Guerre du Pacifique

« Guerre du Pacifique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Guerre du Pacifique
En haut à gauche, le général Tōjō, commandant de l'armée impériale japonaise; à côté, des Marines lors de la bataille de Guadalcanal. Au centre, l'attaque de Pearl Harbor. En dessous, les bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki ainsi que la bataille de Midway. Enfin, la capitulation du Japon à bord du cuirassé Missouri (général McArthur en train de signer).
En haut à gauche, le général Tōjō, commandant de l'armée impériale japonaise; à côté, des Marines lors de la bataille de Guadalcanal. Au centre, l'attaque de Pearl Harbor. En dessous, les bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki ainsi que la bataille de Midway. Enfin, la capitulation du Japon à bord du cuirassé Missouri (général McArthur en train de signer).
Informations générales
Dates 7 décembre 1941 – 2 septembre 1945
Lieu Océan Pacifique, Océan Indien, sous-continent indien, Asie du Sud-Est, Océanie,
Cause Attaque de Pearl Harbor
. Expansionnisme japonais dans l'Océan Pacifique
Issue Défaite du Japon.

Victoire des Alliés.

Début de la décolonisation en Asie et affaiblissement des puissances coloniales (France, Angleterre etc.).
Changements territoriaux Occupation du Japon.

Restitution de nombreux territoires aux pays concernés (Taïwan et la Mandchourie par exemple).
Division entre la Corée du Nord et la Corée du Sud

Annexion des Iles Kouriles et de l'île de Sakhaline par l'URSS.
Belligérants
Commandants
Forces en présence
20 000 000 (environ)
8 000 000 (environ)
Pertes
400 000 militaires
8 000 000 de civils
1 750 000 militaires
960 000 civils
voir modèle • modifier

La guerre du Pacifique est un épisode de la Seconde Guerre mondiale. Elle oppose l'empire du Japon aux États-Unis qui se disputent la possession des îles et des territoires de l'océan Pacifique. L'empire Nippon voulait conquérir une grande partie de l'Asie du Sud-Est, afin d'y établir une zone entièrement gérée par les Japonais. En cela, la politique d'expansionnisme du Japon se rapproche de celle de l'espace vital d'Hitler en Allemagne. Néanmoins, les Américains étaient présents dans le Pacifique notamment aux Philippines et par le biais de bases militaires, et gênaient donc les objectifs des Japonais. Pearl Harbor, était une d'elles, et fut attaquée le 7 décembre 1941, ce qui provoqua l'entrée en guerre des États-Unis dans la Seconde Guerre Mondiale.

De nombreuses îles étaient occupées par les Japonais et furent l'objet de batailles aéro-navales particulièrement sanglantes : Guadalcanal (février 1943), Tarawa (novembre 1943) ou encore Okinawa (avril-juin 1945)... Il s'agit d'une des guerres les plus meurtrières que le monde ait connu, de nombreux massacres et crimes de guerre furent perpétrés. Petit à petit, le Japon va faiblir face à la puissance aéro-navale des Alliés. La bataille de Midway (juin 1942) constitue un tournant dans la guerre du Pacifique comme pour Stalingrad dans le Front de l'Est, car les Japonais vont perdre plus de 4 porte-avions, perte dont ils ne se remettront jamais.

Les vastes territoires conquis par le Japon seront repris par les Américains, au cours de vastes campagnes militaires, appuyées par la puissance industrielle américaine. Cette guerre directe entre les deux pays, s'achève définitivement le 2 septembre 1945, lorsque l'Empire du Japon capitule sur le cuirassé américain, l'USS Missouri: poussé à bout par les bombardements nucléaires sur Nagasaki et Hiroshima.

Contexte historique et politique[modifier | modifier le wikicode]

Rapports entre le Japon et la Chine et guerres[modifier | modifier le wikicode]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire les articles : Expansionnisme japonais avant la Seconde Guerre mondiale, Histoire du Japon pendant l'ère Meiji (1867-1912) et Histoire du Japon de la Première Guerre mondiale à la Seconde Guerre mondiale.

