Jean-François Champollion

« Jean-François Champollion » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Portrait de Champollion

Jean-François Champollion est un égyptologue français, né le 23 décembre 1790 à Figeac, dans le Lot, et mort à Paris le 4 mars 1832. Il est considéré comme le créateur de l'égyptologie, surtout parce qu'il a déchiffré beaucoup de hiéroglyphes.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Jean-François Champollion est issu d'une famille du Dauphiné. Très bon élève, il est capable de parler le latin à l'âge de neuf ans et l'hébreu à treize ans. Dès le lycée, il se passionne pour l'étude des hiéroglyphes égyptiens. Professeur d'histoire à Grenoble, Champollion est un spécialiste de l'Egypte Antique. En 1807, il parvient à obtenir une copie de la pierre de Rosette. Il se lance alors dans le déchiffrement des hiéroglyphes.

En 1816, il est exilé pendant quelques mois à Figeac avec son frère pour des raisons politiques : il implante une école mutuelle de Joseph Lancaster basée sur le monitorat.

En 1826, il est conservateur au musée du Louvre et réussit à convaincre le roi Charles X d'acheter une collection d'objets, dont le plus célèbre est l'obélisque de Louxor. Cet obélisque est installé à Paris, sur la place de la Concorde en octobre 1836.

Épuisé par ses travaux, il meurt à Paris, en 1832, à l'âge de 41 ans.

Déchiffrement des hiéroglyphes[modifier | modifier le wikicode]

Des hiéroglyphes

C'est la découverte de la pierre de Rosette qui va permettre à Champollion de réaliser ce que d'autres linguistes n'étaient pas parvenus à faire. Il se procure une copie des inscriptions de la pierre de Rosette qui contient un texte écrit en deux langues et trois écritures, dont les hiéroglyphes.

Pour comprendre cette langue oubliée depuis des siècles, il se rend à Paris, en 1806, afin d'étudier les langues anciennes. Il découvre, en 1808, l'absence de voyelles dans l'écriture égyptienne, en la comparant avec le copte. En 1810, il a l'idée que les signes peuvent être des idéogrammes (c'est-à-dire des dessins qui représentent une idée) ou des phonogrammes (des dessins qui représentent un son). Plus tard, installé à Grenoble, Champollion poursuit l'étude des hiéroglyphes. En 1821, il déchiffre les premiers cartouches royaux. Il déchiffre celui de Cléopâtre sur un obélisque.

Champollion publie son Précis du système hiéroglyphique des anciens Égyptiens. Ses découvertes sont critiquées par d'autres spécialistes de l'Égypte antique.

Musée Champollion[modifier | modifier le wikicode]

Un musée consacré à Jean-François Champollion a été ouvert à Figeac, dans le Lot. Ce musée retrace l'histoire de l'écriture. La façade est recouverte de pictogrammes et d'idéogrammes du monde entier.

Portail de l’Égypte ancienne —  Tous les articles sur l’Égypte ancienne.