Racisme

« Racisme » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Affiche d'Afrique du Sud datant de l'époque de l'apartheid. On peut y lire en anglais et en afrikaans :
Pour l'usage des personnes blanches. Ces locaux publics et leurs équipements sont réservés exclusivement à l'usage par des personnes blanches.

Le racisme désigne couramment plusieurs choses :

  • une idéologie selon laquelle il existerait des races humaines, dont certaines seraient inférieures à d’autres ;
  • le comportement influencé par cette idéologie : l'hostilité ou l'intolérance envers un groupe humain d'une autre religion, d'une autre couleur de peau, ayant d'autres coutumes, en un mot : différent.

La notion de racisme repose sur des croyances scientifiquement sans fondement (celles de l'existence de races humaines et de personnes inférieures à soi) et remonte à l'Antiquité. Ce n'est donc pas nouveau ; cependant, au cours du temps, l’idéologie raciste a évolué, notamment avec la colonisation, et le mot « racisme » lui-même n'est entré dans le dictionnaire Petit Larousse qu'en 1930.

Comment marche la haine[modifier]

Graffiti xénophobe envers les États-Unis.

La xénophobie est un sentiment très instinctif : ce qui est inconnu fait souvent peur, et la peur de l'étranger se transforme aisément en haine ; le raciste (qui croit à l’existence des races) généralisera facilement ce ressentiment et les opinions qu’il a envers une personne (ayant des torts à ses yeux) à toutes celles qui, selon lui, appartiennent à la même race. Ainsi, quand un « étranger » commet, par exemple, un acte illégal (ou se comporte simplement de façon déplaisante), le raciste accusera facilement tous les gens qui « ressemblent » à cette personne d'être pareils qu’elle. Ce comportement est illustré par les expressions à l’emporte-pièce selon lesquelles les membres de telle race seraient des voleurs, d’autres des avares… Le racisme commence souvent là, car le raciste croit que les membres d’une race se comportent forcément tous (ou presque) de la même façon.

Les racistes préfèrent vivre avec des personnes leur ressemblant. Ils sont mal à l'aise, méfiants ou haineux envers des personnes différentes, et les considèrent comme inférieures.

Mécanique réciproque[modifier]

Quand une communauté se sent rejetée, elle développe souvent un « racisme inverse » (elle devient raciste envers les gens qu'elle croit ou constate être raciste envers elle) : il est facile de haïr ceux qui nous haïssent.

Ainsi, dans les années 1960, lors de la lutte pour les droits des Afro-Américains aux États-Unis, Malcolm X avait fondé une idéologie raciste envers les « Blancs », en réaction au racisme d’alors envers les Afro-Américains. Martin Luther King, de son côté, prônait la réconciliation des deux parties et la fin des discriminations et du racisme ; on se souvient notamment de son célèbre discours I Have a Dream.

De nombreux films et romans développent cette idée qu’il faut sortir de ce cercle vicieux de la haine. Dans Princesse Mononoké, de Hayao Miyazaki, les différences de nature et d’intérêts entre humains et animaux font qu’ils développent un racisme envers l’autre groupe (les animaux s’estiment supérieurs aux humains, les humains aux animaux) et ces différences semblent les pousser à une guerre sans merci ; le héros tente d’empêcher l’escalade de violence : « La haine ne peut engendrer que la haine ! ».

Le racisme dans l'Histoire[modifier]

Entrave d'esclaves de l'Antiquité (musée de la Civilisation celtique, Bibracte, France)

L'histoire du racisme est fort ancienne. De tous temps, de nombreuses sociétés ont eu des pratiques racistes, mais elles n'étaient pas pour autant ouvertement racistes. En fait, il semblerait que le racisme soit devenu une idéologie à partir de la Renaissance ; également que le mot « race » ait été parfois utilisé dès cette époque-là.

Ainsi la France et certains pays arabes, entre autres, ont pratiqué l'esclavage des Noirs jusqu'au XIXe siècle, considérant ces hommes comme des marchandises. Aux États-Unis et en Afrique du Sud, pendant longtemps, les Blancs et les Noirs ne se mélangeaient pas et n'avaient pas les mêmes droits (phénomène de ségrégation1).

Diverses théories furent développées pour justifier ces pratiques.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Histoire du racisme.

Autres intolérances[modifier]

Il existe d'autres formes d'hostilité ou de haine proches du racisme :

Dans tous ces cas, la personne intolérante déteste des gens pour leur différence. Dire par exemple : « Tous les Arabes sont des voleurs. », « Tous les Juifs sont avares. » ou « Tous les Auvergnats sont économes. », c'est du racisme car c’est donner à un ensemble généralement très divers de gens une caractéristique commune et donc globalement fausse.

Lutte contre le racisme[modifier]

« Non au racisme » en anglais
Affiche « antidiscrimination » à Hong Kong

La Déclaration universelle des droits de l'homme proclame que Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Cette déclaration a été signée par de nombreux pays, bien qu’elle n'ait qu'une valeur symbolique. La transcription de ce principe dans les lois dépend des pays.

Les paroles et les actes racistes, xénophobes, homophobes, antisémites, etc., sont punis par la loi dans de nombreux pays. Des associations, comme SOS Racisme en France, par exemple, luttent pour que tout le monde ait les mêmes droits.

En effet, dans les sociétés occidentales, il est plus difficile, lorsqu'on est noir, musulman, etc., d'avoir un travail (à diplôme égal) ou un logement (à revenu égal) : certains embaucheurs xénophobes ont tendance à favoriser les individus qui ressemblent à ceux qu’ils ont l’habitude de côtoyer. C'est une injustice contraire aux droits de l'homme ; en France (et dans de nombreux pays, parfois différemment), la discrimination au travail sur des critères autres que professionnels est un délit puni de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d’amende.

Voir aussi[modifier]

Liens externes[modifier]

Articles du Journal de Victor, sur Récré-Action 
Sites officiels 

Sources[modifier]

Articles de Wikipédia 

Notes[modifier]

  1. On parle parfois de ségrégation raciale, mais le mot « ségrégation » suffit pour désigner une telle séparation entre gens de couleur et personnes blanches. Cf. définition de la ségrégation du portail lexical du CNRTL
  2. Écrit ici avec une majuscule, car il n'est pas employé au sens de religion des musulmans, mais au sens de l'ensemble des peuples musulmans.
Portail de la société - Accédez aux articles de Vikidia concernant la société.