Temple grec

« Temple grec » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Les temples grecs sont, dans la Grèce antique, des édifices religieux : ce sont les lieux de culte du polythéisme grec.

L'architecture des temples grecs antiques a été reprise dans les temples romains, qui ont été adaptés à la religion romaine et, bien plus tard, dans un très grand nombre d'édifices néoclassiques religieux et civils, dès la Renaissance en Europe, et jusqu'à nos jours dans le monde entier.

L'Héphaïstéion (ou Théséion) d'Athènes : pronaos et frise intérieure du sékos.

Historique[modifier | modifier le wikicode]

La civilisation mycénienne n'a pas produit de temples. On pense que les premiers temples grecs sont apparus vers le IXe siècle av. J.-C., et qu'ils étaient construits en bois, tout comme les premières statues de culte.

Les premiers temples grecs bâtis en pierre apparaissent au VIIe siècle av. J.-C. : on distingue des temples archaïques, puis classiques, puis hellénistiques après le règne d'Alexandre le Grand et jusqu'à la conquête romaine.

Les trois ordres de l'architecture grecque[modifier | modifier le wikicode]

Ordres architecturaux des colonnes dans l'Antiquité : cherche parmi eux les trois ordres grecs !

Les trois ordres de l'architecture grecque sont trois styles de décoration architecturale, faciles à distinguer grâce aux caractéristiques des colonnes et chapiteaux.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Colonne.

L'ordre dorique[modifier | modifier le wikicode]

Chapiteau dorique du Parthénon, sur l'Acropole d'Athènes.

L’ordre dorique apparaît vers -550. C'est le plus simple des trois.

Les colonnes doriques sont cannelées et directement posées, sans base, sur le soubassement. Le chapiteau dorique est simple, presque sans ornements. Il en résulte une impression de puissance et de rigueur.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Ordre dorique.

Temples grecs doriques[modifier | modifier le wikicode]

Les temples doriques les mieux conservés sont :

En Grande Grèce :

En Grèce proprement dite :

L'ordre ionique[modifier | modifier le wikicode]

Chapiteau ionique de l'Érechthéion, sur l'Acropole d'Athènes.

L'ordre ionique est né lui aussi vers -550, en Ionie, région grecque de l'Asie mineure, et se développe au cours du -Ve siècle.

Les colonnes ioniques sont plus élégantes que les précédentes : le fût est plus mince, avec 24 cannelures creusées plus profondément, reposant sur une base figurant des anneaux superposés.

Le chapiteau est très caractéristique, orné de volutes, sortes de bandes enroulées symétriquement.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Ordre ionique.

Temples grecs ioniques[modifier | modifier le wikicode]

Les temples ioniques les mieux conservés sont :

Le grand temple d'Artémis à Éphèse (l'une des Sept merveilles du monde) était, lui aussi, de style ionique.

L'ordre corinthien[modifier | modifier le wikicode]

Chapiteau corinthien de l'Olympiéion, à Athènes.

L'ordre corinthien apparaît vers -380 : c'est un développement du précédent, mais cette fois, le chapiteau est luxuriant, avec un décor sculpté de feuilles d'acanthe.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Ordre corinthien.

Temples grecs corinthiens[modifier | modifier le wikicode]

Le temple corinthien le mieux conservé est l'Olympiéion (ou temple de Zeus Olympien), à Athènes.

La plupart des temples construits par les Romains reprendront ce style : c'est le cas de la Maison Carrée, célèbre temple romain de Nîmes, et de beaucoup d'autres, tout autour de la Méditerranée.

Le temple grec en élévation[modifier | modifier le wikicode]

Noms des différentes parties d'un temple grec (ici, à Agrigente).

Soubassement[modifier | modifier le wikicode]

La base d'un temple grec s'appelle la crépis, dont la partie supérieure, qui supporte les colonnes, est le stylobate.