Les rapports entre le Japon et la Chine étaient plutôt compliqués à la fin du XIXème siècle et du début du XXème siècle. Ainsi, la première guerre Sino-Japonaise, qui dura un an entre 1894 et 1895 fut un des premiers exemples de la rivalité entre les deux pays. Au terme de cette guerre, le Japon gagna plusieurs territoires dont Taïwan et constitua une première amorce aux autres conquêtes qui suivront par la suite. Plus tard, la Corée sera prise et annexée définitivement en 1910, augmentant encore l'influence et la mainmise japonaise sur les territoires d'Asie. L'objectif ainsi du Japon, qui est une puissance régionale, est de se constituer un grand empire dans le Pacifique (concept qui sera évoqué lors de la Guerre du Pacifique).

Le régime japonais va également essayer d'imposer des gouvernements favorables au Japon en Chine, tentative qui vraisemblablement échouera. La Mandchourie, riche région du nord de la Chine est conquise dès 1931 avec pour prétexte un sabotage qui aurait été organisé par l'armée impériale1.

La Seconde Guerre sino-japonaise[modifier | modifier le wikicode]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire les articles : Histoire de la Chine de 1911 à 1949 et Tchang Kaï-chek.

La Seconde Guerre sino-japonaise est provoquée à cause d'un incident, durant lequel les troupes japonaises auraient essuyé des coups de feu venant des troupes chinoises. Cette guerre fut particulièrement sanguinaire, faisant plusieurs millions de morts (17 millions de morts civils chinois, et 4 millions de pertes militaires tous camps confondus) et où de nombreux massacres de masse furent perpétrés par les troupes japonaises. Le Japon dut se battre contre plusieurs belligérants tels que communistes de Mao au Sud et les nationalistes de Tchang Kaï-chek au Nord. Ces derniers, à cause de l'occupation japonaise de l'Indochine, n'eurent plus qu'une route pour être ravitaillés : la route de Birmanie2.

Commencée en 1937, elle ne prendra fin qu'en 1945, grâce à la défaite japonaise; laissant derrière elle, un pays profondément marqué par la guerre et les divisions internes, oubliées dans la guerre contre le Japon mais qui reprirent rapidement (nationalistes contre communistes).

La politique expansionniste du Japon - Tensions avec les puissances occidentales[modifier | modifier le wikicode]

L'expansion territoriale japonaise (les flux de conquêtes sont représentés par les flèches bleues).

La politique expansionniste du Japon, entraînée par la Grande Crise des années 30, mènera à la conquête de plusieurs territoires (Mandchourie, Taiwan, Corée du Nord etc.). Elle est également la raison du blocus pétrolier américain et des sanctions économiques de la part des Indes hollandaises (actuelle Indonésie)3, qui affaiblira l'économie japonaise. Il y a également un gel des actifs nippons en juillet 1941 qui renforce cette dimension économique de ces sanctions.4

Les pays occidentaux, globalement, ont regardé avec méfiance et inquiétude cette politique territoriale agressive car dans l'Asie de cette époque, de nombreuses colonies appartenaient à des pays occidentaux : les Philippines étaient sous domination américaine, l'Indochine sous celle française enfin Hong-Kong appartenait au Royaume-Uni. Cependant les États-Unis ne sont pas naïfs, ils savent dès juillet 1941 qu'une guerre directe contre le Japon s'impose naturellement4. Il faudra malgré tout, un peu de temps avant que celle-ci se déclare, le temps que le parti du général Tojo, fortement belliqueux prenne le dessus sur celui des plus "modérés".

L'objectif principal de cette guerre, pour le Japon était de se construire un vaste empire (une sphère de coprospérité) sur l'Asie du Sud-Est et le Pacifique. Les colonies des Pays-Bas et du Royaume-Uni sont particulièrement convoitées à cause de leurs ressources en matières premières (pétrole, caoutchouc etc.). Bien sûr, le premier obstacle à ce projet étaient les États-Unis, à cause de leur implantation militaire aux Philippines et à Hawaï.

Comme nous le montre la carte à la droite (en allemand), il y a deux directions principales d'extension et de conquête : l'est et le sud.

Pour l'offensive vers l'est, il s'agit de détruire la flotte navale américaine dans le Pacifique premièrement ainsi de récupérer l'île stratégique des Philippines, depuis laquelle de nombreuses voies de communication la relient à la Nouvelle-Guinée, Bornéo, Java ou encore la Malaisie5.

L'offensive vers le Sud consiste principalement en la prise de la Malaisie, de Singapour et de Hong Kong; puis de Java, Sumatra, Bornéo. La Birmanie est aussi dans les plans du Japon6, en effet cela pourrait couper la route des approvisionnements vers la Chine.

