Cathédrale de la Trinité de Saint-Pétersbourg

« Cathédrale de la Trinité de Saint-Pétersbourg » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Super article Tu lis un « super article ».
La cathédrale de la Trinité en vue aérienne photographiée en juin 2017.

La cathédrale de la Trinité de Saint-Pétersbourg, appelée en russe la cathédrale Troitski (Троицкий собор prononcé Troitskiy sobor) est une cathédrale orthodoxe reconnaissable à ses cinq dômes bleutés située à Saint-Pétersbourg en Russie. Construite entre 1828 et 1835 par l'architecte Vassili Stassov, elle est l'un des derniers exemples du style impérial avant que la révolution russe ne frappe le pays au début du siècle suivant.

La cathédrale, capable d'accueillir jusqu'à 3 000 visiteurs, n'a été que récemment rétablie à son état de la Russie impériale après des décennies de négligence, d'abandon et même de persécutions de ses occupants pendant la période stalinienne. La cathédrale a été classée au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1990 en tant que monument faisant partie du centre historique de Saint-Pétersbourg.

En l'honneur de la victoire lors de la guerre russo-turque de 1877-1878, une colonne commémorative appelée Colonne de la Gloire a été dressée en face de la façade nord de la cathédrale en 1886. Détruite sur ordre de Staline, cette colonne a été restaurée en 2003-2004.

Alors qu'elle était en rénovation, la cathédrale est frappée par un incendie en 2006 qui provoque l'effondrement du dôme principal. Elle a été reconstruite et rouverte en 2010, avant que les réparations complètes ne soient terminées en 2017.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Les débuts[modifier | modifier le wikicode]

L'une des peintures de la collection du régiment Izmaïlovski. Ici, Sainte Catherine d'Alexandrie.

Comme le voulait la tradition en Russie impériale, chaque régiment de gardes impériaux possédait sa propre cathédrale. La future cathédrale de la Trinité de Saint-Pétersbourg est prévue pour le régiment Izmaïlovski1 qui a été mis sur pied en 1730 par l'impératrice Anna Ioannovna dans la région d'Izmaïlovo à côté de Moscou. C'est là-bas qu'ils résidaient avant que le régiment ne soit transféré à Saint-Pétersbourg.

C'est en 1733 qu'il y a eu la première église, mais elle n'était en réalité qu'une grande tente faisant office d'église, ornée d'icônes peintes sur l'armure de tissage bleu foncé1. Les soldats et officiers n'y allaient qu'en été et préféraient fréquenter des églises paroissiales en hiver. L'impératrice Élisabeth Ire de Russie fait construire une église de bois sur le site entre 1754 et 17561. Celle-ci avait deux autels ; le principal des deux était consacré au nom de la Trinité. Cette église, qui pouvait accueillir jusqu'à 1 300 personnes, a subi de sévères dommages lors de l'inondation de 1824, obligeant sa reconstruction complète. L'empereur Nicolas Ier de Russie ordonne à Vassili Stassov de reconstruire la cathédrale1.

Construction de la cathédrale actuelle[modifier | modifier le wikicode]

La cathédrale de la Trinité représente un haut point du néoclissicisme russe.

En mai 1828, la construction de la nouvelle cathédrale débute. Elle est financée par l'argent de l'État ainsi que les fonds personnels de l'empereur Nicolas Ier. La base est faite de carrelage et le sous-sol en granit. On prévoit l'achèvement de l'édifice pour 1832 mais la construction ne se déroule pas sans difficulté ; le dôme central est endommagé le 27 février (calendrier julien, 7 mars dans le calendrier grégorien) 1834, ce qui retarde la construction. Une erreur de calcul de Stassov est également identifiée au niveau des colonnes. Après l'installation du dôme central, celles-ci sont fissurées. Stassov est puni à deux reprises en étant envoyé au poste de garde pour un puis cinq jours2. Les murs et les colonnes de la cathédrale sont renforcées de structure métallique. En raison de l'état du sol, c'est dans une démarche de renforcer les fondations de la cathédrale que 9 000 pieux de bois sont enfoncés dans le sol. La construction s'achève en mai 1835 avec une consécration le 25 mai 1835 par le métropolite Filaret Drozdov ; elle aura coûté trois millions de roubles. La cathédrale culmine à plus de 80 mètres et domine l'horizon des environs. Des plaques commémoratives des officiers du régiment tués au combat sont montées sur le mur. Après l'ouverture de la cathédrale, des drapeaux et trophées remportés par le régiment au cours des campagnes de 1854 à 1855 et 1877 à 1878 sont installés à l'intérieur1.

