Paul VI

« Paul VI » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Paul VI
Pape catholique
Paul VI (au centre) en Israël, en 1964.
Paul VI (au centre) en Israël, en 1964.
Fonction
262e pape de l'Église catholique
Règne 21 juin 1963 - 6 août 1978 (15 années)
Prédécesseur Jean XXIII
Successeur Jean-Paul Ier
Nom de naissance Giovanni Battista Enrico Antonio Maria Montini
Nationalité Italie Italie
Naissance 26 septembre 1897 à Concesio (Italie)
Ordination sacerdotale 29 mai 1920
Décès 6 août 1978 (80 ans) à Castel Gandolfo (Italie)
Sépulture Cité du Vatican
Béatification 19 octobre 2014 par le pape François
In nomine Domini« Au nom du Seigneur »
In nomine Domini
« Au nom du Seigneur »
voir modèle • modifier

Giovanni Battista Montini né le 26 septembre 1897 à Concesio près de Brescia en Lombardie et mort le 6 août 1978 à Rome est le 262ème pape de l'Église catholique romaine. Il a été élu le 21 juin 1963 et a pris le nom de Paul VI. . Il succède à Jean XXIII et son successeur sera Jean-Paul Ier.

Formation[modifier | modifier le wikicode]

Giovanni Battista Montini appartenait à une famille de notables, son père était un des dirigeants du mouvement catholique italien. Il est ordonné prêtre en 1920. Pour se préparer à une carrière diplomatique il séjourne à Varsovie et à Paris.

En 1924, il entre à la secrétairerie d'État (ministère des Affaires étrangères) du État du Vatican. À partir de 1930 il y travaille sous les ordres du cardinal Eugenio Pacelli (le futur pape Pie XII). Il est en même temps l'aumônier national de la Fédération des étudiants catholiques italiens où il va rencontrer la plupart des dirigeants de la Démocratie chrétienne italienne qui dirigera l'Italie pendant des décennies après la Seconde Guerre mondiale.

Quand en 1939 le cardinal Pacelli devient pape, Montini devient un de ses principaux collaborateurs. Il le restera jusqu'en 1954 date à laquelle il doit quitter son poste et est nommé archevêque de Milan. En 1958, dès son avènement, le pape Jean XXIII le nomme cardinal. Montini est considéré comme un homme du dialogue et de l'ouverture vers les autres religions chrétiennes ou pas.

En 1963, le cardinal Montini est élu pape. Il prend le nom de Paul VI.

L'action du pape[modifier | modifier le wikicode]

La continuation du renouveau de l'Église catholique[modifier | modifier le wikicode]

Paul VI continue l'aggiornamento (renouveau, mise à jour) de l'Église catholique commencé en 1962 par Jean XXIII avec l'ouverture du Concile de Vatican II. Il promulgue ainsi trois encyclique. En 1964, l'encyclique Ecclesiam suam qui définit le renouvellement perpétuel de l'Église catholique ; en 1967, l'encyclique Populorum progressio sur le développement des peuples du monde ; en 1968 l'encyclique Humanae vitae qui définit la position catholique sur la régulation des naissances.

Il réaffirme l'obligation du célibat pour les prêtres catholiques. Il fait mettre au point et publier un nouveau missel destiné à remplacer celui de Pie V datant du Concile de Trente dans la seconde moitié du XVIe siècle. Il réforme la liturgie, en particulier il autorise la célébration de la messe en langue nationale. Parallèlement il organise la suite du Concile en créant le synode des évêques qui permet de maintenir le contact avec les catholiques du monde entier.

Cette politique de renouveau provoque des divisions parmi le clergé et les fidèles catholiques. Les « progressistes » trouvent que le pape ne va pas assez loin. Par contre, une minorité de « traditionalistes » refusent le changement et font scission (le schisme).

Le pape de l'ouverture de l'Église catholique sur le monde[modifier | modifier le wikicode]

Depuis 1870, Paul VI est le premier pape à quitter le Vatican pour parcourir le monde. Il se rend à Jérusalem, puis en Inde pour assister au Congrès eucharistique de Bombay en 1964. Il est accueilli à New York à l'Assemblée générale de l'ONU en 1965. Il se rend en Turquie et puis au Portugal au sanctuaire de Fatima (1967). En 1968, il est à Bogota (Colombie) et assiste à l'assemblée de évêques de l'Amérique latine à Medellin. En 1969, il est à Genève où il rencontre les protestants du Conseil œcuménique des Églises, puis en Ouganda. En 1970, il parcourt 8 pays de l'Extrême-Orient. Parallèlement il reçoit au Vatican des chefs d'État venus des pays européens du bloc soviétique ou d'Israël. Une délégation du Vatican participe aux travaux qui aboutissent aux accords d'Helsinki en 1975.

Le pape de l'œcuménisme[modifier | modifier le wikicode]

Paul VI développe l'esprit œcuménique, c'est-à-dire les discussions entre les différentes religions chrétiennes, dans le but de tenter un rapprochement. En 1965, il annule l'anathème qui frappait les chrétiens orthodoxes depuis le schisme de 1054. Il reçoit les chefs des Églises orthodoxes de Constantinople, d'Arménie, de Léningrad, des Arméniens, et rencontre l'archevêque anglican de Cantorbéry.

Portail des religions —  Fêtes religieuses, textes sacrés, fondateurs des religions...