Thomas Jefferson

« Thomas Jefferson » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Président des États-Unis d'Amérique
Thomas Jefferson
Thomas Jefferson
3e président des États-Unis
Parti politique Parti républicain-démocrate
Élu en 1801, 1804
Mandat 1801-1809
Prédécesseur John Adams
Successeur James Madison
Date de naissance 13 avril 1743
Lieu de naissance Shadwell (Virginie)
Date de décès 4 juillet 1826 (83 ans)
Lieu de décès Monticello (Virginie)
Président des États-Unis
La villa de Jefferson à Monticello en Virginie

Thomas Jefferson (1743-1826) fut le troisième président des États-Unis d'Amérique entre 1801 à 1809. Jefferson est un des principaux rédacteurs de la Déclaration d'indépendance américaine de 1776. Jefferson était partisan qu'il fallait laisser le maximum de pouvoirs aux États formant les États-Unis et limiter le pouvoir du gouvernement fédéral. Pendant sa présidence les États-Unis achetèrent la Louisiane à la France.

Un des pères fondateurs des États-Unis[modifier | modifier le wikicode]

Cet homme d'État s'intéressait à des sujets très divers : il étudia la botanique, la géologie, la cartographie, l'architecture, le grec, le latin, le droit, l'histoire et la philosophie, l'agronomie. Il était polyglotte car il parlait ou connaissant le latin, le grec, le français, l'italien et l'espagnol (en plus de l'anglais). Il était un avocat, propriétaire d'une plantation en Virginie sur laquelle il possédait de nombreux esclaves. Il était un admirateur de l'art néoclassique qu'il favorisa en Amérique du Nord (il construisit lui-même la demeure néoclassique de son domaine de Monticello).

Jefferson a défendu les Droits de l'Homme et il faisait partie des plus grands penseurs de son temps. En 1776, comme représentant de la Virginie au Congrès continental, il est, avec Benjamin Franklin, un des principaux rédacteurs de la Déclaration d'indépendance américaine. Il rédige la Constitution de la Virginie dont il devient le gouverneur de 1779 à 1781. Cependant étant ambassadeur des États-Unis auprès du roi Louis XVI (1785-1789), il est absent de son pays lorsque la Convention de Philadelphie rédige la Constitution des États-Unis en 1787. De 1790 à 1793, il est le secrétaire d'État des États-Unis (ministre des Affaires étrangères) du président George Washington.

Les idées de Jefferson[modifier | modifier le wikicode]

Il s'oppose aux idées du secrétaire aux Finances Alexander Hamilton qui voulait renforcer le pouvoir de l'État fédéral aux dépens des États de la fédération (programme du parti fédéraliste). Jefferson est partisan de laisser le plus de pouvoirs possibles aux différents États de l'Union. Jefferson estimait que son pays devait rester une nation surtout rurale peuplée de petits agriculteurs indépendants, travailleurs et vertueux. En cela aussi il s'oppose à Hamilton qui souhaitait réserver le pouvoir aux riches marchands de la Nouvelle-Angleterre. De ce fait Jefferson devient le chef des républicains (attention ces républicains de 1800 sont les ancêtres des démocrates américains actuels).

Au élections de 1796, il est battu de justesse par le candidat fédéraliste John Adams, mais il en devint le vice-président, ce qui ne l'empêcha pas de s'opposer à la politique présidentielle.

Les présidences de Jefferson[modifier | modifier le wikicode]

Le mont Rushmore (Dakota du Sud), avec les têtes sculptées de quatre présidents des États-Unis : de gauche à droite (George Washington, Thomas Jefferson, Théodore Roosevelt et Abraham Lincoln.

Pendant ses présidences (mars 1801-mars 1805 et mars 1805-mars 1809) il impose un style très simple et démocratique. Il fait en sorte que le gouvernement fédéral ne s'occupe que de la politique étrangère et laisse le maximum d'initiatives aux États de l'Union.

Il resta neutre dans la guerre que se faisaient l'Angleterre et la France napoléonienne. En 1807, il fit voter une loi d'embargo, qui interdisait tout départ des navires américains vers l'Europe, ce qui mécontenta fortement les négociants et armateurs des ports de la Nouvelle-Angleterre.

En 1803, les États-Unis achète la Louisiane à la France pour 15 millions de dollars. Jefferson soutint l'expédition transcontinentale de Lewis et Clark qui ouvrit l'Ouest à la pénétration des colons d'origine européenne au dépens des Indiens. À l'issue de sa seconde présidence, il refuse de se présenter une troisième fois à l'élection présidentielle (comme l'avait fait George Washington un de ses prédécesseurs). Ce sera James Madison qui lui succédera.

Ayant fait plusieurs voyages en Europe, on dit qu'il aurait introduit aux États-Unis la crème glacée, les gaufres et les macaronis.

Jefferson et le billet de deux dollars

Le portrait de Jefferson figure sur le billet de deux dollars.

Articles liés[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Sous licence GFDL

Chronologie des présidents des États-Unis depuis 1789
(voir aussi : Histoire des États-Unis - Maison Blanche)

1789 : G. Washington
1797 : J. Adams
1801 : T. Jefferson
1809 : J. Madison
1817 : J. Monroe

1825 : J. Q. Adams
1829 : A. Jackson
1837 : M. Van Buren
1841 : W. H. Harrison
1841 : J. Tyler

1845 : J. Polk
1849 : Z. Taylor
1850 : M. Fillmore
1853 : F. Pierce
1857 : J. Buchanan

1861 : A. Lincoln
1865 : A. Johnson
1869 : U. S. Grant
1877 : R. B. Hayes
1881 : J. A. Garfield

1881 : C. A. Arthur
1885 : G. Cleveland
1889 : B. Harrison
1893 : G. Cleveland
1897 : W. McKinley

1901 : T. Roosevelt
1909 : W. Taft
1913 : W. Wilson
1921 : W. G. Harding
1923 : C. Coolidge

1929 : H. Hoover
1933 : F. D. Roosevelt
1945 : H. S. Truman
1953 : D. D. Eisenhower
1961 : J. F. Kennedy

1963 : L. B. Johnson
1969 : R. Nixon
1974 : G. Ford
1977 : J. Carter
1981 : R. Reagan

1989 : G. H. W. Bush
1993 : B. Clinton
2001 : G. W. Bush
2009 : B. Obama
2017 : D. Trump


Portail des États-Unis —  Tous les articles concernant les États-Unis.