Pie X

« Pie X » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Pie X
Pape catholique
Le pape Pie X après son élection.
Le pape Pie X après son élection.
Fonction
257e pape de l'Église catholique
Règne 4 août 1903 - 20 août 1914 (11 années)
Prédécesseur Léon XIII
Successeur Benoît XV
Nom de naissance Giuseppe Melchiorre Sarto
Nationalité Empire d'Autriche
Naissance 2 juin 1835 à Riese (Royaume de Lombardie-Vénétie)
Ordination sacerdotale 18 septembre 1858
Décès 20 août 1914 (79 ans) à Rome (Royaume d'Italie)
Sépulture Basilique Saint-Pierre
Béatification 3 juin 1951 par le pape Pie XII
Canonisation 29 mai 1954 par le pape Pie XII
Instaurare omnia in Christo« Instaurer toutes choses dans le Christ »
Instaurare omnia in Christo
« Instaurer toutes choses dans le Christ »
voir modèle • modifier

Pie X est le 257e pape et un saint catholique, né à Riese en Italie le 2 juin 1835 et mort le 20 août 1914 à Rome. Il a été élu pape le 4 août 1903.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Né en 1835 dans une famille modeste du nord de l'Italie, Giuseppe Sarto est ordonné prêtre en 1858. Il est devenu en 1884 évêque de la ville de Mantoue. Il devient pape le 4 août 1903 après la mort du pape Léon XIII. Pie X est décédé le 20 août 1914 et le pape Benoît XV lui succède. Il a été béatifié le 3 juin 1951, puis canonisé le 29 mai 1954.

Les mesures prises pendant le pontificat de Pie X[modifier | modifier le wikicode]

Le pape Pie X devant la basilique Saint-Pierre.

Pape surtout religieux, peu conciliant et d'idées conservatrices, Pie X maintient les positions catholiques traditionnelles face aux attaques ou critiques que l'Église catholique doit affronter à son époque.

Par les encycliques Vehementer nos et Gravissimi officii (1906), il condamne la loi française de séparation des Églises et de l'État votée par le parlement français en 1905. Il encourage les catholiques français à la résistance (qui donne lieu à des violences) contre l'application de la loi en particulier au moment des inventaires des biens gérés par l'Église catholique.

Pie X condamne, en 1910, les idée de Marc Sangnier qui tente à partir de son mouvement Le Sillon de fonder la démocratie chrétienne. Il en fait de même avec les thèses d'extrême-droite (anti-républicaines et xénophobes) défendues par le journal royaliste L'Action française de Charles Maurras, qu'il met à l'Index en 1914.

Il tente d'étouffer les thèses « modernistes » qui soumettent les textes bibliques à la critique historique. Il condamne le modernisme par le décret Lamentabili et l'encyclique Pacendi en 1907. En 1910, le prêtre et professeur Alfred Loisy, théoricien moderniste, est excommunié. Pour faire face au modernisme, Pie X crée la Commission pontificale des études bibliques (1907) et fait commencer la révision de la Vulgate (version officielle des textes bibliques et évangéliques).

Portail du christianisme —  Tous les articles concernant le christianisme.