Delphes

« Delphes » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Sanctuaire de Delphes : théâtre et temple d'Apollon.

Delphes est l'un des grands sanctuaires de la Grèce antique, dédié au dieu Apollon. Il est situé en Phocide, au nord du golfe de Corinthe.

Les anciens Grecs de toutes les cités venaient y consulter la Pythie, prêtresse qui rendait des oracles, censés être les réponses du dieu Apollon aux questions qu'on venait lui poser.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Le sanctuaire s'est développé à partir du VIIIe siècle av. J.-C., sur une pente du mont Parnasse, dominant une plaine côtière. L'activité du sanctuaire de Delphes s'étend sur toute la période classique de l'Antiquité grecque, et même jusqu'à l'époque romaine. C'est l'édit de 392, interdisant les cultes païens, qui met fin officiellement au culte d'Apollon Pythien. Le site est ensuite habité par des chrétiens, qui y élèvent une petite ville avec des églises, puis il est abandonné durant le haut Moyen Âge.

Chaudron en bronze

L'oracle d'Apollon Pythien[modifier | modifier le wikicode]

Apollon lui-même aurait fondé le sanctuaire de Delphes, alors gardé par un serpent nommé « Python », fils de Gaïa (la Terre). Apollon, voulant établir un oracle pour guider les hommes, tua Python de son arc et s'appropria l'oracle.

Delphes était, selon la mythologie grecque, le centre du monde, représenté symboliquement par une pierre (« omphalos ») en forme d'ogive, placée dans le temple, surmontée de deux aigles en or. Dans la mythologie grecque, en effet, Zeus avait fait partir deux aigles, chacun d’un côté du disque terrestre, et ces oiseaux s'étaient rencontrés au centre du monde.

L'historien Plutarque, qui a été prêtre d'Apollon à Delphes, a transmis de nombreuses informations sur le culte : il relate qu'à son époque (Ier siècle) la Pythie ne recevait qu'une fois par mois.

Pour pouvoir consulter l'oracle, le demandeur devait se purifier en se lavant. Pour savoir si Apollon acceptait de donner une réponse, on aspergeait d'eau froide une chèvre : si elle tremblait le dieu donnait son accord.Des offrandes (cadeaux) étaient faites à Apollon, puis le pèlerin entrait dans le temple, où il pouvait poser sa question à la Pythie qui, si tout se passait bien, entrait en transes et donnait ou non une réponse, selon la volonté du dieu.

Un prêtre assistait la Pythie, notamment en traduisant ses paroles, souvent en vers, afin que l’oracle rendu soit compréhensible.

Les réponses de l'oracle étaient souvent difficiles à interpréter. Dans son ouvrage Histoire Hérodote raconte la consultation que Crésus, roi de Lydie, fait auprès de l'oracle. Il pose la question suivante :« Qu'arrivera-t-il si je fais la guerre contre Cyrus, le roi des Perses ? ». L'oracle lui répond « Si tu fais la guerre aux Perses tu détruiras un grand empire ». Confiant Crésus se lance dans la guerre mais est vaincu et fait prisonnier. Il envoie alors un ambassadeur à Delphes pour accuser l'oracle de lui avoir menti. La Pythie lui répond alors « Tu aurais dû demander au dieu de quel empire il parlait : le tien ou celui de Cyrus ? ».

Jeux panhelléniques[modifier | modifier le wikicode]

Stade des jeux pythiques

Dans le stade et le gymnase se déroulaient les célébrations panhelléniques dédiées au dieu Apollon, selon un calendrier religieux très précis : ces compétitions de gymnastique, de lutte ou de chant sont comparables aux jeux olympiques, célébrés à la même époque au sanctuaire de Zeus à Olympie.

On célébrait donc dans la Grèce antique :

Description du sanctuaire[modifier | modifier le wikicode]

Plan du sanctuaire de Delphes
Temple d'Apollon
La Tholos, rotonde IVe s. av. J.-C.

Le temple d’Apollon à Delphes est situé sur le flanc du mont Parnasse, sommet qui culmine à 2 459 m d'altitude et domine la Grèce centrale.

Autour du sanctuaire se trouvait la petite ville de Delphes, qui vivait principalement des ressources apportées par les pèlerins et les visiteurs.

Temple d'Apollon[modifier | modifier le wikicode]

Des vestiges du sixième temple d'Apollon Pythien, daté du IVe siècle, subsistent aujourd'hui. Il est rectangulaire, de forme allongée, et mesure 23 m x 60 m, avec six colonnes doriques en façades et quinze sur chaque côté.

L'autel sur lequel étaient pratiqués les sacrifices est situé devant l'entrée du temple, à l'est. Son socle a été restauré. L'historien grec Hérodote précise qu'il a été offert par les habitants de l'île de Chios, ce qui confirme l'inscription gravée sur le socle.