La cathédrale de la Trinité avec la Colonne de la Gloire, en mémoire de la guerre russo-turque.

La cathédrale de la Trinité devient rapidement réputée pour sa collection d'icônes et de peintures. La section principale de la cathédrale abritait l'icône de la Nativité ; la section sud abritait l'icône de Jésus-Christ. À cela s'ajoutait notamment l'icône de la Trinité donnée par l'impératrice Élisabeth en 1742. Parmi les autres objets sacrés logés dans la cathédrale, il y avait une grande arche d'argent en forme de croix, obtenue en 1753, une grande croix en argent présentée à la cathédrale par Nicolas Ier en 1835 et deux grands évangiles dans des reliures précieuses.

Canons à l'entrée de la cathédrale en l'honneur de la guerre russo-turque de 1877-1878.

Plusieurs événements sociaux sont organisés à la cathédrale. Le 15 février 1835, la cérémonie de mariage entre de l'écrivain emblématique Fyodor Dostoïevski et la philatéliste Anna Snitkina s'y déroule. Le 6 novembre 1894, ce sont les funérailles du pianiste et compositeur Anton Rubinstein.

Sous l'Union soviétique[modifier | modifier le wikicode]

En 1922, l'Union soviétique succède à la Russie avec comme dirigeant Joseph Staline qui fonde l'organisation de son régime sur la terreur d'État. Avec les riches, la religion devient l'un des plus grands ennemis désignés de ce régime totalitaire. Staline s'engage dans une entreprise de destruction massive d'édifices religieux. Si la cathédrale de la Trinité échappe à ce triste sort, plus d'une vingtaine de personnes y sont arrêtées entre 1930 et 1931 et la plupart des objets de valeur en sont pillés jusqu'à la fermeture définitive de la cathédrale en 1938. Des rumeurs circulent sur des projets de démolition de la cathédrale et l'utilisation du matériel restant pour ouvrir un théâtre de district1, puis l'idée d'installer un crématorium circule à son tour, mais elle reste sans suite2.

La cathédrale est finalement remise au ministère soviétique des Télécommunications qui en fait un entrepôt sans chauffage. Elle sera réduite essentiellement à cette fonction pendant le restant de l'ère communiste. Quelques réparations y sont effectuées après la fermeture2.

Pendant la Seconde Guerre mondiale et le siège de Leningrad, le sous-sol de la cathédrale est utilisé comme abri anti-bombes en même temps que des cadavres d'habitants morts de faim sont déposés à la cathédrale2. La cathédrale est sévèrement endommagée pendant la guerre, en plus de continuer d'être exposée aux voleurs.

C'est vers la fin de la perestroïka et la glasnost que l'Église orthodoxe russe récupère la cathédrale, en 1990, tout juste un an avant la chute de l'Union soviétique. Une entreprise de restauration est immédiatement lancée. À cette époque, l'intérieur est en grande partie dépouillé, comparé à la splendeur et à la hauteur de son passé pré-révolutionnaire.

Incendie du 25 août 2006[modifier | modifier le wikicode]

La cathédrale de la Trinité prise par les flammes le 25 août 2006.

Alors qu'elle est en rénovation, la cathédrale est durement touchée par un incendie venu de l'échafaudage des ouvriers chargés de la restauration le 25 août 2006 vers 17h10. L'incendie se propage à l'ensemble du dôme principal, provoquant son effondrement sur la petite coupole du côté nord, détruite également sur le coup. Le feu s'engouffre à l'intérieur de l'édifice, l'endommageant sévèrement1.

