Garçon devant un ordinateur.jpg
LeSavant.svg

la cabane  •  le Savant  •  le Livre d'or

Participez ! Cet article, comme tous les articles de Vikidia, est peut-être incomplet et tu peux l'améliorer. Tu as des connaissances sûres sur le sujet (texte ou illustration) ? Alors n'hésite pas à les ajouter. Ta contribution est la bienvenue ! C'est à toi de jouer ! Clin d'œil

Accouplement

« Accouplement » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher


Un accouplement de libellules

L'accouplement est la rencontre sexuelle d'un mâle et d'une femelle. Pour que les ovules d'un animal femelle soient fécondés par les spermatozoïdes d'un mâle, une rencontre est obligatoire.

Lieu de rencontre[modifier]

Parfois, cela oblige les animaux à se déplacer en un lieu inhabituel. Par exemple : les anguilles d'Europe vont se rencontrer dans la mer des Sargasses, dans l'océan Atlantique, près de l'Amérique ; et les saumons marins remontent dans la rivière où ils sont nés. Même si la distance est moins grande, les amphibiens (crapauds et grenouilles) reviennent s'accoupler dans la mare ou l'étang où ils étaient nés. D'où l'importance, pour sauvegarder ces espèces insectivores, de ne pas supprimer leurs mares et de leur ménager un passage sous les routes que l'on a créées.

La conquête d'une femelle provoque parfois un combat entre mâles[modifier]

Quand un mâle revendique la propriété de plusieurs femelles, il doit s'opposer par la force à tout rival qui veut s'approcher de son harem. Il en résulte des duels parfois spectaculaires, mais très rarement mortels.

Les buffles, les bisons, les cerfs se heurtent du front ou se repoussent avec leurs bois. Les girafes mâles agitent leur cou et frappent le poitrail de l'autre avec les cornillons de la tête.

Dès que l'un des adversaires sent qu'il a le dessous, il prend une attitude de soumission qui interrompt aussitôt l'affrontement. Le mâle dominant, ayant donné la preuve de sa puissance, ne s'acharne pas sur le rival qui s'éloigne.

Animal généralement calme, le buffle mâle manifeste parfois son agressivité contre un autre mâle qu'il a aperçu, en projetant de la terre. Si le rival ne s'éloigne pas, il y aura combat, front contre front.

Chez les animaux vivant en bande, comme les loups ou les singes, le mâle dominant s'impose à tous les autres qui adoptent l'attitude de soumission (le cou tendu pour le loup), s'ils ne se sentent pas de force à l'emporter.

De tels combats existent aussi chez les animaux domestiques transhumants et, parmi les vaches des alpages, la plus forte affronte les autres, front contre front, pour s'imposer comme « reine » du troupeau.

L'accouplement est souvent précédé d'une parade nuptiale[modifier]

La parade du paon

Il est fréquent qu'une parade précède l'accouplement.

Certains poissons exécutent en couple un véritable ballet aquatique. Les scorpions semblent danser avant de rentrer tous deux au terrier pour s'accoupler.

Ce sont les oiseaux qui ont les parades les plus spectaculaires. Le coq de bruyère et le paon font la roue en redressant les plumes de leur queue pour attirer une femelle. Quelques oiseaux mâles d'Océanie décorent un véritable petit jardin où ils attirent une femelle.

Certains mammifères se lèchent ou se caressent avant de s'accoupler.

Les scientifiques pensent que ces parades instinctives (c'est-à-dire non apprises), toujours les mêmes pour chaque espèce, servent à préparer la femelle à la fécondation de ses ovules. Si elle n'est pas en état d'avoir des petits ou si elle ne reconnaît pas le comportement précis de son espèce, elle refuse la parade et le mâle doit s'adresser à une autre. Chez certains animaux agressifs, cela adoucit les réactions brutales du mâle avant l'accouplement.

La rencontre des ovules et des spermatozoïdes se fait parfois dans l'eau, hors du corps des animaux[modifier]

Chez les coquillages bivalves, c'est uniquement par le mouvement de l'eau que parviennent les spermatozoïdes des mâles sur les ovules des femelles. Pour de nombreuses espèces de poissons, toutes les femelles libèrent leurs ovules dans un même lieu, la frayère, et tous les mâles viennent y verser leur laitance. Ainsi font les harengs, les maquereaux, les morues, les sardines. La truite femelle est suivie par plusieurs mâles qui arrosent ses ovules quand elle les pond. Chez les pieuvres, les grenouilles et beaucoup d'espèces de crapauds, pendant l'accouplement, le mâle recouvre de millions de spermatozoïdes les ovules que la femelle est en train de libérer dans l'eau.

Souvent, le mâle introduit les spermatozoïdes dans le corps de la femelle[modifier]

Accouplement de girafes

Quand l'animal possède un pénis, il l'utilise pour introduire son sperme dans le corps de la femelle. C'est le cas pour les reptiles, les mammifères et certains insectes. Certains poissons, comme la raie, la torpille et le requin, le font également en utilisant une nageoire pointue pour guider l'écoulement de la laitance dans le corps de la femelle. Pour les oiseaux et de nombreux insectes, il suffit d'un rapide contact entre leurs poches sexuelles pour provoquer le passage du sperme du mâle à l'intérieur de la femelle. Parfois, le contact est indirect. Le mâle dépose ses spermatozoïdes dans une petite poche que la femelle aspire avec ses organes (c'est le cas chez le triton et certains insectes).

Voir aussi[modifier]

Vikilien complémentaire[modifier]


Portail de la biologie - Tous les articles sur les plantes et les animaux.