De nombreuses autres attaques sont prévues comme la prise de la Nouvelle-Guinée, des îles Aléoutiennes, les îles Fidji, les îles Samoa, Midway etc. Tout ces territoires seraient neutralisés et capturés quand les conditions le permettraient6.

Les plans japonais furent pratiquement achevés en novembre 1941, un mois avant Pearl Harbor. Les préparatifs militaires à l'invasion des différents territoires se déroulèrent du mois de septembre au mois d'octobre, différentes formes de ces préparatifs furent l'espionnage dans les futures zones occupées, l'élaboration de cartes détaillées des îles ou encore des entraînements donnés à des unités choisies pour la guerre dans la jungle7. Il y eut également plusieurs documents qui furent rédigés afin de coordonner l'armée et des ordres et messages aux différents corps d'armée7.

Ainsi, Pearl Harbor fut une attaque décidée à l'avance, vue comme la meilleure manière de commencer la guerre contre le Pacifique. L'amiral Yamamoto eut l'idée de cette attaque, mais de nombreux haut-officiers de l'armée navale contestaient ce plan, parce qu'il allait diviser les forces japonaises en deux; entre Hawaï et les invasions des territoires du Sud7.

Déroulement de la guerre[modifier | modifier le wikicode]

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Attaque de Pearl Harbor.

1941 et début 1942: l'attaque de Pearl Harbor, victoires japonaises et expansion dans le Pacifique[modifier | modifier le wikicode]

Transcription du célèbre discours de Roosevelt après l'attaque de Pearl Harbor. On y reconnaît particulièrement le mot "infamy" (infamie) désignant la lâcheté de l'opération japonaise et l'indignation face à celle-ci.

La Guerre du Pacifique est déclenchée par la célèbre attaque de Pearl Harbor, base américaine située à Hawaï, qui était le siège de la flotte américaine4. Une force spéciale avait été constituée à cet effet. Le matin du 7 décembre, des vagues d'avions japonais bombardèrent les installations militaires au sol ainsi que les bateaux militaires accostant là et les avions arrêtés au sol8. Des sous-marins ont également servi à surveiller les ports et à achever les avions déjà touchés.9 Plusieurs centaines d'avions sont détruits au sol et dans les hangars, quelques navires sont coulés (quatre), gravement endommagés (quatre également) et un seul est faiblement endommagé8. Ce jour est qualifié de "jour d'infamie" par Roosevelt.

C'est une grande victoire, mais néanmoins on doit relativiser ce succès : les sous-marins japonais ont tous été coulés9, aucun des porte-avions américains n'était présent à Pearl Harbor9 et enfin, si l'on voit les pertes matérielles américaines dans ce raid, elles sont peu élevées9.

Pendant les jours et les semaines qui suivent, l'armée japonaise va être victorieuse et réussir à s'emparer de très nombreux points stratégiques. Wake et Guam, deux postes avancés américains, sont pris le 23 et le 10 décembre respectivement; plusieurs îles appartenant à l'archipel des Gilbert sont également occupées8 et enfin le 25 décembre, Hong-Kong, tombe aux mains des japonais1. Il y a également un mouvement de troupes japonaises sur le continent asiatique, en vue d'envahir la Malaisie. L'invasion et la conquête de la Malaisie prendront quelque temps cependant: Singapour sera prise le 15 février1. Plusieurs autres points du Bornéo sont également pris (attaqués depuis l'Indochine) en janvier8. Toutes ces victoires permettent d'asseoir le Japon sur une domination en Asie des airs, de la terre et des mers sans précédent. Elle permirent également de donner un soutien économique important à la machine de guerre nippone (et de couper ces ressources aux Alliés), en vue d'une guerre prolongée8.

Le prochain objectif fut l'invasion des Philippines, qui occupaient une place très importante dans le plan japonais. Il s'agissait d'un objectif stratégique essentiel pour la bonne poursuite de la guerre et de la conquête des territoires du Pacifique. La force aérienne du Japon décolla de diverses bases (dont certaines basées à Taiwan) et bombarda les positions militaires dans les Philippines le 8 décembre 1941, quelques heures à peine après les attaques de Pearl Harbor10. Cependant les installations de défense philippines avaient déjà étaient mises au courant de ces attaques10, et les Japonais devaient s'attendre à une opération musclée. Au lieu de cela, ils eurent très peu de résistance10(bien moins que ce qu'on pouvait s'attendre) et l'opération fut un vrai succès, préliminaire à l'invasion.