L'incendie ne provoque cependant pas de blessé. Les paroissiens, qui étaient de service au moment du feu, sont évacués. Des ouvriers retirent des objets précieux, des peintures et d'autres articles religieux. L'arrivée des pompiers lance le combat contre l'incendie, sauvant trois des quatre coupoles. Un hélicoptère se joint à la lutte contre les flammes et lâche des masses d'eau sur le monument depuis les airs.

Quatre heures après le déclenchement de l'incendie, les pompiers parviennent à contenir les flammes et à les éteindre, une information confirmée par le porte-parole du département. La plupart des peintures et objets précieux ont été sauvés. Les dommages structurels sous le toit sont considérés comme mineurs. Toutefois, la structure en bois du dôme qui était l'originale, en place depuis plus de 170 ans, a été complètement détruite. Plusieurs rapports des médias ont affirmés qu'au moins deux coupoles autour du dôme avait été détruites, une information réfutée par la direction des urgences de Saint-Pétersbourg.

Le métropolite Vladimir Kotlyarov évoque rapidement la thèse d'un incendie volontaire et criminel3. Cependant, l'enquête qui a suivi n'a pas trouvé de signe allant dans ce sens après sept ans.

Valentina Matviyenko, gouverneur de Saint-Pétersbourg de 2003 à 2011, promet que la cathédrale sera restaurée le plus rapidement possible. Elle alloue une somme de 30 millions, puis 58 millions de roubles pour financer la reconstruction de la cathédrale. Le pape Benoît XVI y ajoute un don de 10 000 euros. Cependant, le prix des réparations sera bien supérieur :

  • La restauration du grand dôme nécessitera 128 millions de rouble ;
  • La restauration des façades de la cathédrale coûtera plus d'un milliard de roubles ;
  • L'installation d'une alarme incendie est évaluée à 356 millions de roubles.

La société moscovite TVT Stroyinvest s'occupe de reconstruire le grand dôme en collaboration avec l'Institut Central de Recherche sur les structures de bâtiments. Le reste des travaux est réalisé par les constructeurs de Saint-Pétersbourg : JSC SKK-26 et LLC Comfort.

La reconstruction de la cathédrale est lancée en 2007 et dure trois ans. Les travaux sur la petite coupole du nord sont terminés fin 2007. Au niveau du dôme principal, des travaux préliminaires sont réalisés. Ainsi, la base du grand dôme est installée avec des structures de bois lamellé-collé, estimé résistant aux flammes. Début 2008, la peinture de la cathédrale commence. Le squelette du dôme central est installé jusqu'à ce que la croix soit réinstallée au sommet le 9 octobre 2008. En 2010, les réparations les plus importantes sont terminées avec succès ce qui permet à la cathédrale d'ouvrir de nouveau ses portes. Cependant, des efforts de restaurations perdurent. Ce n'est que le 11 janvier 2017, plus de dix ans après l'incendie, que la restauration est officiellement et entièrement achevée.

Lors de l'incendie de la cathédrale de Notre-Dame de Paris en France le 15 avril 2019, les restaurateurs de Saint-Pétersbourg ont comparé le drame à celui de la cathédrale de la Trinité4.

Architecture[modifier | modifier le wikicode]

La cathédrale de la Trinité et la Colonne de la Gloire de jour.

Fyodor Dostoïevski a décrit la cathédrale en ces mots5 :

« La masse énorme et froide de la cathédrale, appelée à consoler la vanité humaine, en réalité l’écrase. »

— Fyodor Dostoïevski

D'une surface de 3 500 , la cathédrale est construite dans un style russe impérial et néoclassique. Le corps de l'édifice était construit en brique avec des tirants de renforcement en fer6. Au moment de la consécration, la cathédrale était la plus grande de Russie ; sa hauteur en était de 80 mètres. Elle pouvait (et peut aujourd'hui) accueillir plus de 3 000 personnes.

La cathédrale de pierre et de bois est dotée sur le toit d'un grand dôme central et quatre petites coupoles. Les cinq dômes sont ornés de peinture bleue avec des étoiles d'or, selon les instructions personnelles de Nicolas Ier fournies en 1826. Le grand dôme principal est le second plus grand d'Europe à être en bois7.

Détail du dôme de la cathédrale.

