Bavière

« Bavière » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
localisation de la Bavière en Allemagne

La Bavière (en allemand Bayern) est un Land du sud-est de l'Allemagne. Sa capitale est Munich.

Géographie[modifier]

Situation et superficie[modifier]

La Bavière est, avec ses 70 548 km², le plus grand Land d'Allemagne. En effet, sa taille est à peu près équivalente à celle de la République d'Irlande.

La Bavière compte environ 12 423 000 habitants.

La Bavière est bordée au nord par la Thuringe et la Saxe, à l'ouest par le Bade-Wurtemberg, au sud et au sud-est par l'Autriche et au nord-ouest par la République tchèque.

Villes[modifier]

La plus grande ville et la capitale du Land est Munich, dans le sud. La deuxième ville est Nuremberg, plus au nord. Les autres villes importantes sont Ratisbonne, Augsbourg, Würzburg et Ingolstadt.

Relief[modifier]

Le Forggensee et les Alpes dans le sud bavarois
Le plateau franconien dans le nord de la Bavière

Le territoire bavarois compte surtout des plateaux gréseux et des collines dans le sud et des forêts dans le nord. Le nord est également assez montagneux (Jura franconien). La frontière germano-tchèque est montagneuse (massif de la Fichtelgebirge et Forêt bavaroise), mais la frontière entre la Bavière et les Länder autrichiens du Tyrol et du Vorarlberg l'est bien plus, avec le massif des Alpes. En effet, l'extrême sud de la Bavière (Alpes allemandes) est l'endroit le plus haut de la région.

  • au sud du Danube, le plateau bavarois est une grande zone de débris glaciaires arrachés par les glaciers puis par les cours d'eau aux Alpes toutes proches. Il s'élève progressivement du Nord au Sud. C'est à partir des rivières de cette région qu'ont été nommées les différentes phases des glaciation quaternaire en Europe (Günz, Mindel, Riss et Würm)
  • L'extrême sud de l'Allemagne est formée par une étroite lisière de montagnes, les Alpes qui culminent à 2968 mètres au Zugspitze qui est le point de plus élevé d'Allemagne.

Climat[modifier]

Le climat de la Bavière est tempéré continental. Les Alpes allemandes ont un climat un peu plus montagnard, mais qui n'est pas perçant (contrairement à la majeure partie des Alpes suisses, autrichiennes et italiennes).

Cours d'eau[modifier]

L'Isar près de Munich

Il existe de nombreux cours d'eau notables en Bavière. Le plus important est le Danube, grand fleuve européen très présent en Bavière, en arrosant notamment les villes d'Ingolstadt, Ratisbonne et Passau. Les quatre autres cours d'eau non négligeables sont tous (à l'exception du Main) des affluents du Danube. Le premier, l'Isar, prend sa source dans le nord du Tyrol, traverse Munich et Landshut avant de se jeter dans le Danube à proximité de Deggendorf (entre Ratisbonne et Passau). Le deuxième, l'Inn, prend sa source dans les Grisons (Suisse), traverse le Tyrol, mais ne fait qu'une distance très modeste dans la Bavière, en ne passant essentiellement que dans deux villes moyennes, Rosenheim et Waldkraiburg, avant de former la frontière germano-autrichienne sur quelques dizaines de kilomètres et de se jeter dans le Danube à Passau. Le troisième, le Main, est lui situé dans le nord de la Bavière (Franconie). Il prend sa source dans le Fichtelgebirge, non loin de Kulmbach, passe près de Bamberg, arrose Schweinfurt, Würzburg, Aschaffenburg, Francfort-sur-le-Main (Hesse), avant de se jeter dans le Rhin près de Mayence. Le dernier, le Lech, prend sa source dans le Vorarlberg (Autriche), passe un peu dans le Tyrol, puis arrose Füssen, Landsberg am Lech et Augsbourg en formant une vallée évasée avant de se jeter dans le Danube près de Donauwörth, non loin du Jura franconien.

Lacs[modifier]

Il n'y a des lacs importants que dans le sud de la Bavière. Parmi eux, le Chiemsee, entre Munich et Salzbourg, où sur une des deux îles (Herreninsel) Louis II de Bavière a installé l'un de ses châteaux, le Herrenchiemsee ; l'Ammersee, au sud de Munich ; et le lac de Starnberg, près de l'Ammersee, dans lequel Louis II de Bavière s'est noyé en 1886.

Économie[modifier]

La Bavière est l'un des Länder les plus riches d'Allemagne.

L'agriculture tient pourtant une place importante dans l'économie bavaroise, avec des productions céréalières (seigle au nord, blé au sud), de pommes de terre, de betteraves, de houblon et de fruits (en particulier de raisins). L'élevage bovin, porcin et équin est pratiqué, ainsi que l'exploitation forestière. Il existe des mines de lignite, de granit, de minerai de fer et de sel. Des laitages sont produits dans l'Allgäu (région alpine du Sud-Ouest). Il existe d'importantes centrales hydroélectriques en Bavière, et l'industrie (bière, verre, céramique, machines, textile, papier, équipement optique et scientifique) est développée, en particulier dans les régions de Munich, Nuremberg et Augsbourg. Le tourisme est très actif, en particulier grâce aux stations de sports d'hiver que sont Garmisch-Partenkirchen et Berchtesgaden.