Tanks japonais se dirigeant vers Manille le jour où elle fut prise.

Les Japonais bombardèrent durement donc les aérodromes et les positions militaires américaines, détruisant une grande partie de la flotte américaine des Philippines ainsi que de très nombreux avions10. En quelques jours, l'aviation japonaise eut une supériorité écrasante, qui permet d'assurer la protection et la réussite des opérations de débarquement. Plusieurs corps d'armée et régiments furent déployés afin de prendre le contrôle du nord du Pays (comme à Lugan et Aparri) mais ne rencontrèrent que très peu de résistance10, ce qui leur permit d'accélérer les opérations. Les autres îles principales des Philippines furent envahies comme le Mindanao. La 14ème armée japonaise débarque le 22 décembre, dans plusieurs villes littorales du golfe de Lingayen (côte ouest des Philippines). La 16ème division débarque également sur la côte est du Luzon (principale île des Philippines), dans le golfe de Lamon10. La prise de Manille est alors vue comme une étape absolument nécessaire pour l'état-major japonais et il faut la capturer au plus vite, et les honneurs seront aux premiers qui entreront dans la ville10.

L'avancée des troupes japonaises est inexorable, et tout est fait afin que les troupes américaines ne puissent se retirer dans la péninsule du Batan. Le 2 janvier, l'avant-garde de la 16ème division et de la 48ème division (14ème armée) rentre dans Manille en ayant essuyé presque aucune résistance. Il semblerait que les troupes américaines de Manille se soient retirées avant l'arrivée des Japonais10. De plus, le général Homma, qui s'occupe de l'invasion des Philippines, avait souhaité de ne pas voir bombardée cette ville10; à cause de la présence de nombreux ressortissants japonais. Cette victoire, fut surtout symbolique que militaire, elle donna l'impression que les Etats-Unis n'étaient pas si forts qu'ils paraissaient l'être et qu'ils pouvaient être vaincus10.

Cependant la majorité de l'armée américaine a pu se retirer dans la péninsule du Batan, et même si les objectifs initiaux du Japon sont réalisés, le général Homma souhaite neutraliser les forces philippino-américaines encore présentes10. Pour cela un plan d'invasion de la péninsule du Batan est projetée. Cependant une partie des troupes destinées à continuer le combat sont réaffectés sur d'autres terrains10. Cette réduction des effectifs aura des conséquences désastreuses sur la suite des opérations, de nombreuses erreurs militaires notamment lors de débarquements en mer provoquent de nombreuses pertes10. Lors du mois de janvier, les troupes japonaises progressent rapidement mais ensuite, la ligne de front se stabilise à cause de la résistance acharnée de l'ennemi et des nombreuses défenses présentes (forts etc.)10. Il faut donc préparer un deuxième plan d'invasion10. Le 10 février, le quartier impérial décide de faire venir la 4ème division et plusieurs autres groupes d'armée afin d'amener du sang neuf à la bataille; le manque d'artillerie, un des responsables également de la faillite du premier plan, est également comblé. Une préparation plus poussée des troupes est également mise en oeuvre afin de subir moins l'environnement hostile, composé de montagnes et de jungles10.

Le 3 avril, l'artillerie japonaise commença à bombarder pendant sept jours les points forts de la résistance ennemie ainsi que l'artillerie. Cette préparation avait été précédée par une préparation aérienne qui dura plus de 7 jours10. L'offensive japonaise fut un succès, les troupes progressèrent rapidement au sud. Le 11 avril, le commandant des troupes de la péninsule du Batan, se rendit10. Par la suite, Corregidor et les dernières îles du golfe de Manille aux mains des Américains furent prises (le 6 mai 1942 pour la première). Cependant, de nombreuses autres portions du territoire sont encore à capturer. Au total, la campagne des Philippines aura employé un nombre considérable de troupes japonaises : plus de 192 000 soldats10.

Milieu 1942-1943 : Début de la contre-offensive américaine, défaites japonaises et déclin progressif de l'empire nippon[modifier | modifier le wikicode]

À compléter Cette section est vide, pas assez détaillée ou incomplète. Améliore-la !