Les façades de la cathédrale sont ornées de portiques à six colonnes de l'ordre corinthien et d'une frise sculptée. Dans les niches des portiques se trouvent des anges en bronze sculptées par Samuil Friedrich Halberg (d'origine suédoise).

L'intérieur est décoré de 24 colonnes corinthiennes. Les pilastres sont recouverts de marbre artificiel blanc. L'iconostase semi-circulaire est décorée de colonnes corinthiennes.

En 1872, de nombreuses œuvres sont transférées de la cathédrale Saint-Isaac, dont l'icône de la Dormition.

La cathédrale de la Trinité et la Colonne de la Gloire de nuit.
L'allure de la cathédrale de la Trinité de Morchansk dans l'oblast de Tambov rappelle celle de la cathédrale de la Trinité de Saint-Pétersbourg.

Sur les murs de la cathédrale se trouvent des bannières turques capturées lors de la guerre russo-turque de 1877-1878 par le régiment Izmaïlovski. En 1836, des plaques de marbre blanc portant les noms des officiers du régiment décédés au cours des batailles d'Austerlitz, de Friedland, de la Moskova et de Kulm contre l'Empire français ont été installées dans les murs de la cathédrale. Les clés des forteresses de Kars, Doğubayazıt, Lemotika, Nikopol, Andrinople et d'autres villes, ainsi que les uniformes des plus grands chefs cuisiniers étaient conservés en vitrine.

Lors de la consécration de la cathédrale par Nicolas Ier, l'édifice reçoit des vases de jaspe dans un cadre en or et un tabernacle en jaspe en forme de temple avec des colonnes d’agate rose.

La cathédrale contenait autrefois un lustre en bronze à trois niveaux pesant environ 5 tonnes, fabriqué en 1865, mais il a été « recyclé » à la fermeture de la cathédrale durant l'ère soviétique en 1938.

Le sous-sol de la cathédrale d'Izmailovo contient des pièces de service qui, en 1990, ont été trouvées inondées d'eau. Elles ont été progressivement réparées.

Emplacement[modifier | modifier le wikicode]

La Colonne de la Gloire photographiée en 2006, deux ans après sa réinstallation.

La cathédrale est située au centre de la place de la TrinitéN 1, sur la perspective Izmaïlovski (nommée d'après le régiment Izmaïlovski) au sud de l'Amirauté de Saint-Pétersbourg et de la cathédrale Saint-Isaac. Elle peut être rejointe par la station de métro Tekhnologuitcheski institout.

La cathédrale de la Trinité vue du dessus.

En mémoire de la guerre russo-turque de 1877-1878 qui a vu la Russie libérer la Bulgarie d'une occupation turque, la Colonne de la Gloire a été érigée en face de la façade nord de la cathédrale le 12 octobre 1886. Elle a été conçue à partir de 108 canons turcs pris à l'ennemi et repartis sur cinq niveaux. Elle soutient en son sommet une figure ailée représentant la victoire qui tient une couronne de feuilles de chêne dans une main et des branches de palmier dans l'autre. La Colonne de la Gloire a été fondue et détruite en 1929 durant l'ère soviétique sur ordre de Joseph Staline, puis remplacée par un buste de l'architecte Stassov. La Colonne a été reconstruite à l'aide de copies exactes des canons turcs en 2003-2004 comme cadeau au 300e anniversaire de la ville de Saint-Pétersbourg8.

La chapelle de la cathédrale de la Trinité.

Depuis sa construction en 1894-1895 en mémoire de l'accident de train de Borki du 17 octobre 1888 et de la tentative d'assassinat du tsarévitch Nicolas II au Japon le 29 avril 1891, la chapelle de Saint Alexandre Nevski se tient à côté de la place de la cathédrale9. La chapelle a été fermée en 1924 bien avant la cathédrale elle-même, puis a servi de café. Elle a touchée par un obus lors du siège de Leningrad pendant la Seconde Guerre mondiale. La chapelle a ensuite servi de point de vente et d'entrepôt. Des travaux de restauration ont commencé en août 1998 jusqu'à ce que la chapelle soit consacrée le 26 novembre de la même année par Vladimir Kotlyarov.

