Livre d'or
Livre d'or

Gazettearticles à enrichir
Que pensez-vous de Vikidia ? Venez mettre un message sur le livre d'or !

Dijon

Une page de Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à la navigation Aller à la recherche
Dijon
Palais des ducs et des États de Bourgogne.
Palais des ducs et des États de Bourgogne.
Coat of Arms of Dijon.svg Flag of Dijon.svg
Administration
Pays France France
Région Bourgogne-Franche-Comté (préfecture)
Département Côte-d'Or (préfecture)
Arrondissement Dijon (chef-lieu)
Intercommunalité Dijon Métropole
Maire François Rebsamen (PS)
(2020-2026)
Code postal 21000
Démographie
Population municipale 159 346 hab. (2021)
Densité 3 857 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 00″ Nord
5° 01′ 00″ Est Cartes, vues aériennes et satellitaires
Altitude Min. 210 m
Max. 410 m
Superficie 41,31 km2
Liens
Site web dijon.fr
voir modèle • modifier

Dijon est la préfecture du département de la Côte-d'Or et de la région Bourgogne-Franche-Comté, dans l'est de la France. En 2017, la commune comptait 156 920 habitants.

Les plus anciennes découvertes archéologiques dans les limites de la ville datent de la période néolithique. Elle devient plus tard une colonie romaine nommée Divio, située sur la route entre Lyon et Paris. Dijon est la résidence des ducs de Bourgogne du début du XIe siècle jusqu'à la fin du XVe siècle, et elle devient une ville d'une puissance et d'une richesse immenses, l'un des grands centres européens d'arts, de savoir et de sciences.

La ville a conservé des styles architecturaux très variés de diverses périodes du dernier millénaire, notamment gothique et Renaissance. De nombreuses maisons de ville du centre historique datent du XVIIIe siècle voire sont plus anciennes encore. L'architecture dijonnaise se distingue entre autres par ses toits typiquement bourguignons constitués de tuiles en terre cuite vernissée de diverses couleurs disposées selon des motifs géométriques.

Dijon organise chaque année une Foire internationale et gastronomique. Avec plus de 500 exposants et 200 000 visiteurs, c'est l'un des dix salons les plus importants de France. Elle accueille également tous les trois ans l'exposition florale Florissimo. La ville est célèbre pour sa moutarde de Dijon, née en 1856 lorsque Jean Naigeon remplace le verjus, jus « vert » acide des raisins pas encore mûrs, par du vinaigre dans la recette traditionnelle de la moutarde. Dijon est une ville verte avec un secteur tertiaire important, mais aussi un pôle économique régional au tissu diversifié, un pôle agroalimentaire traditionnel (crème de cassis et kir de Dijon, pain d'épices, chocolats Lanvin, etc.) et un secteur pharmaceutique réputé.

Le 4 juillet 2015, l'UNESCO inscrit le centre historique de la ville au patrimoine mondial en tant que composant des « Climats du vignoble de Bourgogne » en raison de son importance historique dans le système de production viticole en Bourgogne.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Les premières découvertes archéologiques dans les limites de la commune de Dijon datent de la période néolithique. Le site de la ville est plus tard investi par les Romains qui y fondent, sur la route menant de Lyon à Paris, une colonie nommée Divio, qui pourrait vouloir dire « fontaine sacrée ». Saint Bénigne, patron apocryphe (il l'est devenu après sa mort) de la ville, aurait introduit le christianisme dans la région avant d'être martyrisé.

Dijon, qui accueille les ducs de Bourgogne du début du XIe siècle jusqu'à la fin du XVe siècle, est une ville d'une puissance et d'une richesse immenses, l'un des grands centres européens d'arts, de savoir et de sciences. Le duché de Bourgogne joue un rôle clé dans la transformation de l'Europe médiévale vers l'époque moderne. Le palais des ducs de Bourgogne abrite aujourd'hui l'hôtel de ville ainsi qu'un musée d'art.

