Parallèle (géographie)

« Parallèle (géographie) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Voir les articles homonymes Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : parallèle.
Le parallèle 45° N passant par Bordeaux et son angle de 45° par rapport à l'équateur. Le rayon sphérique joignant Bordeaux au centre de la Terre forme également un angle de 45° avec le rayon du parallèle 45° N.


Un parallèle est un cercle imaginaire dont le tracé est parallèle à celui de l'équateur terrestre. Le parallèle donne la latitude d'un point de la surface terrestre.

On a créé 90 parallèles dans l'hémisphère Nord et autant dans l'hémisphère Sud. Chaque parallèle correspond à un angle de latitude mesuré depuis l'équateur et exprimé en degrés. Entre deux parallèles successifs on peut en créer d'autres pour tenir compte des valeurs d'angle inférieures au degré (les minutes et les secondes d'angle).

Propriétés[modifier | modifier le wikicode]

Les cercles parallèles sont des loxodromies (ou courbes), ils ne sont donc pas porteurs de directions (seules les orthodromies le sont) à l'exception de l'équateur (qui est un grand cercle et une orthodromie). Ils n'indiquent donc ni l'est ni l'ouest d'un point quelconque situé sur le globe. À l'inverse, n'importe quel méridien est orienté nord-sud.

Le rayon d'un parallèle est toujours perpendiculaire à l'axe de rotation terrestre. La longueur de ce rayon diminue d'autant plus que la latitude se rapproche des régions polaires. Cette dimension est nulle aux pôles, égale au demi-grand axe de l'ellipsoïde à l'équateur (rayon équatorial en projection sphérique). En cas de projection cylindrique, (projections de Mercator ou de Gall-Peters), tous les parallèles sont perpendiculaires à tous les méridiens.

Portail de la géographie —  Tout sur les continents, le climat, le relief...