Tyr

« Tyr » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Bataille de Tyr (1187)
Voir les articles homonymes Attention, à ne pas confondre ! Pour les sujets ou articles dits homonymes, voir : Tyr (homonymie).

Tyr est une ville de 40 000 habitants, dans le Sud du Liban. Aujourd'hui elle s'appelle Sûr.

Dans l'Antiquité Tyr était une puissante cité maritime et commerciale de la Phénicie.

Tyr dans l'Antiquité[modifier | modifier le wikicode]

Dans la première moitié du IIe millénaire av. J.-C., des colons, certainement venus de la ville proche de Sidon, s'installent sur un îlot séparé de 500 à 700 mètres de la côte de l'Asie (la Phénicie). Des fouilles archéologiques montrent une présence humaine vers 2700 av. J.-C.. Les premières mentions de Tyr apparaissent dans les Lettres d'Amarna, la correspondance officielle égyptienne du XIVe siècle av. J.-C.. Tyr semble alors être une cité vassale de l'empire égyptien. Elle est un petit port d'escale entre Byblos et l' Égypte qui a également une activité de transit entre les ports et les peuples installées dans l'intérieur.

Vers 1200, profitant du déclin de l'empire égyptien et de l'empire hittite, Tyr devient la ville la plus importante de la Phénicie. Sa prospérité reposait sur la fabrication du verre et de la pourpre, ainsi que sur la fourniture du bois de cèdre (arbre répandu dans les montagnes de l'arrière-pays). Elle était alors une grande place commerciale distribuant des produits venus souvent de très loin dans le monde méditerranéen et proche-oriental. La ville est alors double : une partie sur l'îlot, une autre sur la côte proche. Elle participe à l'expansion coloniale des cités phéniciennes autour de la mer Méditerranée : ce sont des Tyriens qui fondent Carthage (« La Nouvelle Ville ») en Afrique du Nord à la fin du IXe siècle av. J.-C.. On pense qu'également elle fonda Utique (au sud de Carthage), Gadès (aujourd'hui Cadix en Espagne), Lixus au Maroc.

Tyr est l'objet des conquêtes des peuples voisins[modifier | modifier le wikicode]

Du fait de sa puissante marine et de sa position remarquable Tyr est l'objet des nombreuses attaques par les peuples qui se disputent le Proche-Orient.

Au IXe siècle av. J.-C. les Assyriens du roi Sennachérib assiègent et s'emparent de la ville en 701-700. L' arrière-pays devient une province assyrienne.

À l'issue d'un siège de treize années le roi de Babylone Nabuchodonosor II la prend en 573 av. J.-C.. Mais il semble que Rtyr conserve une certaine autonomie vis à vis de son nouveau maître.La région reçoit des populations nouvelles dont l'origine est discutée entre les historiens (des Turcs, des Mongols ou des Arméniens).

En 539, le roi perse Cyrus prend Babylone et devient le maitre des possessions de celle-ci. Tyr entre alors dans l'empire des Perses achéménides

Pendant les Guerres médiques Tyr fournit des bateaux aux roi perses Darius Ier et Xerxès afin qu'ils puissent envahir la Grèce.

Alors que les autres cités phéniciennes se rendent aux conquérants greco-macédoniens dirigés par Alexandre le Grand, Tyr lui oppose une résistance. En 332 av. J.-C. Alexandre le Grand, faisant route vers l'Égypte, assiège Tyr pendant huit mois. Pour parvenir à vaincre la ville, il fait construire une digne reliant l'île à la terre ferme en se servant des matériaux récupérés après la destruction de la ville de terre ferme. De plus la ville était bloquée par une flotte de 300 navires venus de Sidon. À l'issue du siège 10 000 Tyriens sont tués et 30 000 sont vendus comme esclaves. Peu à peu les sables bloqués par la mer transforment Tyr en une presqu'île.

Tyr est l'objet de luttes entre les successeurs d'Alexandre[modifier | modifier le wikicode]

À la mort d'Alexandre, ses lieutenant se partagent et se disputent son empire.

Séleucos Ier conquiert Babylone et s'empare de la Phénicie. Mais Ptolémée Ier fonde la dynastie lagide en Égypte vers 305-304. Reprenant la politique égyptienne d'expansion vers la Syrie, il occupe la Phénicie vers 290, dont Tyr ainsi que les autres cités phéniciennes.

L’État lagide s'affaiblit après la mort de Ptolémée IV (203/2 av. J.-C.) et la Phénicie repasse sous sous la domination des Séleucides vers l’an 200 av. J.-C.

Puis la Phénicie est de nouveau sous domination de l'Égypte jusque vers 69 av. J.-C..

Tyr romaine[modifier | modifier le wikicode]

Les Romains s'emparent de Tyr en 64 av. J.-C.}. Dans le partage de l'empire entre Octave, Marc Antoine et Lépide qui ont formé le second triumvirat , la Phénicie fait partie des terres données à Marc Antoine, qui avec sa compagne Cléopâtre VII semblent négliger la ville.

L'empereur Septime sévère, transforme la ville en colonie ( Colonia romana) et l' embellit, en particulier en faisant construire un hippodrome qui était un des plus grands du monde romain.

Tyr devient un foyer du christianisme naissant. Un évêque y est installé dès le IIe siècle apr. J.-C.. Deux conciles (animés par des hérétiques à la religion catholique) s'y tinrent en 335 et en 513.

Tyr au Moyen Âge[modifier | modifier le wikicode]

Tyr fit partie de l'empire byzantin. La ville est alors très prospère. On y trouve toujours une industrie du verre et de la pourpre mais on y a introduit le travail de la soie.

En 633, les Arabes musulmans s'emparent de la ville. En 1089, Tyr tombe aux mains des Turc Seldjoukides.

Puis à partir de 1099 Tyr est englobée dans les États latins d'Orient créés par les chevaliers chrétiens pendant les Croisades. De 1124 à 1291, les Vénitiens en sont les maîtres.

Les Mamelouks musulmans venus d'Égypte la prennent et la détruisent en 1291. La ville dont il ne reste que des ruines perd alors toute importance pour des siècles.

Le port de Tyr

Vikiliens pour compléter sur Tyr[modifier | modifier le wikicode]

Portail de l'Asie —  Tous les articles concernant l'Asie.