Courant marin

« Courant marin » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Les courants marins sont de véritables fleuves d'eau de mer qui ont des températures, une salinité et une densité différentes par rapport aux eaux des mers environnantes. Ils peuvent mesurer des dizaines de kilomètres de largeur et des milliers de kilomètres de longueur. Selon leur région d'origine, il existe des courants froids (courant du Labrador, courant du Benguela, Oya Chivo) et des courants chauds (Gulf Stream, courant équatorial, Kouro Chivo...)

Les courants marins sont créés par l'action combinée des vents permanents qui poussent les eaux de surface, de la force de Coriolis qui modifient la direction des courants selon l'hémisphère et par des mouvements de compensation qui fait remonter les eaux profondes plus froides pour remplacer les eaux superficielles qui se sont déplacées.

Les courants marins lorsqu'ils arrivent à proximité des continents modifient les climats soit en les adoucissant soit en les rafraîchissant et en réglant l'évaporation de l'eau de mer, donc des pluies possibles. La remontée d'eau froide dans des eaux tièdes favorisent le plancton, donc la présence des poissons, et favorise la pêche en mer.

Les grands courants marins[modifier | modifier le wikicode]

Les courants marins

Les courants des régions polaires de l'hémisphère Sud[modifier | modifier le wikicode]

Les eaux encerclant l'Antarctique sont très froides. Elles peuvent être gelées en surface jusqu'au niveau du 55e parallèle sud. Les icebergs qui dérivent vers le nord participent aussi au refroidissement des eaux de surface. Dans les régions polaires, au niveau du 60e parallèle sud soufflent en permanence des vents venant de l'ouest qui poussent vers l'est les eaux de surfaces froides. Celles-ci forment alors la dérive antarctique, immense anneau d'eau froide autour du continent antarctique.

Du fait de la force de Coriolis, les courants d'eau de surface sont déviés et tournent dans le sens contraire des aiguilles d'une montre (mouvement antihoraire). Une partie des eaux du bord extérieur nord de la dérive antarctique s'écartent vers le nord et viennent buter contre l'extrémité de l'Amérique du Sud, le sud de l'Afrique et l'Australie. Ces eaux froides de surface surmontent des eaux de profondeur aussi froides et très lourdes qui ont tendance à glisser vers le nord sous les eaux plus tièdes de l'océan Atlantique Sud, de l'océan Pacifique Sud et de l'océan Indien Sud.

Les côtes ouest de ces continents sont donc baignées par des eaux froides (courant de Humboldt, courant du Benguela, courant d'Australie). Le peu d'évaporation de ces eaux froides provoque des déserts côtiers.

Les courants des régions polaires de l'hémisphère Nord[modifier | modifier le wikicode]

L'océan glacial arctique génère des eaux froides. Mais la présence des trois continents perturbent leur échappée vers le sud. Les passages sont étroits et canalisent les eaux froides. Dès leur arrivée dans des étendues maritimes très importantes, la force de Coriolis les dévie vers la droite.

Les courants du Labrador et du Groenland, qui coulent dans l'Atlantique Nord viennent longer la côte est du Canada et des États-Unis en y rafraîchissant les températures aussi bien hivernales qu'estivales. Rapidement ils viennent butter contre les eaux tièdes du Gulf Stream et favorisent les riches eaux poissonneuses de Terre-Neuve.

Le détroit de Béring, laisse passer l'Oya Chivo entre le nord-est de l'Asie et le nord-ouest de l'Amérique du Nord. Coulant dans le Pacifique Nord, il longe les côtes sibériennes de la Russie et les côtes japonaises. Ces eaux froides créent là aussi les conditions favorables à la pêche maritime au large du Japon et des îles Kouriles et du Kamtchatka.

Les courants des régions intertropicales[modifier | modifier le wikicode]

Les eaux de surface sont chaudes en permanence (plus de 18 °C). Le courant équatorial envoie ses eaux chaudes vers l'ouest, grâce à l'action des vents alizés qui soufflent en permanence.

Le Gulf Stream au large de la côte est des États-Unis. Les différences de températures apparaissent grâce au système des fausses couleurs. En rouge les eaux très chaudes. On voit le ruban du Gulf Stream qui se dirige vers le nord-ouest (vers le haut à droite) à travers les eaux plus froides de l'océan Atlantique (en vert puis en bleu).

Dans l'océan Atlantique, le courant équatorial nord, renforcé par les eaux froides du courant des Canaries et une partie du courant sud-équatorial vient butter contre le continent américain. Les eaux sont entraînées dans un gigantesque mouvement circulaire autour de la mer des Sargasses centrée sur le tropique nord. Les eaux chaudes renforcées par celles sortant du golfe du Mexique forment alors le Gulf Stream qui traverse l'Atlantique en direction du nord-est vers l'Europe. Elles sont poussées par les grands vents d'ouest permanents. Ce courant charrie plus de 60 millions de m3 d'eau par seconde. Au départ sa vitesse est d'environ 80 km/jour. En cours de route, une branche s'écarte en direction de l'Islande (son contact avec les eaux froides du courant du Groenland va créer une grande région poissonneuse au large de l'Islande). Arrivé près de l'Europe, refroidi par la traversée, le Gulf Stream se divise. Une branche, la dérive nord-atlantique, longe les côtes occidentales de l'Europe adoucissant le climat de l'Irlande, de la Norvège, des côtes atlantiques de la France. Une autre branche, entrainée dans le mouvement circulaire, tourne vers le sud-est et rejoint le courant des Canaries (eaux froides) qui longe les côtes du Sahara.

Dans l'océan Atlantique Sud, les eaux chaudes du courant sud-équatorial entrainées vers l'ouest buttent contre le continent sud-américain. Elles sont déviées vers le sud (mouvement antéhoraire normal dans cet hémisphère). Elles longent les côtes de Brésil et vont rejoindre en se refroidissant le vaste mouvement circulaire qui agite l'Atlantique sud. Une autre partie importante dérive vers le nord pour rejoindre le courant nord-équatorial (voir plus haut).

Dans l'océan Pacifique, le courant nord-équatorial poussé vers l'ouest atteint les côtes de l'Insulinde, des Philippines. La force de Coriolis le dévie vers le nord où il prend le nom de Kouro Chivo. Il baigne alors l'archipel japonais. Il vient s'affronter aux eaux froides du Kouro Chivo et poursuit son mouvement circulaire en se transformant en dérive nord-pacifique qui en se refroidissant atteint les côtes ouest du Canada et de l'Alaska. Une branche est alors déviée vers le sud pour former le courant froid de Californie qui va rejoindre le courant nord-équatorial.

Dans le Pacifique Sud le courant sud-équatorial atteint la Nouvelle-Zélande et la côte est de l'Australie, poursuit son mouvement circulaire vers le sud et rejoint les eaux froides de la dérive antarctique (voir plus haut).

Portail de la géographie —  Tout sur les continents, le climat, le relief...