bavardages  • le Livre d'or
Brazzarail (28522034145).jpg Actualités, astuces, statistiques et une interview, lisez la dernière Gazette de Vikidia ! DessinInterview.png

Paestum

« Paestum » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Vue des deux grands temples de Paestum

Paestum est le nom latin donné (par les Romains) à une ancienne cité grecque de la Grande Grèce, nommée Poseidonia. Elle était située en Italie du Sud, sur la côte de Campanie, au sud de Naples et Salerne.

Aujourd'hui, c'est un hameau sans importance, mais un centre archéologique et touristique d'un intérêt exceptionnel, comptant trois temples grecs doriques merveilleusement conservés.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Fresque grecque de la tombe du Plongeur, vers -470.

Poseidonia est une ancienne colonie fondée à la fin du VIIe siècle av. J.-C. par des Grecs de Sybaris, une importante ville grecque de Calabre, en Italie du Sud, à cette époque en Grande Grèce.

Le coq de Paestum, fresque d'une tombe lucanienne.

Vers -420, Poseidonia devient une cité lucanienne, dans des conditions mal connues. En -273, les Romains en font une colonie de droit romain, sous le nom de Paestum, qui fut citée par le poète Virgile, dans les Géorgiques, pour la beauté de ses roses.

Vers la fin de l'Empire romain, Paestum entre dans une période de déclin, tandis que se développe tout autour de la ville un vaste marécage infesté de moustiques vecteurs d'une maladie jusque-là inconnue en Europe, le paludisme, qu'on appelle aussi la malaria.

La cité, désertée et réputée insalubre, est ravagée par les Sarrasins au IXe siècle, puis par les Normands au XIe. Le site est complètement abandonné durant le Moyen Âge.

À la fin du XVIIIe siècle, l'Europe redécouvre la vieille cité grecque abandonnée. C'est l'époque où les premières fouilles de Pompéi et d'Herculanum passionnent les amateurs d'art. La jeunesse intellectuelle de ce temps fait couramment son « voyage en Italie », dont Rome, Naples, Pompéi sont des étapes obligées. De là, il était tentant d'aller voir un peu plus loin les trois temples grecs de Paestum, miraculeusement conservés et faciles d'accès.

Description[modifier | modifier le wikicode]

Le site compte trois grands temples grecs — deux d'ordre dorique et un d'ordre dorique et ionique — et aussi des édifices publics d'époque romaine, dont un petit amphithéâtre et quatre grandes portes romaines.

Temple d'Héra, dit « la Basilique »[modifier | modifier le wikicode]

Le premier temple d'Héra, épouse de Zeus et divinité tutélaire de Poseidonia, au sud du site, remonte à la seconde moitié du VIe siècle av. J.-C. (vers -540). Il est connu sous le nom de « Basilique », qui lui fut attribué par les visiteurs du XVIIIe siècle.

Le péristyle est parvenu tout entier jusqu'à nous, sans ses frontons, mais avec ses 50 colonnes doriques d'aspect archaïque, très fortement galbées, hautes de 4,68 m, aux chapiteaux à abaque très plat et très large. L'ensemble, disposé en 9 x 18 colonnes, mesure 24,35 m x 54 m.

D'autres éléments subsistent, comme les colonnes intérieures du pronaos et une partie de la colonnade axiale qui séparait l'édifice en deux nefs.

Ce temple se distingue par deux grandes singularités : son nombre impair de colonnes frontales, qui rendait impossible la vision de la statue de culte depuis l'extérieur, et ses chapiteaux décorés de motifs végétaux, avec des feuilles, des rosettes et même des fleurs de lotus.

Le couronnement du temple était en terre cuite peinte, avec des décors de têtes de lions et des antéfixes en forme de palmettes.


Temple d'Athéna, dit « temple de Cérès »[modifier | modifier le wikicode]

Le temple d'Athéna, dit « temple de Cérès », se trouve 500 m environ plus au nord. Ce temple dorique hexastyle, construit vers -510, est plus petit que les deux autres, avec un pronaos à colonnes ioniques.

Ses colonnes sont encore assez archaïques, fortement galbées, avec de larges abaques. Les frontons sont incomplets, mais assez bien conservés.

Second temple d'Héra, dit « temple de Poséidon »[modifier | modifier le wikicode]

Le second temple d'Héra, dit « temple de Poséidon », construit vers -450, est le plus récent et le mieux conservé des trois. Il est contigu à la « Basilique ».

Ce temple, comme le temple de Zeus à Olympie, est dorique périptère hexastyle à 6 x 14 colonnes, élevé sur une crépis (soubassement) à trois degrés (marches). Il mesure 24,30 x 59,90 m.

À l'intérieur, le naos est à double colonnade, avec un pronaos et un opisthodome symétriques, et une cella divisée en trois nefs par deux rangées de sept colonnes doriques, chacune surmontée d'un même nombre de colonnes plus petites.

Les dépôts votifs liés au temple incitent à penser qu'il était dédié à Héra, plutôt qu'à Zeus, comme on avait pu l'envisager d'abord, en raison des similitudes avec le temple d'Olympie. La présence de deux temples contigus dédiés à la même divinité reste cependant inexplicable.

Article mis en lumière la semaine du 17 septembre 2012.
Hermes di Prassitele, at Olimpia, particular.jpg

ArchitectureTemple grecOrdre doriqueOrdre ioniqueOrdre corinthien
Monuments - ParthénonÉrechthéionFrise des Panathénées
ArtistesMyronLysippePhidiasPolyclètePraxitèle
SculptureVictoire de SamothraceVénus de MiloCouros et Coré
Céramique - Céramique grecque antique


Portail de la Grèce —  Tous les articles sur la Grèce, de l'antiquité à aujourd'hui.
Portail de l'Italie —  Tous les articles sur l'Italie.
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Paestum de Wikipédia.

40° 25′ 12″ N 15° 00′ 20″ E / 40.42, 15.005556