Religion des Mayas

« Religion des Mayas » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La religion des Mayas était de type polythéiste. Il en était de même des religions des autres peuples amérindiens précolombiens.

Les Mayas croyaient en la répétition de cycles de création et de destruction. Ces cycles étaient calculés selon un système complexe mêlant plusieurs calendriers. Les prêtres maya étaient chargés d'interpréter ces cycles. S'ils prévoyaient des temps difficiles, la population devait faire des sacrifices pour apaiser les dieux.

La civilisation maya s'étant étalée sur plusieurs millénaires, elle n'est pas toujours restée identique. Au Xe-XIe siècle, au moment du passage de la période classique à la période postclassique de l'histoire des Mayas, des populations venant de régions plus au nord (Mexique central) introduisent de nouvelles idées religieuses.

La conception du monde des Mayas[modifier | modifier le wikicode]

Les Mayas divisaient le monde dans lequel ils évoluaient en trois parties : le monde inférieur, la terre et le ciel. Les Mayas croyaient à l'existence d'une autre vie après la mort terrestre.

Le monde inférieur est le monde souterrain. Il est composées de neuf parties. Neuf « seigneurs de la Nuit » gouvernaient ce monde souterrain. Après leur mort, les Mayas venaient dans ce monde froid et inhospitalier. Les rois après leur mort passaient aussi dans cet endroit mais parvenaient à gagner le ciel grâce à leurs pouvoirs surnaturels. Tous les jours après leur disparition de la vue des hommes le Soleil, la Lune et Vénus séjournaient dans le monde souterrain. C'est là qu'au cours d'une partie de jeu de balle les dieux jumeaux ont triomphé des autres dieux et sont devenus le Soleil et la Lune. Pour les Mayas, l'entrée du monde souterrain étaient située après de Cobán au Guatemala. Ces entrées dans le monde souterrain s'appellent les cenotes.

La terre était le monde visible des hommes. Pour les Mayas la Terre était plate et carrée. Les points cardinaux occupaient les angles du carré. Chaque point cardinal avait une couleur : l'est était rouge, le nord était blanc, l'ouest était noir et le sud était jaune. Le centre de la Terre était vert. Pour les Mayas la terre était le dos d'un gigantesque crocodile vivant dans un marais rempli de lilas d'eau.

Le ciel des mayas était le séjour des hommes qui avaient été bons et vertueux. Ils y menaient une existence paisible et y trouvaient des conditions d'existence très agréables. Le ciel était imaginé comme un serpent à deux têtes (les Mayas utilisaient quasiment le même signe hiéroglyphique pour nommer le ciel et le serpent). Les Mayas croyaient que le ciel était formé de treize couches chacune dirigée par un dieu. Ils pensaient que le ciel était soutenu par des arbres gigantesques installés aux quatre points cardinaux et qui avaient des couleurs différentes. D'autres récits mythologiques montrent que de sont des géants qui soutiennent le ciel.

Les dieux mayas[modifier | modifier le wikicode]

photographie en couleur. Deux divinités mayas assises se faisant face. relief en pierre
Itzamá (à droite) et Ix Chel (à gauche). Détail d'un trône en pierre. Époque classique tardive. Chiapas. Mexique

Les Mayas étaient polythéistes. On a recensé plus de 166 dieux à qui on a pu donner un nom . Cette multiplicité de divinités s'explique par le fait que chaque dieu peut être représenté avec des aspects différents : jeune-vieux, homme-femme, dieu du monde céleste-dieu du monde souterrain, changement de couleur en fonction du point cardinal …

Pour les Mayas le monde et les dieux ont été créés par un couple divin, le Premier Père Hun Nal Ye (souvent aussi nommé le dieu du maïs ou le dieu du serpent à plumes), et la Première Mère, la déesse de la Lune.

Les dieux jumeaux Hunahpu et Xbalanque, ont combattu les forces de la mort dans le monde souterrain. Cela a permis la création des êtres humains. Ils sont généralement représentés avec des bandeaux de tissu colorés en rouge et blanc qui symbolisent l'autorité. Le glyphe représentant Hunahpu sert à nommé le jour Ahau qui signifie roi.

figurina en terre cuite
Chac, le dieu de la pluie et du tonnerre

Pour les Mayas qui sont avant tout des agriculteurs, Yum Kaax le dieu du maïs joue un rôle essentiel. Son cycle de vie divin (descente du ciel, parcourt dans le monde souterrain, renaissance et retour vers le ciel) mime le cycle végétatif de la plante, céréale de base pour l'alimentation de la population. Il est représenté comme un homme jeune avec un crâne allongé, avec des sourcils en partie épilés et des touffes de cheveux sur le sommet du crâne (ce qui le fait ressemblé à un épi de maïs). Les familles de l'élite maya, déformaient volontairement de crâne de leurs très jeunes enfants afin qu'il ressemble à celui du dieu-maïs.

