Nom romain

« Nom romain » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

L'identification d'un Romain se fait par trois noms (tria nomina) : dans l'ordre, le praenomen (prénom), le nomen (nom), et le cognomen (surnom).

Exemple : César s'appelle de son nom complet Caius Julius Caesar :

  • Caius : son prénom ;
  • Julius : son nom ;
  • Caesar : son surnom.

Le praenomen (prénom)[modifier | modifier le wikicode]

Les enfants reçoivent leur prénom au cours d'une cérémonie familiale (le Dies lustricus). Cette cérémonie montre que la famille accepte l'enfant. Elle a lieu le huitième jour pour les filles et le neuvième pour les garçons. Le nouveau-né est déposé devant le chef de la famille (le pater familias), le père, le grand-père paternel, voire l'arrière-grand-père ou une personne qui le remplace. Le pater familias soulève l'enfant (tollere filium) et le prend dans ses bras. Désormais l'enfant est reconnu par la famille.

L'enfant est ensuite purifié et reçoit la bulla, un médaillon porté autour du cou, qui renferme des amulettes et des formules magiques qui doivent le protéger contre le mauvais sort. Selon la richesse de la famille, la bulla est en or ou en cuir. L'enfant la portera jusqu'à la prise la toge virile, qui marque la fin de l'enfance, vers 17 ans pour les garçons, et au moment du mariage pour les filles.

Prénoms masculins[modifier | modifier le wikicode]

Les garçons reçoivent un prénom qui est toujours celui d'un de ses ancêtres. Les prénoms masculins sont peu nombreux : Aulus (A), Appius (Ap), Caius (C) (ou Gaius), Cnæus (Cn) (ou Gnæus), Decimus (D), Kæso (K), Lucius (L), Marcus (M), Manius (M'), Mamercus (Mam), Numerius (N), Publius (P), Quintus (Q), Servius (Ser), Sextus (Sex), Spurius (Sp), Titus (T), Tiberius (Ti). Dans les inscriptions, lorsqu'il est suivi du nomen, le prénom s'abrège par l'initiale : ainsi C.Julius Cesar.

Les prénoms Secundus, Tertius, Quartus, Quintus (Q.), Sextus (Sex.), Septimus, Octavius, Nonus et Decimus rappellent l'ordre des naissances, car ils signifient : « deuxième », « troisième », « quatrième », « cinquième », « sixième », « septième », « huitième », « neuvième » et « dixième ». Nonus pour « neuvième » était très peu employé car le préfixe « non- » avait une connotation négative.

La famille demandait à des devins de déterminer les prénoms qui lui étaient bénéfiques, en général au nombre de trois ou quatre, parfois moins. Seuls les prénoms bénéfiques étaient utilisés.

Prénoms féminins[modifier | modifier le wikicode]

Les filles portent un seul nom, c'est celui féminisé de leur gens. Ainsi Julia provient de la gens Julia, Cornelia provient de la gens Cornelia. La fille de Cicéron s'appelle Tullia. Après leur mariage, les femmes conservent ce prénom.

Le nomen (nom)[modifier | modifier le wikicode]

Le Romain a un nom de famille : le nomen. À l'époque de la monarchie seuls les patriciens en ont un. À partir du début du Ve siècle av. J.-C., les plébéiens disposent aussi d'un nom.

Il rappelle le nom de la gens d'appartenance. Ainsi Julius vient de la gens Julia, Cornelius rappelle la gens Cornelia. Le nom romain se termine généralement par -ius . Ainsi, C. Julius Cæsar, de la gens Julia, ou Marcus Tullius Cicero (Cicéron, de la gens Tullia).

Le garçon ou l'homme adopté porte le nom de l'adoptant (y compris le prénom et le surnom, auxquels on ajoute un second surnom). Par exemple, Auguste, qui s'appelait Caius Octavius dans son enfance et adolescence, prend le nom de Caius Iulius Caesar Octavianus après son adoption par Jules César, dont le nom latin est Caius Iulius Caesar .

La fille mineure et la femme mariée n'ont pas de nom de famille : elles ne sont nommées que par leur prénom qui est la féminisation du nom de leur famille. Pour distinguer entre deux sœurs, on rajoutait Major au prénom de l'aînée et Minor pour la cadette.

Les clients des patriciens portent le nom de leur patron. Il en est de même pour les esclaves affranchis. Ainsi, Cicéron affranchit son esclave Tiro qui va désormais s'appeler Marcus Tullius Tiro.

Les personnes qui recevaient la citoyenneté romaine prenaient le nomen de celui qui avait favorisé leur naturalisation, et le faisaient suivre de leur ancien nom. Par exemple, l'historien Flavius Josèphe avait acquis la citoyenneté grâce à Flavius Vespasien. Sous l'Empire, la citoyenneté romaine, accordée par l'empereur à des cités entières, répand les nomina des familles impériales, comme Iulius, Claudius, Flavius, Ulpius, Aelius. L'édit de Caracalla, qui, en 212, étend la citoyenneté romaine à tous les hommes libres de l'Empire, généralise son nomen Aurelius .

Les esclaves n'ont pas de nom. On les appelle le plus souvent par leur lieu d'origine : Afer (l'Africain), Graecus (le Grec), Gallus (le Gaulois).

Le cognomen (surnom)[modifier | modifier le wikicode]

Le cognomen est le surnom. Il est placé derrière le prénom et le nom. Il permet de distinguer les membres des différentes branches d'une même famille d'origine. Il est souvent tiré d'une particularité physique ou morale du fondateur de la branche. Balbus (le bègue), Cincinnatus (le bouclé), Crassus (le gros). Il peut aussi rappeler un grand fait au service de Rome, devenant ainsi une marque d'honneur. C'est le cas pour Scaevola (le gaucher), cognomen gagné par Caius Mucius, qui s'illustra dans les guerres contre les Étrusques.

Certains grands hommes ont le droit de porter un second cognomen ; Publius Cornelius Scipio Africanus (Scipion l'Africain).

Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.