Néolithique

« Néolithique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Reconstitution d'habitations néolithiques sur palafittesPrécision au bord du Lac de Constance, en Allemagne
Haches de pierre polie, découvertes à Arzon, Morbihan.

Le Néolithique, ou époque de la « pierre nouvelle-pierre polie », est la période la plus récente de la Préhistoire. Au Proche-Orient, elle commence vers855 av. J.-C., avec l'apparition de l'agriculture, et prend fin avec l'apparition de l'écriture.

Le Néolithique est une révolution dans le mode de vie des hommes. De prédateursPrécision, ils deviennent producteurs. Progressivement, ils deviennent sédentaires et construisent des villages. La culture des céréales et des légumineuses remplace peu à peu la cueillette des plantes sauvages. Les produits fournis par les animaux herbivores domestiqués complètent les ressources apportées par la pêche et la chasse, dont la pratique se réduit.

La production d'objets, en particulier la poterie, apparue vers 6000 av. J.-C., et la métallurgiePrécision, vers 5000 av. J.-C. (toutes les deux au Proche-Orient), deviennent des activités de spécialistes. La protection des richesses accumulées par les producteurs est confiée à des guerriers professionnels. La société se hiérarchisePrécision, comme en témoignent les différences de richesse des tombes. Au Proche-Orient, vers 4000 av. J.-C., les premières villes, qui regroupent de nombreuses habitations autour d'un palais et d'un temple, voient le jour.

Extension progressive de l'agriculture[modifier]

Fortification reconstituée en Autriche

Après la période froide du paléolithique, vers 15 000 av. J.-C., le climat se radoucit avec plus d'humidité et de chaleur. La flore et la faune trouvent de nouvelles conditions d'existence et conquièrent de nouveaux espaces. La nourriture humaine devient plus diversifiée et abondante. La population augmente (on l'estime à une dizaine de millions d'individus). Les hommes se concentrent dans les lieux les plus favorables et deviennent sédentaires (les premiers villages apparaissent au Proche-Orient vers 12 000 av. J.-C.).

L'apparition de l'agriculture est progressive, et elle ne s'est pas faite partout en même temps. Les plus anciens foyers agricoles semblent se situer au Proche-Orient. Vers 8000 av. J.-C., les régions du Croissant fertile (Mésopotamie-Irak, Syrie-Palestine) connaissent les premiers agriculteurs, qui cultivent le blé et l'orge et domestiquent le mouton, la chèvre, le porc, l'âne. Dans la vallée du Jourdain, en Palestine, le village de Jéricho regroupe près de 300 habitants. Au millénaire suivant, l'agriculture s'étend à l'Iran, l’Anatolie, l’Égypte et dans l'Europe du Sud-Est. Au cinquième millénaire, le Néolithique atteint l'Europe centrale (civilisation danubienne) L'agriculture apparaît en Amérique centrale et andine vers 4500 av. J.-C., avec la culture du maïs et du haricot. Vers 4300 av. J.-C., les agriculteurs produisent du riz et du millet en Inde, Chine, Indochine, Indonésie. Les premiers agriculteurs africains (régions actuelle de savane et de steppe), au nord de l'équateur), vers 3000 av. J.-C., produisent du sorgho et du mil.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Début de la culture des plantes.

Les outils des hommes du néolithique[modifier]

Hache en pierre vieille de 8000 ans, trouvée en Slovénie

Une grande partie des outils retrouvés sont en pierre, mais l'utilisation de l'os est certaine. Les pierres, une fois taillées, sont polies en totalité ou en partie (dans ce cas, c'est le tranchant qui est poli). L'emmanchement de la pierre est fait par l'intermédiaire d'une gaine en bois de cerf. Les hommes fabriquent et utilisent des haches (pierre dont le tranchant est parallèle à l'axe du manche) et des herminettes (pierre dont le tranchant est perpendiculaire à l'axe du manche). Les hommes du Néolithique, continuant les usages de ceux du Paléolithique supérieur (final), utilisent beaucoup les microlithes (ce sont des outils de pierre taillée, de petites dimensions : certains sont inférieurs à un centimètre). Ils ont le plus souvent des formes géométriques : triangle, trapèze, rectangle, segment de cercle... Ils sont obtenus par fragmentation de lames. Ils sont montés le plus souvent en série, dans un manche de bois ou d'os, et donnent ainsi un tranchant (exemple de la faucille « dentelée »).

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : pierre polie du Néolithique.

