Projection de Mercator

« Projection de Mercator » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Un planisphère réalisé selon la projection de Mercator

La projection de Mercator est un procédé pour représenter la surface de la Terre (qui est sphérique) sur une carte (qui est plane). La projection permet la représentation de la totalité de la surface de la Terre donc d'établir des planisphères. La projection de Mercator conserve les angles, respecte les contours (c'est donc une projection conforme) mais déforme les surfaces et les proportions surtout dans les hautes latitudes (les régions polaires).

C'est une des représentations les plus anciennes (mise au point par Gerardus Mercator au milieu du XVIe siècle) et également une des plus utilisées (surtout dans les pays européens). Mais aujourd'hui elle est très critiquée car elle donne une idée fausse sur l'importance spatiale des pays, en favorisant les pays de la zone tempérée (voire des régions froides de l'hémisphère nord) par rapport aux pays de la zone intertropicale.

La projection de Mercator est surtout utilisée pour cartographier les phénomènes de continuité (liaisons ferroviaires, position des pays les uns par rapport aux autres, les zones climatiques, les courants marins...)

Le principe de la projection de Mercator[modifier | modifier le wikicode]

La projection de Mercator est une projection cylindrique.

Le système de la projection cylindrique
La déformation de la réalité par la projection de Mercator. Exagération de la représentation des régions de hautes latitudes, en comparaison avec les régions de basses latitudes (près de l'équateur)
La déformation des longitudes

Le globe terrestre est entouré par un cylindre de papier qui est tangent à l'équateur. Les parallèles sont dessinés comme des droites horizontales parallèles, les méridiens sont dessinés comme des droites perpendiculaires aux parallèles et sont donc parallèles entre eux (contrairement à la réalité où les méridiens sont concentriques et se rejoignent aux pôles). Méridiens et parallèles forment alors un quadrillage.

Les parallèles qui dans la réalité ont un écartement régulier (soit un degré d'angle) vont sur la carte s'espacer de plus en plus à partir de l'équateur, ce qui conduit à un étirement nord-sud. Les méridiens étant perpendiculaires aux parallèles sur la carte, un étirement ouest-est sera aussi observable. Plus on s"éloigne de l'équateur, plus ces étirements sont importants et, conjugués entre eux, ils aboutissent à d'importantes augmentations des surfaces, surtout dans les régions polaires.

Avantages et inconvénients de la projection de Mercator[modifier | modifier le wikicode]

Imaginée au XVIe siècle, à un moment où les Européens se lancent à la conquête du monde, la carte permet une représentation satisfaisante des régions européennes. Comme elle conserve les angles, elle est très utile pour les navigateurs : une droite sur la carte correspond à une loxodromie dans la réalité, c'est à dire une navigation à cap constant pour le marin le plus souvent (angle donné par la boussole); les aviateurs préférant suivre l'orthodromie (la ligne droite dans la réalité, mais se traduisant par une courbe sur cette projection). En revanche, comme elle déforme les surfaces, la projection de Mercator donne une vision exagérée des régions septentrionales et australes de la Terre, de plus elle sous-estime l'importance spatiale des régions intertropicales. Ainsi, sur une carte établie à partir de cette projection l'Amérique du Sud apparaît plus petite que le Groenland alors qu'elle est en réalité huit fois plus grande. Il en est de même pour la Scandinavie qui apparaît plus grande que l'Inde alors qu'elle est presque quatre fois plus petite.

Vikiliens pour compléter sur les représentations de la Terre[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la géographie —  Tout sur les continents, le climat, le relief...