Gaston Leroux

« Gaston Leroux » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Gaston Leroux
Gaston Leroux
Gaston Leroux, en 1907.

Gaston Leroux, né le 6 mai 1868 à Paris et mort le 15 avril 1927 à Nice, est un journaliste et écrivain français, auteur de romans policiers.

D'abord journaliste, il se lance dans l'écriture sur le tard (à l'âge de 39 ans) et rencontre la notoriété grâce à son personnage Rouletabille, célèbre détective privé qui résout les énigmes les plus compliquées.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Un avocat éphémère[modifier | modifier le wikicode]

Né le 6 mai 1868 rue du Faubourg-Saint-Martin à Paris (10e arr.), Gaston Leroux est le fils de Dominique Alfred Leroux, un entrepreneur des travaux publics, et de Marie Bidault, fille d'un huissier de justice, mariés ensemble un mois plus tard à Rouen.

Il grandit en Normandie avec ses deux petits frères et sa petite sœur. Il est d'abord élève au collège d'Eu (qu'il réutilisera dans ses romans) puis au lycée de Caen, où il remporte brillamment son baccalauréat avec mention bien en 1886.

La même année, il monte à la capitale et s'inscrit à la faculté de droit de Paris. Il obtient sa licence de droit trois ans plus tard, mais entretemps il a rédigé son premier texte de fiction, Le Petit Marchand de pommes de terre frites, une nouvelle parue en 1887 dans le journal quotidien La République française.

Il devient avocat en 1890 à la chambre de la cour d'appel de Paris. Pour gagner un peu plus d'argent, il met sa plume à profit pour rédiger des comptes-rendus de procès auprès du quotidien français L'Écho de Paris. Il sera d'ailleurs remarqué pour l'un d'eux, à propos d'Auguste Vaillant, anarchiste ayant lancé une bombe dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale.

Un reporter rigoureux[modifier | modifier le wikicode]

Séduit, le quotidien français Le Matin, alors le plus important de la capitale, lui propose de devenir chroniqueur judiciaire. Leroux abandonne son métier d'avocat et devient journaliste. Pendant six ans, il suit des célèbres procès — comme ceux d'Emile Henry, poseur de bombe, de Santo Caserio, assassin du président Sadi Carnot, ou encore de Alfred Dreyfus — et suit même le président de la République Felix Faure en déplacement en Russie.

À cette époque également, il épouse Marie Lefranc dont il se sépare très vite, mais sans pouvoir divorcer car l'épouse le refuse. Deux ans plus tard, il rencontre Jeanne Cayatte dont il partagera la vie : ensemble ils auront deux enfants et finiront par pouvoir se marier en 1917, Marie Lefranc ayant enfin accepté le divorce.

En 1901, il est promu grand reporter du Matin. Journaliste méthodique et rigoureux, il se rend souvent sur le terrain, voyageant en France, en Espagne, au Maroc, en Italie, en Suisse et en Russie où il restera deux ans en tant qu'envoyé spécial.

Un écrivain talentueux[modifier | modifier le wikicode]

Pendant tous ces voyages, Gaston Leroux observe le monde et nourrit son imagination. En 1903, il publie dans Le Matin son premier livre, La Double Vie de Théophraste Longuet, qui raconte la recherche du trésor du bandit Cartouche (wp). Néanmoins, cet essai reste isolé et les talents de Gaston Leroux ne sont pas encore vraiment éveillés : ils le seront par un événement étrange.

En 1907, alors qu'il revient à peine du Maroc, Leroux est réveillé en pleine nuit et prié de partir sur le champ à Toulon pour y suivre un événement : fatigué et énervé, il insulte le messager et l'invite à faire passer le message à la direction du Matin. Cette querelle l'éloigne du journalisme et, pour gagner sa vie, il doit commencer à écrire.

Cette année-là, Le Mystère de la chambre jaune paraît en dix fois dans un autre magazine, L'Illustration. Ce roman policier, première des aventures de Rouletabille, présente une intrigue bien construite et complexe : comment l'assassin est-il sorti de la chambre jaune dont toutes les issues ont été fermées de l'intérieur ? Le succès est tel que L'Illustration commande immédiatement à Gaston Leroux une suite, Le Parfum de la dame en noir, qui sort deux ans plus tard.

Grâce à cette réussite, Gaston Leroux peut abandonner le journalisme pour se consacrer pleinement à l'écriture. Le succès se confirme rapidement, avec Chéri-Bibi (forçat accusé d'un crime dont il est innocent mais qui prend le visage du véritable assassin par une opération esthétique). Rouletabille est désormais en concurrence avec Arsène Lupin, personnage de son confrère Maurice Leblanc, également très populaire à l'époque.

Par la suite, Gaston Leroux publiera à un rythme régulier un, parfois deux romans par an. Même s'il y connaît moins de succès, son genre de prédilection est le théâtre : il publie de 1897 à 1918 sept pièces qui resteront dans l'ombre de ses romans. Mort en 1927, il est enterré à Nice (Alpes-Maritimes) où il demeure depuis 1909.

Œuvres[modifier | modifier le wikicode]

Le style de Gaston Leroux est un mélange de littérature policière, de réalisme, de fantastique, de lyrisme et d'humour.

D'une part, en tant qu'ancien journaliste, il s'inspire de faits divers ou historiques et les cultive avec une rigueur professionnelle : dans chacun de ses œuvres, on sent qu'un long travail d'enquête a été réalisé avant le début de la rédaction.

Mais, d'autre part, il n'hésite pas à laisser libre cours à son imagination féconde. Autour de quelques éléments avérés, il articule une aventure palpitante, parfois même jusqu'au fantastique. Ainsi, dans Le Fantôme de l'Opéra, le personnage d'Erik est-il à la fois un architecte de talent, un prestidigitateur, un ventriloque et un merveilleux chanteur.

Leroux écrit dans un style énergique, capable des scènes d'action les plus effrayantes et du suspense le plus insoutenable. Il est considéré, avec quelques-uns de ses confrères de l'époque comme Maurice Leblanc, comme l'inventeur du roman populaire (où l'action est plus importante que le style) qui deviendra progressivement le roman policier...

Les romans les plus célèbres de Gaston Leroux sont Le Mystère de la chambre jaune ainsi que sa suite Le Parfum de la dame en noir (tous deux clairement des romans policiers, avec crime, enquête, détectives et dénouement) et Le Fantôme de l'Opéra (lui d'un genre beaucoup plus fantastique, l'histoire d'un être laid mais talentueux qui tombe amoureux d'une belle jeune fille). Son immortel détective, Rouletabille, lui ressemble en fait par beaucoup d'aspects.

Gaston Leroux à sa table de travail, dans sa résidence à Nice, vers 1919.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Liens internes[modifier | modifier le wikicode]

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

  • www.bnf.fr, « Gaston Leroux ou les doubles jeux de l’écriture ».
Portail de la littérature —  Tous les écrivains, les poètes, les romans…