Les poteries néolithiques[modifier]

Une poterie néolithique de style "campaniforme"

Pour conserver leurs récoltes, les paysans doivent disposer de récipients hermétiques à l'irruption des insectes. Les premiers récipients sont en pierre, qui était creusée. La longue durée de sa fabrication et sa lourdeur ont été un handicap. Au VIe millénaire apparaît un récipient plus facile à faire et plus léger : la poterie en terre séchée, puis en terre cuite. La poterie peut difficilement être une production individuelle. La conduite d'un four à poterie est délicate pour éviter la destruction des pots pendant la cuisson. Elle est affaire de spécialiste : le potier. Le four devient une installation fixe. La fragilité des poteries, surtout celles de terre séchée, commande de se déplacer le moins possible.

Diversité des villages néolithiques[modifier]

Reconstitution d'une habitation et d'un grenier du Néolithique
Une maison en torchis, bois et toits de paille, reconstituée

Les paysans constructeurs de maisons se sont servis des matériaux disponibles sur place en tenant compte des caractéristiques climatiques de leur région (en particulier l'abondance des pluies ou de la neige, qui demandent des toits en pente pour évacuer l'eau ou empêcher la formation d'une couche neigeuse trop lourde pour la charpente). Dans les régions sèches, un toit horizontal en terrasse convient, d'autant mieux qu'il n'est pas gourmand en bois de charpente (les arbres sont plus rares dans ces régions). C'est pour cela que les maisons sont de types très différents.

Vers 8000 av. J.-C., Jéricho, en Palestine, est un village regroupant des maisons rondes, aux murs de briques crues sur fondations de pierre. Vers 6000, la forme des maisons a changé : elles sont rectangulaires, le sol est enduit de chaux, les murs sont en briques crues modelées en forme de cigares. Les murs et le sol sont parfois peints en rouge ou beige. Un foyer circulaire creusé dans la cour à ciel ouvert permet de cuisiner. Le village est défendu par une muraille bâtie à l'aide de très gros blocs de pierre.

Vers 6000 av. J.-C., en Anatolie, le village de Çatal Höyük a des maisons cubiques à murs de briques. Les maisons étant collées les unes aux autres, la circulation se fait par les toits en terrasse bâtis en terre séchée sur une armature de petites poutres horizontales. On accède à l'intérieur des maisons par des échelles donnant sur des trappes-ouvertures de la terrasse.

Vers 4000 av. J.-C., le village de Cuiry-les-Chaudardes, en France, dans l'Aisne, comprend des maisons rectangulaires de 10 à 230 m de long. Les murs sont formés de piliers espacés, entre lesquels des branchages entrelacés sont enduits de pisé. Le toit est à double pente, recouvert de paille ou d'herbe.

Les monuments mégalithiques[modifier]

Piliers du cromlech de Stonehenge

Les monuments mégalithiques qui utilisent des blocs de pierre de grandes dimensions sont caractéristiques du Néolithique européen des IIIe et IIee millénaires av. J.-C. Selon la disposition des blocs de pierre, on distingue :

  • le menhir, bloc de pierre unique et vertical. Il peut être de grandes dimensions : ainsi celui de Locmariaquer (Morbihan) mesure 20 m et pèse 300 tonnes ;
  • l’alignement, formé de plusieurs menhirs sur une ou plusieurs lignes. Ceux de Carnac (Morbihan) regroupent 2 934 menhirs répartis sur 4 km de long. On ignore leur signification ;
  • le dolmen, table de pierre horizontale posée sur des piliers. C'est une chambre mortuaire, souvent recouverte d'un tumulus. Il y en a près de 4 500 en France (surtout en Bretagne, dans le Lot, le Gard, l'Ardèche et l'Hérault) ;
  • l’allée couverte , composée de plusieurs tables de pierre accolées, supportées par des pierres dressées. Celle de Locmariaquer (Morbihan) fait 28 m de longueur. Elle peut comporter un couloir divisé en plusieurs salles et sert de sépulture collective ;
  • le cromlech, formé de blocs de pierre dressés disposés en cercle. Le plus célèbre est celui de Stonehenge, près de Salisbury, en Angleterre. Ce monument semble être lié au culte du Soleil (son orientation est faite en fonction des positions du Soleil aux solstices.

La construction de tels monuments formés de blocs de pierre de plusieurs dizaines de tonnes et provenant quelquefois de plusieurs dizaines de kilomètres suppose une organisation sociale très évoluée.

Pointe flèche.png Portail de la Préhistoire - Tous les articles sur la Préhistoire