Traditions[modifier | modifier le wikicode]

À l'époque pré-révolutionnaire, les paroissiens avaient notamment les traditions suivantes :

  • Le jour de la fête sur la place de la cathédrale, un défilé régimentaire avait lieu avec des banderoles2.
  • Lors de la fête du Mandylion (désigné en langue russe « Спас Нерукотворный » ce qui signifie « le Sauveur non peint de la main de l'homme ») le 16 août, une procession avait lieu sur le bord du canal de la Fontanka.
  • Lors de la fête de l'Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie, une procession traversait les rues environnantes.
  • Le 12 octobre, une commémoration était organisée en mémoire de la bataille de Gorny Dubnik, remportée par les Russes contre l'Empire ottoman le 12 octobre 1977. L'ensemble du régiment Izmaïlovski y participait.

Objets sacrés[modifier | modifier le wikicode]

La cathédrale de la Trinité comporte de nombreux objets sacrés parmi lesquels :

  • Une icône de Pantaléon de Nicomédie ;
  • La droite de l'étole de Jean de Cronstadt ;
  • Des fragments de relique de Matrona Nikonova, dite la Matrone de Moscou10 ;
  • Une relique des saints Pierre et Févronia de Mourom10 ;
  • Trois reliques des saints haut placés Basile le Grand, Grégoire le Théologicien et Jean Chrysostome10 ;
  • L'icône de la Sainte Trinité datant de 1406 qui avait été vendue aux enchères en 1930 et récupérée par un collectionneur américain. Présentée dans plusieurs expositions en Amérique et en Europe, elle a finalement été rendue par le président Vladimir Poutine en 200310,11.

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Elle est à distinguer de l'autre place de la Trinité de Saint-Pétersbourg près du Pont de la Trinité qui a vu une répression sanglante lors de la révolte de 1905.

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3, 1,4, 1,5 et 1,6 (ru) ressource en ligne [en ligne] История собора, sur www.izmsobor.ru (consulté le 31 mai 2019)
  2. 2,0, 2,1, 2,2, 2,3 et 2,4 (ru) ressource en ligne [en ligne] Троице-Измайловский собор sur www.traveltask.ru (consulté le 31 mai 2019)
  3. (ru) ressource en ligne [en ligne] РПЦ настаивает: Троицкий собор был подожжен, sur www.fontanka.ru (consulté le 8 mai 2019)
  4. (ru) ressource en ligne [en ligne] Петербургские реставраторы сравнили пожары в Нотр-Дам и Троицком соборе, sur www.rbc.ru (consulté le 18 avril 2019)
  5. (fr) ressource en ligne [en ligne] Cathédrale de la Sainte-Trinité-du-régiment-de-la-garde-de-Sa-Majesté Izmaïlovski, sur fr.sputniknews.com (consulté le 4 mai 2019)
  6. (fr) livre imprimé [livre] Lorraine de Meaux, Saint-Pétersbourg : Histoire, promenades, anthologie et dictionnaire, 2003 (ISBN 978-2-22-109816-5)
  7. (fr) ressource en ligne [en ligne] La cathédrale de la Trinité de Saint-Pétersbourg en six faits, sur fr.rbth.com (consulté le 4 mai 2019)
  8. (ru) ressource en ligne [en ligne] Троице-Измайловский собор, sur www.kudapiter.ru (consulté le 8 mai 2019)
  9. (ru) ressource en ligne [en ligne] Часовня во имя св. блгв. вел. кн. Александра Невского при Измайловском соборе, sur www.izmsobor.ru (consulté le 31 mai 2019)
  10. 10,0, 10,1, 10,2 et 10,3 (ru) ressource en ligne [en ligne] Святыни, sur www.izmsobor.ru (consulté le 9 mai 2019)
  11. (ru) ressource en ligne [en ligne] Святейший Патриарх Алексий II направил благодарственное письмо Президенту России В.В.Путину, sur www.mospart.ru (consulté le 8 mai 2019)

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la Russie - Tous les articles concernant la Russie.
Portail du christianisme —  Tous les articles concernant le christianisme.
Journal-des-chemins-de-fer-image-titre.png Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.

59°54′58″N 30°18′21″E / 59.91611, 30.30583