En 1513, les armées suisse et impériale envahissent la Bourgogne et assiègent Dijon, défendue par le gouverneur de la province, Louis II de La Trémoille. Le siège est d'une extrême violence mais la ville parvient à résister aux envahisseurs. Après de longues négociations, Louis II de la Trémoille parvient à convaincre les armées suisse et impériale de retirer leurs troupes et de restituer trois otages bourguignons retenus en Suisse. Pendant le siège, la population implore l'aide de la Vierge Marie et considère comme un miracle la résistance réussie de la ville puis le retrait ultérieur des envahisseurs. Pour ces raisons, dans les années qui suivent le siège, les habitants de Dijon vénèrent Notre-Dame de Bon-Espoir. Bien que quelques quartiers de la ville aient été détruits, il n'y a pratiquement aucun signe visible du siège de 1513 aujourd'hui. Le musée des beaux-arts de Dijon possède cependant une grande tapisserie retraçant cet épisode de l'histoire de la ville : elle montre la ville avant toutes les destructions ultérieures et est un magnifique exemple de l'art du XVIe siècle.

Les Dijonnais reçoivent un système d'alimentation en eau potable conçu Henry Darcy un quart de siècle avant que Paris elle-même ne soit ainsi approvisionnée.

Dijon est occupée par les coalitions anti-napoléoniennes en 1814, par l'armée prussienne en 1870-1871 et par l'Allemagne nazie à partir de juin 1940, pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsqu'elle subit de violents bombardements jusqu'à sa libération par l'armée française le 11 septembre 1944.

Géographie[modifier | modifier le wikicode]

Dijon est située au cœur d'une plaine drainée par deux petites rivières qui y convergent : le Suzon, qui traverse la ville sous terre du nord au sud, et l'Ouche, au sud de la ville. Plus au sud encore se trouve la côte, ou flanc de coteau, de vignobles qui donne son nom au département. Dijon se trouve à 310 km au sud-est de Paris, 190 km au nord-ouest de Genève et 190 km au nord de Lyon.

Climat[modifier | modifier le wikicode]

Dijon présente un climat océanique à influence continentale. La ville est fortement influencée par sa position à l'intérieur des terres, dans le nord-est de la France. Ainsi, les hivers sont frais voire froids avec des gelées modérées la nuit et des conditions de dégel pendant la journée tandis que les étés sont chauds et humides avec des orages fréquents.

Lieux et monuments[modifier | modifier le wikicode]

Porte Guillaume, sur la place Darcy, au centre de Dijon.

Dijon compte un grand nombre d'églises, dont Notre-Dame de Dijon, Saint-Philibert, Saint-Michel et la cathédrale, dédiée à l'apocryphe saint Bénigne, dont la crypte est vieille de plus de 1 000 ans. La ville a conservé des styles architecturaux très variés de diverses périodes du dernier millénaire, notamment gothique et Renaissance. De nombreuses maisons de ville du centre historique datent du XVIIIe siècle voire sont plus anciennes encore. L'architecture dijonnaise se distingue entre autres par ses toits typiquement bourguignons constitués de tuiles en terre cuite vernissée de diverses couleurs disposées selon des motifs géométriques.

Vue de la flèche de la cathédrale de Dijon, au-dessus du toit en terre cuite vernissée.

La ville a été largement épargnée par les destructions des guerres telles que la guerre franco-prussienne de 1870 ou la Seconde Guerre mondiale, malgré son occupation. Ainsi, de nombreux édifices anciens comme les maisons à colombage datant du XIIe siècle au XVe siècle (que l'on retrouve principalement dans le centre-ville) sont dans un très bon état de conservation.

Dijon abrite de nombreux musées, dont le musée des beaux-arts de Dijon, dans le palais ducal. Le palais des ducs et des États de Bourgogne, sans doute le site touristique le plus populaire de la ville, contient donc des cuisines ducales datant du milieu du XVe siècle ainsi qu'une importante collection d'art, de l'époque romaine à nos jours. Les visiteurs intéressés par l'art affluent également vers le puits de Moïse, une sculpture monumentale de Claus Sluter.

L'église Notre-Dame est célèbre à la fois pour son art et son architecture. La légende populaire raconte qu'un de ses reliefs en pierre, en forme de chouette, serait un porte-bonheur : les visiteurs de l'église touchent la chouette avec leur main gauche pour faire un vœu (la sculpture actuelle a été restaurée après avoir été endommagée par des actes de vandalisme dans la nuit du 5 au 6 janvier 2001).

