Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
les articles à compléter  • le Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent et qui font la maintenance de Vikidia. Participez vous aussi !

Vaudois

« Vaudois » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Représentation idéalisée de Vaudès . Monument à pour Martin Luther à Worms en Allemagne

Les vaudois sont les membres d'une Église chrétienne apparue au XIIe siècle dans la région de Lyon en France. Les premiers vaudois étaient des chrétiens qui cherchaient un retour à la pauvreté des origines du christianisme. La prédication faite par des laïcs, ainsi que les critiques qu'ils font du fonctionnement de l'Église catholique de leur époque, inquiètent le clergé catholique.

Excommuniés en 1184 puis condamnés comme hérétiques en 1215 les vaudois vont subir de nombreuses persécutions et massacres. Ils vont trouver refuge dans les hautes vallées alpines du Piémont et de la Savoie, certains se réfugient dans le Lubéron en France. Au XVIe siècle, les vaudois vont en grande partie adhérer à la Réforme protestante. De ce fait ils continuent d'être persécutés par le roi de France et duc de Savoie. Certains se réfugient en Suisse, en Allemagne, en Hollande.

En 1848, Charles-Albert le roi de Piémont-Sardaigne, leur accorde la liberté civile et religieuse. Aujourd'hui il y aurait environ 45 000 fidèles de confession vaudoise à travers le monde.

Origine de l'Église vaudoise[modifier | modifier le wikicode]

Vers 1170, Pierre Valdo (ou Vaudès ou Valdès) riche marchand lyonnais décide d'abandonner ses richesses et de suivre l'exemple des Apôtres. Il partage sa fortune en quatre parties : une pour sa femme, une pour ses filles qu'il fait devenir nonnes dans l'Abbaye de Fontevraud, une partie pour ceux qu'il aurait lésés dans ses affaires, la dernière partie pour les pauvres.

Volontairement pauvres, Vaudès et quelques compagnons prêchent le retour à la vie simple des origines du christianisme. Ils deviennent les pauvres de Lyon , les pauvres de Dieu. N'étant pas des religieux, ils n'ont pas le droit de prêcher. Ils sont chassés de Lyon par l'archevêque. Le pape Alexandre III qu'ils ont rencontré leur donne l'autorisation de prêcher à condition qu'ils le fassent avec l'accord des autorités religieuses locales (1179), Ce qui leur est bien difficile à obtenir. Rapidement les vaudois se séparent de l'Église catholique, dont en plus de critiquer le fonctionnement ils rejettent progressivement les idées religieuses (en particulier sur le rôle des sacrements et l'utilité du clergé).

Le mouvement se répand dans le Languedoc, en Lombardie, et même en Bohême.

Le concile de Vérone de 1184, les excommunie pour désobéissance aux autorités religieuses. En 1215, le concile de Latran IV, les condamne comme hérétiques. Il sont donc pourchassés par l'Inquisition.

Les idées religieuses des vaudois[modifier | modifier le wikicode]

Les vaudois sont des chrétiens (il n'y a qu'un seul Dieu, Jésus est son fils qui s'est sacrifié pour racheter les péchés des hommes).

Pour faire le salut de l'âme seule compte le respect de l'enseignement des Écritures Saintes (l'Ancien et le Nouveau Testament). La foi est donnée par Dieu.

La messe (même celle pour les morts) n'a aucun effet. La pratique des indulgences est rejetée. Le culte des saints est condamné (il faut les imiter et non les idolâtrer).

Le culte ne se fait pas en latin mais en langue populaire. Vaudès d'ailleurs fait traduire en langue courante (le franco-provencal) des passages de la Bible. Tout croyant, homme ou femme, instruit des Écritures (donc initié) et ayant une vie exemplaire peut prêcher : ce qui est contraire à la tradition catholique où seuls les religieux peuvent le faire. Les prêtres sont donc des usurpateurs. Dieu étant partout le culte se fait partout. Il n'y a qu'une seul prière (le pater). Le serment, le mensonge sont interdits.

Les sacrements sont réduits à deux ; le baptême (des enfants ayant reçu une instruction religieuse) et l'Eucharistie (sans la présence réelle de Jésus dans le pain et le vin de la Cène).

Les vaudois persécutés[modifier | modifier le wikicode]

Le fait qu'ils désobéissent aux autorités religieuses catholiques et qu'ils proposent le retour à la pauvreté déclenche des persécutions contre les vaudois.

En 1209, le pape Innocent II lance une croisade contre les vaudois des vallées alpines, beaucoup sont massacrés. En 1211, près de 80 adeptes sont brûlés vifs à Strasbourg.

Une partie de ceux qui en réchappent émigrent en Bohême. Plus tard ils fusionneront avec les hussites qui contestent l'Église catholique.

En 1487-1488, le pape Innocent VIII et le duc de Savoie, mènent une nouvelle croisade qui provoque le massacre des vaudois dans la Vallouise (une vallée alpine du Briançonnais). Une partie des rescapés (près de 6000 personnes) émigrent dans le Lubéron (à l'est d'Avignon).

En 1532, sous l'influence de Guillaume Farel, une grande partie des vaudois adhèrent à la Réforme protestante. Ils participent au financement de la Bible en français (Bible Olivétan). Mais en 1545, les troupes catholiques sur décision du parlement d'Aix-en-Provence détruisent des villages vaudois du Lubéron.

Massacres des vaudois en 1655

Pendant les guerres de religions, la plus grande partie des vaudois de Provence ont été massacrés par les troupes catholiques.

En 1655, le duc de Savoie et la France de Mazarin, font de nouvelles opérations militaires très violentes contre les vaudois. Ce sont les Pâques vaudoises. La paix est accordée en 1664.

Après la révocation de l'Édit de Nantes (1685) contre les protestants, les vaudois émigrent à leurs risques et périls vers Genève. Mais à partir de 1688, les vaudois de Savoie bénéficient de la protection de Victor-Amédée II, le duc de Savoie, qui vient de rompre avec la France et devient l'allié des Anglais (protestants). Les vaudois peuvent de nouveau pratiquer leur religion et peuvent revenir s'installer dans les vallées alpines.

En 1848, le roi Charles-Albert de Piémont-Sardaigne accorde aux vaudois de son royaume le droit de faire des études supérieures et d'occuper des professions libérales (médecins, avocats...).

Sources[modifier | modifier le wikicode]

  • diverses
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.
Portail du christianisme —  Tous les articles concernant le christianisme.
Portail de Lyon —  Tous les articles concernant Lyon et sa métropole.
Portail de la Savoie — Tous les articles concernant la Savoie.