Entablement[modifier | modifier le wikicode]

Au-dessus des colonnes, l’entablement est constitué d'une architrave, surmontée d'une frise où alternent des panneaux presque carrés, les métopes (souvent ornées de bas-reliefs), et des ornements verticaux appelés triglyphes. Une corniche en saillie protège cet ensemble.

Frontons[modifier | modifier le wikicode]

Au-dessus de l'entablement se trouvent les frontons et la couverture de l'édifice.

Le fronton comprend un cadre triangulaire (composé de la corniche et de deux rampants obliques) et, dans sa partie centrale, un tympan, souvent somptueusement orné de scènes sculptées, comme celles du Parthénon (conservées au British Museum) ou du temple de Zeus à Olympie (au musée d'Olympie).

Le sommet et les extrémités des frontons pouvaient être décorés de figures sculptées (en marbre ou en terre cuite), appelées acrotères.

Couverture[modifier | modifier le wikicode]

La toiture d'un temple grec reposait sur une charpente faite de poutres empilées, selon les techniques de construction du temps. Les poutres travaillaient beaucoup en flexion, ce qui les rendait très vulnérables aux tremblements de terre. Il faudra attendre les Romains pour disposer de charpentes triangulaires, avec des fermes solides et des poutres maîtresses (entraits) travaillant enfin en traction.

Les tuiles pouvaient être de terre cuite ou de marbre.

Le temple grec en plan[modifier | modifier le wikicode]

Disposition des colonnes[modifier | modifier le wikicode]

Divers plans de temples grecs. Attention Ici, les légendes sont en anglais, mais c'est assez peu différent en français... Voir ci-dessous !

Suivons le schéma ci-dessus :

  • Les colonnes de la façade sont comprises entre les deux murs latéraux : elles sont in antis ;
  • les colonnes sont in antis devant et derrière le bâtiment : le temple est in antis double.
  • Le temple est rond : c'est une tholos.
  • Les colonnes de la façade couvrent toute la largeur du temple : le temple est prostyle ;
  • même disposition, mais le temple a des colonnes devant et derrière : le temple est amphiprostyle.
  • Le temple est entouré d'une double rangée de colonnes : il est diptère ;
  • il est entouré d'une simple rangée de colonnes : il est périptère.
  • Les colonnes sont engagées dans les murs : le temple est pseudo-périptère ;
  • même chose, mais avec deux rangées de colonnes : il est pseudo-diptère.

Nombre de colonnes[modifier | modifier le wikicode]

  • 4 colonnes en façade : le temple est tétrastyle ; 6 colonnes : il est hexastyle ; 8 : il est octostyle...

Le nombre de colonnes en longueur est variable, mais en harmonie avec l'ensemble de l'édifice.

Les salles[modifier | modifier le wikicode]

Le sékos est le bâtiment intérieur du temple, qui comprend différentes pièces. L'entrée du sékos est le pronaos ; la pièce principale s'appelle naos (ou en latin cella, plus employé parce que plus clair) ; le fond de la cella, où l'on garde la statue de culte, est l’adyton ; la pièce supplémentaire, en arrière, si elle existe, est l’opisthodome ; le renfoncement symétrique au pronaos est le posticum (on en parle peu).

Voilà, on a tout le vocabulaire pour parler savamment d'un temple grec !

Pour compléter sur les lieux de culte[modifier | modifier le wikicode]

Hermes di Prassitele, at Olimpia, particular.jpg

ArchitectureTemple grecOrdre doriqueOrdre ioniqueOrdre corinthien
Monuments - ParthénonÉrechthéionFrise des Panathénées
ArtistesMyronLysippePhidiasPolyclètePraxitèle
SculptureVictoire de SamothraceVénus de MiloCouros et Coré
Céramique - Céramique grecque antique

Portail de la Grèce —  Tous les articles sur la Grèce, de l'antiquité à aujourd'hui.
Portail de l'architecture —  Tout sur les monuments et les architectes célèbres.