Cuisine parisienne

« Cuisine parisienne » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La cuisine parisienne représente tout le savoir-faire parisien dans le domaine de la cuisine à Paris.

Histoire des grands chefs parisiens[modifier | modifier le wikicode]

L'apothéose de la gastronomie parisienne est désignée au XIXe siècle où elle influence alors mondialement la gastronomie1.

Cette gastronomie est très distinguée, car la ville était le foyer de la royauté française, et c'est là que furent développés de nombreux plats pour la Cour du roi. François Vatel, par exemple, demeure célèbre pour avoir organisé tous les somptueux festins à Vaux-le-Vicomte.

D'autres chefs connus, mais plus modernes, sont aussi parisiens, comme Joël Robuchon.

Grands restaurants parisiens[modifier | modifier le wikicode]

Paris est aussi le foyer des grands restaurants de la gastronomie de française : à la Tour d'Argent, en face de la Seine, on peut déguster du canard dont le prix s'élève à 9 500 €.

Sur le boulevard du Montparnasse, se dressent les grandes brasseries intellectuelles, comme la Coupole (qui bénéficie d'un titre au rang de monument historique), la Closerie des Lilas, la Rotonde, le Dôme ou le Select.

Dans les rues touristiques, il y a grand salon de thé Angelina situé rue de Rivoli, connu pour son chocolat chaud réputé.

La Brasserie de la Lorraine, sans doute la meilleure adresse pour commander des fruits de mer, a servi à manger aux acteurs Charlie Chaplin et Jean Gabin.

L'Atelier de Joël Robuchon, dirigé par la célèbre chef cuisinier Joël Robuchon, est reconnu dans le monde entier pour sa qualité de restauration.

Un quotidien des parisiens : le repas[modifier | modifier le wikicode]

Le croissant parisien constitue la base du petit-déjeuner parisien.

Au petit-déjeuner, en boisson, le parisien prend traditionnellement du café, mais aussi parfois du lait frais ou du thé.

Il se nourrit de baguette, coupée en tranche et beurrée, parfois grillée. Le parisien aime aussi à manger des viennoiseries, comme le croissant ou le pain au chocolat. La brioche, si prise, peut être accompagnée de céréales.

Au déjeuner, le parisien prend un hors-d'œuvre composé de crudités et d'une charcuterie, puis un plat chaud souvent accompagné d'un fromage. Le dessert se compose d'une pâtisserie et de fruits.

Au goûter, il est d'usage de grignoter de la brioche ou de la baguette fraîche avec des carrés de chocolat. Le jus de fruit accompagne.

Une entrée, un plat principal, le fromage et les fruits sont inclus dans le dîner.

Des fromages à Paris[modifier | modifier le wikicode]

Le brie (fromage) est un fromage typiquement parisien.

On comptabilise plus d'une centaine de fromages parisiens. Le brie, fromage inventé dans une région agricole de l'est de Paris, est très souvent consommé dans toute l'Île-de-France, le chevru, le fontainebleau (fromage), la butte en pavé de Doue... Beaucoup de fromages qui sont devenus aliments de fêtes, ou même objet de collection...

Les fruits et les légumes[modifier | modifier le wikicode]

Il y a une grande variété de fruits et de légumes parisiens.

Le champignon de Paris2, cultivé dans des carrières aménagées, est un légume symbolique de la ville. La production de ce végétal, représente les trois quarts au niveau de la production mondiale.

La griotte de Montmorency est un fruit, elle aussi, symbolique de Paris. Au xixe siècle, des Parisiens louent des arbres à l'heure pour manger ses gaudrioles sur place.

On peut citer également l'asperge d'Argenteuil, la reine-claude de Chambourcy, ou la carotte de Croissy... On peut aussi aborder les Murs à pêches (wp), inventés à Montreuil-sous-bois.

L'oignon est aussi mis en valeur dans la soupe à l'oignon, très populaire.

Volailles, charcuteries, viandes[modifier | modifier le wikicode]

La cuisine parisienne est réputée pour ses volailles, que l'on considère comme des spécialités qui étaient autrefois servies à la cour de Louis XIV de France.

On trouve à Paris, le cochon généreux qui fournit le célèbre jambon de Paris (aussi appelé jambon blanc), consommé sous différentes formes ; autant dans une assiette avec du beurre, que dans un croque-monsieur, par exemple.

Dans le département des spécialités de volailles, on peut désigner celle d'Houdain. Il y a aussi les recettes traditionnelles comme le bœuf mironton, le pot-au-feu Henri IV, ou la tête de veau à la vinaigrette. Côté charcuteries, il y a le saucisson de Paris, consommé avec de l'ail et des épices. On peut aussi déguster du boudin noir de Paris, de l'escalope parisienne où d'autres pâtés traditionnels.

Pains, viennoiseries et pâtisseries[modifier | modifier le wikicode]

Dans les pains parisiens, il y a la fameuse baguette parisienne. Mais encore, le pain Briard, le Vexin... Côté pâtisseries, il y a le saint-honoré parisien, les chouquettes de Paris, la brioche de Nanterre, la tarte Bourdaloue, les puits d'amour, l'opéra, le mille-feuille, le flan parisien, le sucre d'orge de Moret-sur-Loing, les bonbons à la rose de Provins, les pavés de chocolat de Meaux et le coquelicot de Nemours...

Beaucoup de ces desserts ont été développés ou inventés dans la pâtisserie de la rue de la paix du grand chef parisien Marie-Antoine Carême, précurseur du principe de pâtisserie et confiserie.

Œnologie[modifier | modifier le wikicode]

On peut déguster à Paris beaucoup de vins, dont certains sont des plus réputés. Le vignoble parisien a connu son apogée au XVIIIe siècle, où il était le plus important de la France.

Traditionnellement, le vin est issu des vignes de Montmartre, ou plus loin, dans la banlieue, à Saint-Germain-en-Laye.

Si certains vins servis à la Cour royale étaient très luxueux et réputés, d'autres font figures emblématiques de mauvais vin : comme le vin d'Argenteuil.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]

Liens internes[modifier | modifier le wikicode]

Portail de Paris — Tous les articles concernant Paris et sa banlieue.
Portail de l'alimentation —  Accédez au portail sur l'alimentation.