Charles Ier d'Angleterre

« Charles Ier d'Angleterre » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Voir les articles homonymes Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : Charles Ier.
Charles 1 Mijtens.jpg

Charles Ier Stuart, né le 19 novembre 1600 à Dunfermline (Écosse) et mort le 30 janvier 1649 à Londres, est un roi d'Angleterre et d'Écosse qui a régné de 1625 à 1649. Sous son règne a eu lieu la première révolution anglaise.

Monarque absolu, il s'oppose au Parlement anglais et tente d'imposer des réformes religieuses à ses sujets. Une guerre civile oppose ses partisans (les Cavaliers) et ceux du Parlement (les Têtes rondes). Vaincu, capturé et jugé, il meurt décapité à Londres.

Famille[modifier | modifier le wikicode]

Charles Ier et son épouse Henriette de France.

Il est le fils du roi Jacques Ier d'Angleterre et de son épouse Anne de Danemark, et le petit-fils de la reine Marie Stuart. En 1612, après la mort de son frère ainé Henri-Frédéric, il devient l'héritier de la couronne. Il succède à son père en 1625 et, la même année, il épouse Henriette de France, fille du roi Henri IV et de Marie de Médicis. Ils ont neuf enfants, dont :

Règne[modifier | modifier le wikicode]

Conflit avec le Parlement[modifier | modifier le wikicode]

Charles Ier gouverne en monarque absolu et, dès le début de son règne, il s'oppose au Parlement anglais. Il déclare la guerre à l'Espagne - alliée de l'empereur Ferdinand II du Saint-Empire - pour aider son beau-frère Frédéric V du Palatinat dont les terres sont occupées par l'empereur. Le roi et son ministre et favori, le duc de Buckingham, combattent aussi sur un autre front. Pour venir en aide aux huguenots français révoltés contre le roi de France, Buckingham mène sans succès une couteuse expédition militaire dans l'ile de Ré. Il se prépare à secourir les protestants français, assiégés par Louis XIII et Richelieu à La Rochelle, lorsqu'il est assassiné en 1628.

Le Parlement refuse d'accorder au roi les fonds nécessaires pour la guerre. Le roi fait alors lever à son profit des impôts qui ne sont pas approuvés par le Parlement. En 1629, Charles Ier dissout le Parlement (qui ne siègera plus jusqu'en 1640). Il lève alors de nouveaux impôts qu'il perçoit directement, ce qui le rend impopulaire auprès du peuple.

Article à lire Article à lire : Pétition des droits
Charles Ier d'Angleterre vers 1630.

Politique religieuse[modifier | modifier le wikicode]

Depuis les règnes du roi Henri VIII d'Angleterre et de sa fille Élisabeth Ire, l'anglicanisme est la religion officielle du royaume. Charles Ier, protestant (anglican) a épousé une princesse catholique ; ce mariage mécontente un grand nombre de ses sujets, ils craignent que des avantages soient accordés à la minorité catholique. De plus, le roi ne s'engage pas aux côtés des princes protestants pendant la Guerre de Trente Ans, ce qui provoque l'incompréhension de ses sujets.

En 1633, Charles Ier fait nommer l'évêque anglican de Londres, William Laud (son conseiller) archevêque de Canterbury ; cette nomination donne à William Laud la primauté sur toute l'Église d'Angleterre. Avec l'appui du roi, William Laud oblige les Anglais à suivre les règles traditionnelles de l'anglicanisme, et tente d'interdire les autres formes de la religion protestante, dont le puritanisme. Les opposants sont persécutés, et ces persécutions sont l'une des causes du départ de nombreux anglais vers les colonies d'Amérique. En 1637, Charles Ier et l'archevêque Laud tentent aussi de réorganiser l'Église d'Écosse, ce qui provoque une rébellion armée des Écossais (Guerre des évêques, de 1639 à 1640). L'armée anglaise manque de moyens et de nourriture, elle n'est pas en mesure de tenir tête aux Écossais. Le roi doit donc signer un traité reconnaissant l'autorité du Parlement d'Écosse (ce qui met fin à la monarchie absolue en Écosse), il doit de plus verser une importante somme d'argent aux Écossais. En échange, ceux-ci restituent au roi les forteresses qu'ils ont conquises.

Rappel du Parlement[modifier | modifier le wikicode]

Le roi a besoin d'argent pour payer aux Écossais la somme qui leur est due. Pour en obtenir, il réunit le Parlement en 1640 ; les parlementaires, qui se plaignent de n'avoir pas été consultés depuis onze ans, lui refusent tout crédit. Charles Ier dissout le Parlement (appelé Parlement court est raison de sa courte durée) au bout de trois semaines. Mais le manque d'argent demeure, et le Parlement est à nouveau réuni ; il est connu sous le nom de Parlement long car il ne sera dissous qu'en 1660. Les membres parlementaires font voter une loi qui prévoit que le Parlement doit être convoqué au moins une fois tous les trois ans, ce que le roi est obligé d'accepter.

Mis en accusation par le Parlement anglais en 1640, l'archevêque Laud est enfermé à la Tour de Londres ; il sera exécuté en 1645. Le comte de Strafford, un autre conseiller de Charles Ier, subit le même sort, il est exécuté en 1641.

En rouge, les forces royales, en jaune, les forces parlementaires.

Guerre civile[modifier | modifier le wikicode]

À partir de 1642, une guerre civile oppose les partisans du roi (les Cavaliers) et les forces parlementaires (les Têtes rondes). Ce sont pour la plupart des membres de la classe moyenne anglaise mécontents de la politique autoritaire du roi, Olivier Cromwell est un de leurs chefs. Battu sévèrement en 1646, le roi refuse la proposition du Parlement d’accepter une monarchie constitutionnelle et se réfugie en Écosse, puis dans l'ile de Wight. La guerre civile reprend en 1648. À nouveau vaincu, le roi est capturé puis jugé par le Parlement ; les parlementaires favorables au roi sont renvoyés (ceux qui restent forment le Parlement croupion). Reconnu coupable de haute-trahison, Charles Ier est décapité le 30 janvier 1649 à Londres.

Littérature[modifier | modifier le wikicode]

Charles Ier d'Angleterre figure dans le roman Vingt ans après d'Alexandre Dumas (la suite des Les Trois Mousquetaires). Les quatre anciens mousquetaires sont d'abord dans des camps opposés : d'Artagnan et Porthos sont envoyés par Mazarin auprès d'Olivier Cromwell, alors qu'Athos et Aramis combattent aux côtés du roi Charles Ier. Puis tous les quatre se retrouvent ensuite pour tenter de sauver le roi de l'échafaud, mais (bien sûr) ils n'y parviennent pas.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Louis1667.jpg
Souverains européens contemporains de Louis XIV

Angleterre : Charles IerOlivier CromwellCharles IIJacques IIGuillaume III et Marie IIAnne d'Angleterre
Espagne : Philippe IIIPhilippe IVCharles IIPhilippe V
Saint-Empire : Ferdinand IIILéopold IerCharles VI - Prusse: Frédéric-GuillaumeFrédéric Ier
Papes : Innocent XInnocent XIInnocent XII - Russie : Alexis IerFédor IIIPierre le Grand

Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.
Portail du Royaume-Uni —  Tout sur l'Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles, l'Irlande du Nord !