Le Grand Théâtre de Dijon, construit en 1828, est l'une des principales salles de spectacle de l'Opéra de Dijon, déclaré monument historique de France en 1975. Il a été conçu par l'architecte dijonnais Jacques Cellerier (1742-1814) dans le style néoclassique avec un intérieur calqué sur les opéras italiens.

Communications et transports[modifier | modifier le wikicode]

Routes[modifier | modifier le wikicode]

Dijon est située à environ 300 km au sud-est de Paris, à 3h en voiture via les autoroutes A38 et A6. L'A31 dessert Nancy, Lille et Lyon. L'A39 relie Dijon à Bourg-en-Bresse et Genève, l'A36 à Besançon, Mulhouse et Bâle.

Communications fluviales[modifier | modifier le wikicode]

Le canal de Bourgogne traverse le cœur de Dijon et crée une voie navigable vers Paris, au nord-ouest, via l'Yonne, un affluent de la Seine, et vers la Saône, à 25 km au sud-est. Le canal rejoint la Saône à Saint-Jean-de-Losne. Ainsi, en plus de la connexion à la Manche via la Seine, Dijon dispose de liaisons navigables vers la Méditerranée - via la Saône et le Rhône (qui la relie à l'ouest jusqu'à l'Atlantique via le canal du Midi) - vers l'Allemagne et l'Europe centrale - via le canal du Rhône au Rhin - et, plus à l'ouest, vers le val de Loire via le canal du Centre. Ces voies navigables ont en grande partie été achevées avant 1800 et constituaient à l'époque le principal moyen de transport de marchandises jusqu'à ce que les chemins de fer prennent le relais vers le milieu du XIXe siècle. Aujourd'hui, les canaux constituent principalement une voie navigable pour les bateaux de plaisance qui traversent l'Europe du nord au sud.

Transports publics[modifier | modifier le wikicode]

Trains[modifier | modifier le wikicode]

Dijon est un important carrefour ferroviaire sur les lignes de Paris à Lyon-Marseille ainsi que sur les lignes est-ouest en direction de Besançon, Belfort, Nancy, la Suisse ou l'Italie. La gare principale, Dijon-Ville, assure la desserte de Paris-Gare de Lyon par le train à grande vitesse TGV (LGV Sud-Est), parcourant 300 km en 1h40min. À titre de comparaison, Lyon, située à 180 km, est accessible en pas moins de deux heures par train standard. Depuis Dijon, le TGV prend environ six heures jusqu'à Nice et seulement 2h vers Strasbourg via le TGV Rhin-Rhône. De nombreux trains régionaux TER Bourgogne-Franche-Comté partent de la même gare (Dijon-Ville). Il existe une autre gare, à l'est du centre-ville, la gare de Dijon-Porte-Neuve, sur la ligne d'Is-sur-Tille à Culmont-Chalindrey.

Tramways[modifier | modifier le wikicode]

Un système de tramway est mis en place en septembre 2012. La ligne T1, de 8,5 kilomètres de long, dessert 16 stations d'est en ouest allant de la gare de Dijon à Quetigny. La ligne T2 ouvre ses portes en décembre 2012 et relie, sur une ligne nord-sud de 11,5 kilomètres de long, 21 stations entre Valmy et Chenôve.

Culture[modifier | modifier le wikicode]

Dijon organise chaque année en automne sa Foire internationale et gastronomique. Avec plus de 500 exposants et 200 000 visiteurs chaque année, c'est l'un des dix salons les plus importants de France. Dijon accueille également, tous les trois ans, le salon international des fleurs Florissimo.

Dijon compte de nombreux musées comme le musée des beaux-arts, le musée archéologique, le musée de la Vie Bourguignonne, le musée d'Art Sacré et le musée Magnin. La ville comprend également environ 700 hectares de parcs et d'espaces verts, dont le jardin botanique de l'Arquebuse.

Dijon abrite l'éminent centre d'art contemporain Le Consortium, une école des beaux-arts (ENSA), ainsi que plusieurs galeries d'art comme le Fonds régional d'art contemporain, qui possède une collection permanente comprenant des pièces de l'artiste établie localement.

Outre les nombreux bars, qui accueillent parfois des groupes live, les lieux de musique populaires à Dijon sont : Le Zénith de Dijon, La Vapeur, l'Espace autogéré des Tanneries et l'Atheneum.