Itzamná, très puissante et ancienne divinité, était le premier devin, celui qui ouvrait le passage qui mène au monde des esprits. Il est fréquemment consulté et imploré par les prêtres et les rois afin qu'il assure la survie de l'humanité. Il est le dieu qui a inventé l'écriture et domine toutes les connaissances.

Ix Chel est l épouse d'Itzamná. C'est une déesse lunaire comme la Première Mère. Elle assiste les femmes pendant l'accouchement, elle est la déesse de la médecine et du tissage. Le plus souvent représentée comme une vieille femme avec un vase qu'elle renverse.

Kinich Ahau (ou K'inich Ajaw), est le dieu du Soleil pendant le jour. Le soir il disparaît par la porte de l'Ouest et pendant a nuit il vit dans le monde souterrain sous la forme du dieu-jaguar. Beaucoup de souverains mayas auront une partie de son nom (Kinich) dans leurs propres noms.

Chac est le dieu de la pluie, phénomène naturel essentiel pour des agriculteurs. Il est représenté avec une longue trompe et autour de la bouche il possède deux défenses recourbées vers le bas. Il habite à la limite entre le monde naturel et le monde céleste. Le sang qu'il verse alimente la pluie. Les plus anciens des familles mayas étaient souvent nommés Chac, ils assistaient les prêtres pendant les cérémonies et les sacrifices où le sang était versé.

Sacrifices humains chez les Mayas[modifier | modifier le wikicode]

Les Mayas, comme un grand nombre de peuples indiens précolombiens, pratiquaient les sacrifices humains . Les mayas ont fait des sacrifices humains certainement dès l'origine. Mais à la période postclassique (à partir des Xe-XIe siècles) , avec l'arrivée de nouvelles populations venues des régions centrales du Mexique (comme les Toltèques), la pratique pris de l'ampleur.

Pour les Mayas, le sang était une source d'énergie divine. Il convenait donc d'en offrir aux dieux. Ceux-ci en effet n'accordaient leur protection qu'en échange de dons de la part des hommes. Certains dieux d'ailleurs s'étaient mutilés pour que leur sang permettent la vie des hommes.

Photographie d'un bas-relief.Un maya les mains attachées dans le dos
Un prisonnier maya. bas-relief à Tonina. Chiapas. Mexique

Les dignitaires Mayas et surtout les rois procédaient à l'autosacrifice (automutilation du lobe de l'oreille, du pénis ou de la langue) ; le sang était recueilli sur une bandelette de papier d'écorce et offert aux dieux. Cette automutilation se répétaient quelques fois plusieurs fois par jour, et pendant des semaines surtout avant les grandes fêtes.1.Ces autosacrifices permettaient aux dignitaires mayas de communiquer avec les dieux. Le suicide était une pratique assez courante, il y avait un dieu qui présidait au suicide.

Les Mayas pratiquaient aussi le sacrifice mortel d'êtres humains. Régulièrement des cérémonies étaient organisées. Généralement les prisonniers de guerre de haut-rang étaient les victimes par extraction du cœur. Ces adultes, vu leur rang social, étaient considérées comme des représentation de la divinité à laquelle ils étaient sacrifiés. Le capitaine de l'équipe vainqueur du jeu de la balle était aussi sacrifiés2. Mais on pouvait aussi sacrifier des jeunes filles vierges ou des enfants des orphelins ou bien achetés dans d'autres villes. Ils étaient précipités dans des puits sacrificiels où ils périssaient noyés (offrandes à Chac, le dieu de la pluie). Il est probable que les victimes étaient auparavant droguées afin qu'elles n'opposent pas de résistance (ou bien qu'elles ne souffrent pas). Les cadavres étaient enterrés dans la cour du temple ou bien partagés entre les assistants (sorte de cannibalisme).

Les Mayas offraient également à leurs dieux des animaux (dindes, iguanes) , des produits agricoles, des mets préparés, de l'encens de copal, du caoutchouc, des fleurs, et des objets précieux comme le jade, les coquillages et des plumes très colorées.

Une tombe découverte à l'ouest de Tikal et datant de la seconde moitié du IVe siècle, montre que l'on sacrifiait aussi des enfants (ici 6 victimes âgées de un à cinq ans) pour les funérailles d'un roi (roi qui d'après les croyances mayas était destiné à rejoindre le monde céleste.

Référence[modifier | modifier le wikicode]

  1. Notons que les autoflagellations jusqu'au sang ont été et sont encore pratiquées dans certaines religions monothéistes, chez les chrétiens et chez les chiites musulmans par exemple
  2. ce sacdrifice était considéré comme un grand honneur, la famille du sacrifié était prise en charge par la collectivité
Portail des religions —  Fêtes religieuses, textes sacrés, fondateurs des religions...
Portail de l'Amérique - Tous les articles sur l'Amérique.