Mémoriaux commémorant la Guerre du Pacifique[modifier | modifier le wikicode]

USS Arizona Memorial[modifier | modifier le wikicode]

USS Arizona Memorial

C'est un mémorial installé à Honolulu, à Hawaï qui commémore l'attaque de Pearl Harbor par les Japonais. Il s'agit d'une structure assemblée en trois sections principales : l'entrée et les pièces de rassemblement, la zone centrale consacrée pour les cérémonies et une autre partie qui rend hommage aux 1100 marins morts sur l'USS Arizona, qui était un cuirassé11. Elle coupe le milieu de la carcasse du navire11, qui gît dans le fond marin. La construction fut terminée en 1961 avec des dons privés et des subventions du Congrès américain11. Le drapeau américain flotte toujours, attaché au grand mât sectionné du navire11.

On ne peut y accéder que par bateau étant donné que les restes du navire sont en mer.

Manilla American Cemetery et Mémorial de la maurienne[modifier | modifier le wikicode]

Le mémorial contient le plus grand nombre de tombes de soldats américains morts pendant la Seconde Guerre Mondiale : 17 20212. Sur une surface de 152 acres, les dépouilles enterrées sont majoritairement des soldats morts pendant les opérations en Nouvelle-Guinée et dans les Philippines12. Les pierres tombales sont alignées et disposées en 11 parties qui donnent une forme ronde au cimetière12.

Il y a également une chapelle en maçonnerie blanche enrichie de sculptures et des mosaïques, et qui se trouve au centre du cimetière12. En face de lui, sur une large terrasse, deux hémicycles comprenant plusieurs cartes en mosaïque rappellent les exploits et les victoires de l'armée américaine dans le Pacifique12. A l'intérieur de ces hémicycles, se trouvent les "Tables des Perdus", qui recensent plus de 36 285 noms12. Les sceaux des Etats-Unis et de ses territoires sont également gravés dans le sol12.

Yasukuni-jinja[modifier | modifier le wikicode]

Le sanctuaire de Yasukuni-jinja est un sanctuaire shintoïste, il fût construit en 1869 pour rendre hommage aux Japonais morts pour l'Empire japonais au fil des guerres. Les âmes de plus de 2 millions de Japonais y sont déifiés, dont la plupart sont des soldats morts pendant la Guerre du Pacifique. Le sanctuaire gère également un musée qui a été critiqué comme étant révisionniste et volontairement complaisant envers le Japon de cette époque. L'expansion japonaise dans le Pacifique y est notamment présentée comme un acte de libération des peuples des pays conquis.

La Guerre du Pacifique dans la culture populaire[modifier | modifier le wikicode]

De nombreux films et œuvres de culture ont été consacrés à cette guerre ou à certains épisodes faisant partie de celle-ci.

Clint Eastwood filma deux films se déroulant à Iwo Jima, une des plus célèbres batailles de cette guerre, l'un du côté japonais (Lettres d'Iwo Jima); l'autre du côté américain (Mémoires de nos Pères).

Le Pont de la rivière Kwai, un film de 1957, réalisé par David Lean parle également de ce conflit, particulièrement du traitement des prisonniers de guerre dans un camp, situé en Birmanie. Il est généralement considéré comme un des meilleurs films de l'histoire du cinéma.

Le vent se lève, film de 2013 de Hayao Miyazaki, montre également une autre facette de cette guerre, avec le génial inventeur des Chasseurs Zéro japonais, reconnus comme très efficaces dans les premières phases de l'affrontement.

L'art de la photographie est également omniprésent : plusieurs photos de la guerre sont devenues très célèbres par la suite, tels que celle des soldats hissant le drapeau à Iwo Jima.

Des romans ont été consacrés à cette guerre tel que Tant qu'il y aura des hommes de James Jones ou encore Les Nus et les Morts de Norman Mailer, qui se déroule durant la campagne des Philippines.

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la Seconde Guerre mondiale —  Tous les articles sur la Seconde Guerre mondiale
Portail de la mer —  Tous les articles sur la mer, et le monde maritime.
Portail de l'Australie —  Tous les articles concernant l'Australie.
Portail de l'Asie —  Tous les articles concernant l'Asie.
Portail de l'Océanie —  Tous les articles sur l'Océanie.
Portail de la Chine — Tous les articles sur la Chine.