Cité grecque

« Cité grecque » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Les vestiges de la cité grecque de Sparte.

Dans la Grèce antique, une cité est le territoire où les habitants reconnaissent le même gouvernement. Il est composé d'une ville centre (la capitale où siègent les organismes du pouvoir), de petites villes, de nombreux villages de paysans ou de pêcheurs. La taille de ces cités est très variable (ainsi la cité d'Athènes a une superficie équivalente à celle du département des Yvelines en France). Chaque cité est composée d'une ville haute (l'Acropole) et d'une ville basse. A Athènes au VIII ème siècle avant J.C s'installe la démocratie.

L'Acropole d'Athènes

L'Acropole[modifier | modifier le wikicode]

Dans l'Antiquité, l'acropole était le centre des pouvoirs politique, c'était le sanctuaire religieux. Il s'agit de la partie la plus haute de la ville. Elle abrite les temples des principaux dieux et peut servir d'ultime refuge aux populations. A l'époque, l'Acropole servait de forteresse.

A Athènes, l'Acropole et ses monuments sont le symbole de l'esprit de la civilisation classique. La colline rocheuse est un monument unique d'esprit et d'art.

La population[modifier | modifier le wikicode]

La population des cités grecques est constituée par des hommes libres et leurs familles, par des étrangers et par des esclaves souvent plus nombreux que la population libre (comme à Sparte).

La politique[modifier | modifier le wikicode]

L'évolution politique est différente selon les cités. Certaines, comme Athènes, connaîtront une évolution progressive de la monarchie vers la démocratie. D'autres comme Sparte resteront figées au stade de l' oligarchie.

La démocratie[modifier | modifier le wikicode]

La démocratie apparaît en Grèce, à Athènes, entre le VIème et le Vème siècle av JC, suite à des réformes pour faire face à des crises politiques et économiques. « Démocratie » signifie en grec le pouvoir du peuple : de dêmos (le peuple) et kratos (le pouvoir).

  • -594 à -593 : réforme de Solon qui crée le tribunal populaire de l’Héliée.
  • -508 : réforme de Clisthène qui crée les « dèmes » pour l’organisation du territoire de la Cité (d’où le terme de « démocratie »).
  • -451 : grands chantier de Périclès : construction du Parthénon à « l’âge d’or d’Athènes ».

- Limites de la démocratie athénienne : seuls les « hommes libres » sont citoyens ce qui exclut les esclaves et les femmes. L’immense majorité de la population est exclue de la citoyenneté (40.000 citoyens sur 350.000 habitants).

La tyrannie[modifier | modifier le wikicode]

La notion de tyrannie apparaît en Grèce au VIIe siècle avant J.-C. C'est un régime politique dans lequel un homme s'empare du pouvoir par la force pour renverser le pouvoir en place. Ce type de régime a persisté jusqu'au Ve siècle avant J.-C., époque à laquelle il n'existait presque plus sauf en Sicile. Ce régime s'installe souvent dans des cités déjà dotées d'institutions qui organisent la vie sociale de la cité, succédant ainsi à des formes de régimes aristocratiques, ploutocratiques ou monarchiques. Les tyrans se succèdent souvent les uns aux autres, parfois de père en fils (Pisistrate et ses fils à Athènes), et disparaissent souvent du fait d'une puissance extérieure ( en Asie Mineure, conquête lydienne ou perse) qui a intérêt à voir le tyran disparaître.

Les autres régimes politiques[modifier | modifier le wikicode]

  • L’oligarchie : régime politique dans lequel un petit groupe de personnes gouvernent (la classe dominante).
  • La ploutocratie : régime politique dans lequel les riches sont au pouvoir.
  • La tyrannie : régime politique dans lequel un individu dispose de tous les pouvoirs après s’en être emparé par la force ou la ruse.
  • La royauté : la monarchie qui existait à l’époque d’Homère.

La classification d'Aristote[modifier | modifier le wikicode]

Aristote, dans Les politiques, distingue les régimes selon trois types : le gouvernement d’un seul ; le gouvernement de plusieurs (ou d’une minorité) ; et le gouvernement de tous (ou d’une majorité) ; et selon le critère du juste (s’ils visent l’intérêt commun). Il y aurait alors des formes « justes » et des formes « déviées » des régimes politiques.

Formes justes Formes déviées
Gouvernement d'un seul Monarchie Tyrannie
Gouvernement de plusieurs Aristocratie Oligarchie
Gouvernement de tous République Démocratie

Les principales cités de la Grèce Antique[modifier | modifier le wikicode]

Le Tholos, à Delphes, un temple circulaire du IVe siècle av. J.C.

Delphes[modifier | modifier le wikicode]

Delphes est en quelque sorte le site d'un sanctuaire grec fondé pour le dieu Apollon au VIIIe siècle avant J-C. Delphes est une cité très connu pour ses jeux Olympiques appelés jeux Pythiques articulés autour de trois sports comme par exemple la lutte. Ils se déroulaient tous les quatre ans pour célébrer la victoire d'Apollon sur le monstre Python (une créature mythique à tête de serpent). Ces jeux étaient l'occasion pour différent peuples de se rencontrer pacifiquement : la vertu première de ces rencontres sportives était de rapprocher les Grecs et de suspendre les guerres entre les cités (paix olympique)1.

Delphes était aussi un lieu hautement religieux pour les grecs. Le dieu Apollon y parlait à travers la Pythie, sa prophétesse, on parle alors d'oracle d'Apollon. Pour pouvoir poser une ou plusieurs questions à Apollon, les habitants devaient passer par la purification en se lavant les pieds. La Pythie répondaient aux questions selon la volonté du dieu Apollon2.

Delphes était à cette époque un des sites, tout comme Olympie, les plus fréquentés et les plus connus pour toutes ces raisons3.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la Grèce —  Tous les articles sur la Grèce, de l'antiquité à aujourd'hui.
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.