Fauconnerie

« Fauconnerie » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Un faucon

La fauconnerie, est l'art de capturer du gibier dans son habitat naturel avec un rapace. Elle est aussi appelée "chasse au vol". Il s'agit de l'un des passes-temps favoris des seigneurs dans l'Antiquité et au Moyen Âge. C'est donc une chasse sans arme à feu.

Les Mongols, pionniers de la fauconnerie[modifier | modifier le wikicode]

Un garçon avec une buse au Yémen.

La fauconnerie serait originaire d'Asie centrale, où elle se pratiquait déjà en Chine et dans les pays d'Orient il y a 3500 ans. Le peuple des Mongols, grand chasseur nomade, fut sans doute le premier à dresser des chevaux et des oiseaux de proie. Puis, au septième siècle, la fauconnerie s'est introduite en Europe sous les mérovingiens.

Le savais-tu.png
Le savais-tu ?
Saint-Bavon, patron des fauconniers
Bavon, est un grand chasseur ayant vécu aux sixième-septième siècles dans la province belge du Hainault. La légende raconte qu'un jour, il fut accusé d'avoir volé un faucon blanc et qu'il fut condamné à mort pour cet acte. Au moment où il allait être exécuter, le faucon réapparut dans les cieux. Ce miracle était considéré comme la preuve que Bavon était innocent, et il fut donc élevé au rang de saint... Aujourd'hui Saint-Bavon est le patron des fauconniers.

Armé comme les autres[modifier | modifier le wikicode]

Fauconnier tenant une chouette lapone bien que cet oiseau n'était pas utilisé traditionnellement

Pendant le Moyen Âge, la fauconnerie se développe en France et devient une pratique assez quotidienne pour les seigneurs. Au VIIIe siècle, le faucon devient un attribut essentiel du chevalier, au même titre que l'épée. Certains grands souverains partent même en guerre accompagnés de leurs oiseaux. Le roi Philippe Auguste par exemple, les emmène avec lui pour la troisième croisade (1189-1192).

Chacun son rapace[modifier | modifier le wikicode]

À partir du XIIe siècle, on attribue couramment à chaque personne un type d'oiseau. Ainsi, l'empereur a le privilège de chasser avec un aigle, tandis que le roi dispose, lui, d'un faucon gerfaut. Les ducs, eux, ne reçoivent que le faucon pèlerin. Les dames de la cour, qui elles aussi pratiquent la fauconnerie, chassent avec un faucon émerillon, et les demoiselles un faucon crécerelle. Enfin, l'autour est désigné aux bourgeois, et l'épervier aux religieux. Mais attention, il faut savoir qu'à cette époque ce type de sport était exclusivement réservé aux nobles. Toute personne s'adonnant à ce loisir sans être de la noblesse s'expose à de très lourdes sanctions.

Un art apprécié : la fauconnerie[modifier | modifier le wikicode]

Au XIIIe siècle, la fauconnerie est très appréciée dans les cours d'Europe, tellement que des traités se mettent à détailler cet art. Le plus célèbre de tous, De arte venandi cum avibus (L'art est de chasser avec les oiseaux), est écrit par l'empereur du Saint Empire romain germanique Frédéric II de Hohenstaufen, entre 1244 et 1250. Il y explique, entre autres, l'affaitage des oiseaux à travers des textes précis et garnis de magnifiques enluminures. On estime que la fauconnerie en France aurait été à son apogée sous Louis XIII (en nombre de faucons).

Renaissance[modifier | modifier le wikicode]

Au cours de la Renaissance, le roi de France, François 1er se passionne pour la chasse et possède de nombreux oiseaux, au XVIIe siècle, la fauconnerie connaît sa véritable heure de gloire en France, c'est alors la première du monde !

La pratique[modifier | modifier le wikicode]

Les rapaces utilisés sont séparés en deux groupes distinct: ceux de haut-vol et ceux de bas-vol. Les faucons sont dans le groupe des oiseaux de haut-vol; les autours et les éperviers sont, quant à eux, classés dans la catégorie des oiseaux de bas-vol.
Les faucons qui étaient régulièrement utilisés sont les faucons sacres, les faucons émerillons, les faucons laniers et les faucons pèlerins. Le fauconnier porte le rapace sur sa main droite. On met une sorte de capuchon sur la tête du rapace que l'on appelle un chaperon pour éviter que l'oiseau soit effrayé par un mouvent brusque. Lorsque le fauconnier a repéré une proie, il enlève le chaperon de la tête du rapace et il monte et descend la main pour que l'oiseau s'envole. Le rapace monte dans le ciel, une fois qu'il a repéré sa proie, il fond sur elle et l'épuise. Le chien de chasse ramène alors la proie au fauconnier. Le rapace vient se percher sur le poing de son maître. Il lui remet alors le chaperon.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  1. http://www.anfa.net/fr/tunnel.html
  2. https://www.vollibre.fr/fauconnerie-unesco-provins/

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

  1. http://www.fauconnerie.info/fauconnerie_mots.html
  2. https://www.babelio.com/liste/4028/Oiseaux-de-proie-et-Fauconnerie
Société paysanne au XIVe siècle.jpg Portail du Moyen Âge —  Tous les articles sur le Moyen Âge.
Scilab128.png Portail des oiseaux —  Tous les articles sur les oiseaux.