Stade, théâtre, tholos[modifier | modifier le wikicode]

Le site du sanctuaire de Delphes comprend aussi un stade, qui conserve une ligne de départ en excellent état, un théâtre à flanc de colline, et des zones annexes de monuments à caractère votif ou commémoratif, dont celui de la tholos, petit édifice circulaire dont on ne connaît pas la destination précise.

Dépôt votif de l'« aire »[modifier | modifier le wikicode]

L'Aurige de Delphes
Tête de griffon en bronze
Grand taureau en argent

Dans l'espace sacré appelé « aire », devant le grand mur polygonal situé au-dessous du temple, les archéologues français ont retrouvé, à la fin du XIXe siècle, deux fosses dans lesquelles avaient été enfouis de nombreux objets endommagés, vraisemblablement à la suite d'un incendie. Ces objets, restaurés, sont exposés au musée de Delphes.

L'Aurige[modifier | modifier le wikicode]

Cette statue de bronze, grandeur nature, merveilleusement conservée, représente un aurige (conducteur de char), tenant les rênes, juste avant le départ de la course. Le char a entièrement disparu, mais quelques éléments des chevaux ont été retrouvés. L'ensemble, daté de 470 av. J.-C., est l'un des chefs-d'œuvre de la statuaire grecque antique.

Autres offrandes[modifier | modifier le wikicode]

Parmi les autres offrandes figurent un grand taureau en argent, de nombreuses statuettes en ivoire et deux statues chryséléphantines (en or et en ivoire) d'un dieu et d'une déesse. Les trépieds de bronze, ornés de griffons et autres créatures fantastiques, étaient à l’origine surmontés d'un chaudron.

Monuments commémoratifs et votifs[modifier | modifier le wikicode]

De part et d'autre du chemin donnant accès à la terrasse du temple se dressaient des monuments (trésors, portiques, statues) offerts par les cités grecques pour abriter des offrandes ou commémorer des événements heureux.

Trésors[modifier | modifier le wikicode]

Trésor de Siphnos[modifier | modifier le wikicode]
Trésor de Siphnos : combat des dieux et des Géants. Le char de Cybèle est tiré par des lions qui dévorent les Géants équipés en hoplites.

Le trésor de l'île de Siphnos (vers 525 av. J.-C.) est très connu pour son décor architectural d'ordre ionique comprenant de nombreuses sculptures, dont une frise continue qui montre un épisode de la guerre de Troie. Ce décor, mentionné par Hérodote et Pausanias, fut redécouvert lors des fouilles de l'École française d'Athènes, en 1893.

Trésor des Athéniens
Trésor des Athéniens[modifier | modifier le wikicode]

Le trésor des Athéniens (érigé probablement vers 490-480 av. J.-C.) se trouve dans un virage de la montée vers le temple d'Apollon. Il mesure 6,5 m × 9,5 m et commémore la victoire de Marathon. Le décor est composé de métopes doriques représentant les exploits d'Héraclès et de Thésée. Sur l'avant, il présente un combat de Grecs contre les Amazones.

Colonne des danseuses

Colonnes et piliers votifs[modifier | modifier le wikicode]

À partir du IVe siècle av. J.-C., des colonnes (simples ou doubles) et des piliers ont été dressés pour mettre en valeur une offrande, souvent une statue, qui les surmontait.

Sphinx des Naxiens
Sphinx des Naxiens[modifier | modifier le wikicode]

La colonne offerte par les habitants de l'île de Naxos, vers 575 av. J.-C., est le plus ancien de ces monuments. Elle est constituée d’un fût et d’un imposant chapiteau d’ordre ionique, lui-même surmonté d'une sphinge (sphinx femelle) de deux mètres de haut.

Colonne des danseuses[modifier | modifier le wikicode]

La colonne des danseuses est datée d'environ 330 av. J.-C.. Elle est ornée de feuilles d'acanthe et offre un couronnement original composé de trois jeunes filles dont l'identité reste incertaine. Elles supportaient un trépied de bronze.

Source[modifier | modifier le wikicode]

Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Delphes de Wikipédia.
Parthenon from south.jpg

Langue et civilisation - Grec ancienAlphabet grecMonnaie grecque antiqueMystères d'Éleusis
Littérature et philosophie - SocratePlatonAristoteThéâtre grecEschyleSophocleEuripideAristophaneHérodoteThucydideÉsopeHéracliteCynisme (Diogène de SinopeAntisthène) • Stoïcisme (ÉpictèteCicéronSénèque) • Jacqueline de Romilly
Mythologie - Dieux grecsEnceladeŒdipeAtlantide
Art et archéologie - Temple grecCéramique grecqueParthénonAgora d'AthènesDelphesCorintheOlympieTemple d'Apollon à BassaeThéâtre d'ÉpidaureDélosMycènesTiryntheSantorinSyracuseHeinrich Schliemann
Lieux - ThessaloniqueColone


Portail de la Grèce —  Tous les articles sur la Grèce, de l'antiquité à aujourd'hui.
Article mis en lumière la semaine du 4 avril 2011.

38° 28′ 59″ N 22° 30′ 04″ E / 38.483, 22.501