Un pot de moutarde de Dijon.

La moutarde de Dijon est née en 1856, lorsque Jean Naigeon a remplacé le verjus, le jus « vert » acide de raisins pas tout à fait mûrs, par du vinaigre dans la recette traditionnelle de la moutarde. En général, les moutardes de Dijon contiennent aujourd'hui du vin blanc plutôt que du verjus. La moutarde de Dijon n'est pas nécessairement produite près de Dijon, car le terme est considéré comme générique en vertu du droit de l'Union européenne, de sorte qu'il ne peut pas être enregistré pour une appellation d'origine protégée. La ​​plupart des moutardes de Dijon (marques comme Amora ou Maille) sont produites industriellement et plus de 90 % des graines de moutarde utilisées dans la production locale sont importées, principalement du Canada. En 2008, Unilever ferme son usine de moutarde Amora à Dijon. Les moutarderies de Dijon vendent de la moutarde exotique ou au goût inhabituel (aromatisé aux fruits, par exemple), souvent vendue dans des pots décoratifs en faïence (porcelaine) peints à la main.

La Bourgogne est une région viticole de renommée mondiale et des vignobles remarquables, tels que Vosne-Romanée et Gevrey-Chambertin, se trouvent à 20 minutes du centre-ville. L'université de la ville possède un institut d'œnologie renommé. La route de Santenay à Dijon est connue sous le nom de « route des Grands Crus », où sont produits huit des dix vins les plus chers au monde, selon Wine Searcher.

La ville est également connue pour sa crème ou liqueur de cassis, utilisée dans le kir, boisson au mélange de crème de cassis avec du vin blanc qui tient son nom de l'ancien chanoine et maire de Dijon Félix Kir.

Dijon abrite le Dijon FCO, un club de football avec une équipe masculine concourant dans le championnat national et une équipe féminine concourant dans la Division 1 Féminine. Dijon possède son propre club de basket (Pro A), JDA Dijon Basket. Le Palais des Sports de Dijon sert de terrain de jeu à l'équipe et a accueilli par le passé des événements internationaux de basket-ball tels que le Championnat d'Europe masculin de basket-ball 1999. Dijon abrite l'équipe de hockey sur glace Dijon Ducs, qui évolue en Ligue Magnus.  Au nord-ouest de la ville, le circuit de Dijon-Prenois accueille divers événements de sport automobile. Il a accueilli le Grand Prix de France de Formule 1 à cinq reprises, de 1974 à 1984.

Enseignement[modifier | modifier le wikicode]

  • Dijon accueille le campus principal de l'université de Bourgogne ;
  • École nationale supérieure d'art de Dijon ;
  • Campus européen de Sciences Po Paris ;
  • Institut Agro Dijon ;
  • Burgundy School of Business.

Démographie[modifier | modifier le wikicode]

Population
1793 1831 1856 1886 1911 1946 1982 2017
20 760 25 352 33 493 60 855 76 847 100 664 140 942 156 920

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le wikicode]

  • Jean sans Peur (1371-1419), duc de Bourgogne ;
  • Philippe le Bon (1396-1467), duc de Bourgogne ;
  • Charles le Téméraire (1433-1477), duc de Bourgogne ;
  • Claude Balbastre (1724-1799), compositeur ;
  • Jacques-Bénigne Bossuet (1627-1704), évêque ;
  • Jeanne de Chantal (Jeanne-Françoise Frémiot, baronne de Chantal, 1572-1641), fondatrice de l'ordre de la Visitation ;
  • Charles Joseph Minard (1781-1870), ingénieur civil, inventeur de l'infographie ;
  • Henry Darcy (1803-1858), ingénieur ;
  • Gustave Eiffel (1832-1923), ingénieur ;
  • Roger Guillemin (né en 1924), lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine ;
  • Claude Jade (1948-2006), actrice ;
  • François Jouffroy (1806-1882), sculpteur ;
  • Jean-Philippe Rameau (1683-1764), compositeur ;
  • François Rude (1784-1855), sculpteur ;
  • Alban Lenoir (né en 1980), acteur.

Jumelages[modifier | modifier le wikicode]

Dijon est jumelée avec :

Francestubmap.png Portail de la France —  Accéder au portail sur la France !