complément du nom). C'est ce qu'on appelle la déclinaison (ou flexion nominale).

Les articles et les adjectifs se déclinent de manière différente selon la fonction qu'ils ont dans la phrase ou encore selon le genre du nom qu'ils déterminent. Par exemple :

  • après la préposition mit « avec », on doit utiliser le datif : « avec un chien » s'écrira donc « mit einem Hund » (la partie en vert correspond à l'article).
  • par contre, dans la phrase, « un chien est là », on écrira « Ein Hund ist hier », car « un chien » est le sujet de la phrase ; on utilise donc l'article indéfini masculin au nominatif.

Conjugaison[modifier]

Pronoms personnels :

  • Ich = Je ;
  • Du = Tu ;
  • Er = Il ;
  • Sie = Elle ;
  • Es = Il, elle (pronom neutre) ;
  • Wir (prononcer « vir ») = Nous ;
  • Ihr = Vous (à un groupe de personnes, si l'on tutoie chacune d'entre elles ; par exemple un groupe d'enfants) ;
  • Sie = Ils, elles ;
  • Sie (toujours avec une majuscule) = Vous, pour la formule de politesse.

La plupart des verbes, à l'infinitif, se finissent par « -en ». Très souvent, pour les conjuguer, il suffit de :

  1. prendre l'infinitif ; exemple : wohnen (habiter) et enlever « -en » ;
  2. rajouter la marque des personnes : ich wohne ; Du wohnst ; er, sie, es wohnt

Cependant, certains verbes sont à retenir, car ils ne se conjuguent pas tout à fait de cette manière, par exemple mögen (aimer) :

  • Ich mag ;
  • Du magst ;
  • Er / Sie / Es mag.

Comme mögen, cinq autres verbes se conjuguent au présent par changement de radical au singulier et suppression de la terminaison à la première et à la troisième personne du singulier : ils se nomment verbes de modalité (sollen, wollen, können, mögen, müssen et dürfen) tandis que wissen, sans être considéré comme verbe de modalité, se conjugue comme ceux-ci.

Comme finden (trouver), certains verbes ont un e intercalaire à la deuxième personne du singulier (avec du) et du pluriel (avec ihr), ainsi qu’à la troisième personne du singulier (avec er, sie ou es) ; par exemple, du findest (au lieu de du findst) et er findet (au lieu de er findt). Ensuite cela se conjugue normalement : ich finde, wir finden, …

Les marques des personnes :

  • Ich : -e ;
  • Du : -st ;
  • Er, Sie, Es : -t ;
  • Wir : -en (c'est comme le verbe à l'infinitif) ;
  • Ihr : -t ;
  • Sie : -en.
Portail des langues - Tout sur les langues et la linguistique