Sioux

« Sioux » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Groupe de sioux vers 1845
Strikes With Nose (« Frappe avec le nez »), chef Sioux Oglala, en 1899.
Robe de femme

Le mot sioux désigne des tribus amérindiennes. Le mot désigne aussi la langue de ces trois peuples (lakota, nakota et dakota). Les Sioux avaient conquis un vaste territoire dans le centre-nord des États-Unis actuels.

Ce terme a été repris par les Français au XVIIe siècle, et ensuite adopté par les Sioux eux-mêmes. Aujourd'hui ils préfèrent réutiliser le nom d'origine (lakota, nakota ou dakota). Les Sioux s'appelaient entre eux « Le Peuple des Sept Feux ». Ce peuple se divise en nombreuses tribus :

  • les Dakota qui comprennent quatre groupes au Dakota et au Minnesota
  • les Nakota qui comprennent aussi quatre groupes au Dakota du Sud, au Montana et en Alberta
  • les Lakota qui comprennent sept groupes aux Dakota du Sud et du Nord.

Contacts avec les Européens[modifier | modifier le wikicode]

Porte-bébé
Coiffe

Les Français, venus de la Nouvelle-France (Est du Canada actuel) furent les premiers Européens à rencontrer les Sioux, dans les régions voisines des Grands Lacs dans les États actuels du Minnesota et du Wisconsin, dans les années 1670-1680.

Les Sioux étaient alors sédentarisés en de gros villages ; ils pratiquaient la culture du maïs, celle du riz sauvage et la chasse aux bisons.

Ils commencèrent ensuite leur migration vers l'ouest. Ce mouvement au-delà du Mississippi était également motivé par l'abondance du bison dont la chasse était facilitée par l'apparition du cheval (introduit en Amérique par la conquête espagnole du Mexique, au XVIe siècle).

Au cours du XVIIIe siècle, les tribus sioux se constituèrent un véritable « empire » dans l'Ouest. Pressés par des tribus possédant déjà des fusils, ils se déplacèrent à nouveau plus à l’ouest, poussant devant eux des tribus plus petites comme les Cheyennes.

À l'arrivée des pionniers (colons américains) dans les Grandes Plaines, dans les années 1830-1840, les Sioux occupaient ainsi un vaste territoire qui s'étendait depuis le Missouri jusqu'aux actuels États du Dakota du Nord et du Dakota du Sud, ainsi que sur une partie du Wyoming et du Nebraska : c'est-à-dire tout le centre nord des États-Unis actuels. Dans cette conquête, la Confédération sioux s'est alliée avec d'autres tribus. Cette union dura tout au long du XIXe siècle, ainsi les Sioux étaient la puissance militaire la plus imposante des plaines du Nord.

Les relations violentes des Sioux avec les conquérants de l'ouest américain[modifier | modifier le wikicode]

Chefs indiens en 1875, dont les Sioux Red Cloud et Sitting Bull

En 1837, sous la pression des colons et des militaires, les Sioux cèdent aux États-Unis tous leurs territoires à l'est du Mississippi. En 1849-1851, pour les mêmes raisons ils cèdent leur territoire du Minnesota. Mais les annuités monétaires promises pour les dédommager ne sont pas versées. Dès 1862, les Sioux massacrent des colons dans le Minnesota. En 1865, les Sioux Oglala, refusent aux « visages pâles » la construction d'une ligne de chemin de fer entre Fort-Laramie (dans le sud du Wyoming) et les mines d'or du Montana car ils pensaient que la ligne ferait fuir les bisons (une de leurs sources principales d'alimentation). Comme le gouvernement américain ne tient pas compte des protestations indiennes, 2000 guerriers sioux commandés par le chef Red Cloud détruisent le détachement de 80 cavaliers qu'on leur oppose.

En 1867, les Sioux se replient alors dans les Dakotas. Mais bientôt les chercheurs d'or veulent les chasser des Collines noires dans le Dakota du Nord. Conduits par Sitting Bull et Crazy Horse, les Sioux entrent en guerre. Le 25 juin 1876, ils anéantissent le 7 e régiment de cavalerie commandé par le général Georges Custer à Little Bighorn.

Les Sioux ne sont définitivement soumis qu'en 1890-1891 après l'expédition militaire conduite par A Miles, au cours de laquelle Sitting Bull est tué (ou assassiné) en 1890.

Chefs sioux célèbres[modifier | modifier le wikicode]

Les Sioux aujourd'hui[modifier | modifier le wikicode]

Les descendants des Sioux survivants des guerres indiennes du XIXe siècle sont répartis dans diverses réserves du centre nord des États-Unis.

Depuis décembre 2007, il existe un mouvement indépendantiste sioux. Celui-ci a dénoncé les 33 traités signés avec les États-Unis, sous la contrainte la plupart du temps et souvent non-respectés par les colons américains. Ce mouvement indépendantiste a fondé la République Lakota qui revendique une partie du Dakota du Nord, du Dakota du Sud, du Montana, du Nebraska et du Wyoming.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Article connexe[modifier | modifier le wikicode]


Jademaya.jpg

Histoire des peuples amérindiens - AmérindiensAztèquesIncasInuitsMayasOlmèquesToltèquesSiouxAlgonquins
Religions - Religion des ToltèquesReligion des Mayas
Sites archéologiques - Mexico-TenochtitlanChichén Itzá (Pyramide de Kukulcán) • DzibilchaltúnEl TajínEk' BalamTeotihuacanPyramide de CholulaUxmalPalenqueTikalCopánLignes de NazcaActun Tunichil Muknal
Lieux géographiques - Popocatepetl

Portail des États-Unis —  Tous les articles concernant les États-Unis.
Journal-des-chemins-de-fer-image-titre.png Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Sioux de Wikipédia.