Frédéric II du Saint-Empire

« Frédéric II du Saint-Empire » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Voir les articles homonymes Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : Frédéric II.
Frédéric II, miniature du XIIIe siècle illustrant un livre sur la fauconnerie écrit par l'empereur.

Frédéric II de Hohenstaufen (1194-1250) est une personnalité importante du Moyen Âge, il est empereur du Saint-Empire romain germanique de 1220 à 1250 et roi de Sicile et de Jérusalem.

Jeunesse[modifier | modifier le wikicode]

Frédéric II est l'unique enfant de l'empereur Henri VI du Saint-Empire (lui-même fils de l'empereur Frédéric Barberousse) et de Constance de Hauteville, reine de Sicile. Son père meurt en 1197 alors qu'il n'a que trois ans et sa mère décède l'année suivante. Il succède à sa mère comme roi de Sicile, mais il est trop jeune pour recevoir la couronne impériale. C'est donc Philippe de Souabe, un frère de son père, qui est élu Roi des Romains. Frédéric passe sa jeunesse dans son royaume de Sicile - composé de l'île et d'une grande partie du sud de l'Italie dont Naples. Très cultivé, il s'intéresse à la poésie, aux mathématiques, à l'astronomie, aux sciences naturelles et parle plusieurs langues1.

Empereur[modifier | modifier le wikicode]

L'Europe au XIIIe siècle ; en gris foncé (2), les états de la papauté, encerclés par les territoires de Frédéric II : au nord par le Saint-Empire, et au sud par le royaume de Sicile.

L'élection de Philippe de Souabe, l'oncle de Frédéric, a été contestée par le pape qui soutient un autre prétendant, Otton IV de Brunswick. Philippe de Souabe est assassiné en 1208 et Otton IV, son successeur, est déposé après avoir subi une importante défaite militaire à Bouvines en 1214. Frédéric II se rend en Allemagne où il est élu Roi des Romains, puis il est couronné empereur par le pape à Rome en 1220. Il promet alors de renoncer au royaume de Sicile : le pape, dont les états se situent au centre de l'Italie, craint d'être encerclé par les territoires de Frédéric (au nord de l'Italie comme empereur, et au sud de l'Italie comme roi de Sicile) ; mais Frédéric II ne tient pas sa promesse. Pendant une grande partie de son règne, il va lutter contre les papes successifs pour augmenter son influence sur l'Italie ; il sera excommunié plusieurs fois.

Veuf d'un premier mariage, Frédéric II se remarie en 1225 avec Yolande de Brienne, héritière du royaume de Jérusalem qui est alors aux mains des Arabes. En 1228, il participe à la Sixième croisade pendant laquelle aucun combat n'a lieu : l'empereur négocie avec le sultan d'Égypte Malik al-Kamil qui lui cède Jérusalem, Bethléem et Nazareth (traité signé en 1229)2. De retour en Allemagne, il promulgue un recueil de lois pour tenter de limiter le pouvoir des nombreux petits états qui composent l'empire. Pour accroitre sa domination en Italie, Frédéric II poursuit sa lutte contre la papauté. Il est soutenu par certaines cités de Lombardie (le parti des gibelins) alors que d'autres cités lombardes soutiennent le pape (le parti des guelfes). En 1237, l'empereur est vainqueur à Cortenuova de la Ligue lombarde fidèle à la papauté. Après l'avoir à nouveau excommunié, le pape le dépose en 1245 pendant le concile de Lyon.

Frédéric II meurt en 1250 (à l'âge de 56 ans) dans un de ses châteaux en Sicile. À sa mort, le pouvoir impérial est très affaibli.

Arts, sciences et fauconnerie[modifier | modifier le wikicode]

Frédéric II accueille des savants et des artistes à Palerme, sa capitale. Il rencontre à Pise le mathématicien italien Leonardo Fibonacci, qui lui dédie Le Livre des carrés.

En 1238, l'empereur autorise l'école de médecine de Salerne à disséquer un cadavre humain, ce qui était alors interdit.

Il est aussi l'auteur d'un traité sur la chasse, De l'art de chasser au moyen des oiseaux (De arte venandi cum avibus).

Mariages et descendance / Contemporains[modifier | modifier le wikicode]

Les contemporains de Frédéric II

Frédéric II s'est marié trois fois et a eu plusieurs enfants parmi lesquels :

1 - de son mariage en 1209 avec Constance d'Aragon (+ 1220), fille du roi Alphonse II d'Aragon :

  • Henri de Germanie (1211-1242) ; son père le fait élire roi de Germanie en 1220 (il a neuf ans) ; plus tard, il est soupçonné d'avoir participé à une révolte contre l'empereur, qui le fait emprisonner. Il meurt pendant sa captivité.

2 - de son mariage en 1225 avec Yolande de Brienne (+ 1228), reine de Jérusalem :

  • Conrad IV (1228-1254), qui succède à son père en 1250

3 - de son mariage en 1235 avec Isabelle d'Angleterre (1214-1241), fille du roi Jean sans Terre :

  • Marguerite (1237-1270), mariée au landgrave Albert Ier de Thuringe

Frédéric II a eu également plusieurs enfants nés de ses maîtresses, dont :

  • Enzio (1220-1272), roi de Sardaigne ;
  • Constance (1230-1301), mariée à l'empereur byzantin Jean III Doukas Vatatzès ;
  • Manfred (1232-1266), roi de Sicile

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Jiri Louda et Michael MacLagan, Les dynasties d'Europe, 1995
  2. Chronologie universelle, Larousse, 1996

Vikiliens[modifier | modifier le wikicode]

Société paysanne au XIVe siècle.jpg Portail du Moyen Âge —  Tous les articles sur le Moyen Âge.
Portail de l'Italie —  Tous les articles sur l'Italie.
Portail de l'Allemagne —  Tous les articles sur l'Allemagne.