Véritable passerelle entre l'Allemagne et l'Autriche, la Bavière semble occuper une position très stratégique. Cependant, malgré son économie florissante, elle est assez tenue à l'écart du centre économique de l'Allemagne, correspondant à la région autour du Rhin (Hesse, Rhénanie-Palatinat, Rhénanie-du-Nord-Westphalie, Bade-Wurtemberg). Les voies ferrées reliant Francfort à Nuremberg et Karlsruhe à Munich sont relativement médiocres, et aucune autoroute directe ne relie la Bavière à la capitale économique allemande, Francfort-sur-le-Main. Cependant, une ligne à grande vitesse entre Nuremberg et Ingolstadt existe ainsi qu'une autoroute directe entre Munich et Berlin.

Gastronomie[modifier]

Les spécialités culinaires bavaroises sont très nombreuses et très souvent succulentes !

La bière[modifier]

La bière bavaroise est réputée dans le monde entier. Elle est souvent très grande (de 50 centilitres à un litre !).

Le bavarois[modifier]

Dessert froid à base de gelée ou de mousse à réputation également internationale, il est originaire de Bavière.

Les spécialités franconiennes[modifier]

La Franconie, correspondant grossièrement au nord de la Bavière, a de délicieuses spécialités culinaires que l'on déguste dans des lieux séculaires !

La spécialité franconienne par excellence est la saucisse de Nuremberg (Nürnberger Rostbratwurst), que l'on peut déguster, à Nuremberg, Würzburg, Bamberg, Rothenburg ob der Tauber ou dans d'autres villes franconiennes dans des tavernes médiévales où elles sont grillées au bois de hêtre, à l'ancienne !

À Nuremberg, l'autre petite spécialité est le pain d'épice au miel (Lebkuchen), dégusté traditionnellement à Noël mais qui est aujourd'hui vendu toute l'année.

À Bamberg, on peut accompagner sa saucisse de bière fumée (Rauchbier).

À Ratisbonne, rien ne vaut pour accompagner une saucisse blanche bavaroise (Bratwurst) ajouter de la moutarde typique de la ville (Händlmaier's süßer Hausmachersenf), franche au goût sucré et fumé, inventée par Johanna Händlmaier en 1914 pour offrir aux clients de sa boucherie un complément parfait aux saucisses confectionnées par son mari. Dans les tavernes franconiennes, on déguste certes des saucisses nurembergeoises, mais aussi d'autres spécialités franconiennes toutes aussi bonnes !

Les spécialités du Sud de la Bavière[modifier]

Les plus importantes spécialités du Sud de la Bavière sont la Bratwurst (saucisse blanche typique), les Schweinshaxe (jarrets de porc grillés), le Leberkäs (sorte de pâté de viande et d'abats que l'on peut acheter dès 11 heures du matin).

À Munich, pendant la fête de la bière (Oktoberfest), on peut déguster des « Steckerlfisch » (poissons piqués sur un bâton et cuits sur le grill) et du radis noir.

À Munich, on peut déguster des spécialités bavaroises dans d'anciennes brasseries typiques.

Quelques tavernes subsistent néanmoins en Bavière du Sud.

Patrimoine[modifier]

La Bavière jouit d'un patrimoine culturel et naturel exceptionnel.

Les grandes villes[modifier]

Munich[modifier]

La capitale de la Bavière est l'une des plus belles villes d'Allemagne. La vieille ville munichoise se concentre autour de la Place Sainte-Marie (Marienplatz), place rectangulaire entourée d'hôtels particuliers et de l'église gothique Notre-Dame (Frauenkirche), plus grande église de la ville.

La vieille ville de Munich est très riche (églises, châteaux, hôtels particuliers). Ses autres monuments importants sont les églises baroques (Theatinerkirche, Michaelskirche, Asamkirche) et la résidence des rois de Bavière, où se trouvent un trésor et un beau musée.

Les pinacothèques (galeries d'art) sont au nombre de trois à Munich : Alte Pinakothek (Beaux-Arts), Neue Pinakothek (Art moderne) et Pinakothek der Modern (art contemporain). Ces immenses musées rassemblent des collections artistiques inestimables.

Le musée allemand de Munich est gigantesque (16000 objets exposés sur 46000 m²). Situé sur une île formée par l'Isar, il expose sur six étages surtout des choses relatives aux inventions allemandes (voitures, avions, trains, découvertes scientifiques, …). De nombreux autres musées munichois sont remarquables (musée national bavarois (Bayerisches Nationalmuseum), musée de l'Histoire de la Ville (Münchner Stadtmuseum), musée de la Chasse et de la Pêche (Deutsches Jagd- und Fischereimuseum), musée des sculptures (Glyptothek), Galerie Schack (Schack-Galerie), Villa Lenbach, etc.)

Situé à six kilomètres à l'ouest du centre-ville, le château Nymphenburg (Schloß Nymphenburg), résidence d'été des princes-électeurs et rois de Bavière, est lui très fastueux.

Nuremberg[modifier]

Une rue de Nuremberg

La capitale de la Franconie est l'une des rares villes allemandes dotées de fortifications.

À la Renaissance, de nombreux artistes vivaient à Nuremberg et ont laissé leur empreinte un peu partout dans la ville. La vieille ville est très intéressante. On y trouve notamment des églises médiévales : Notre-Dame (Frauenkirche), St-Sébald (Sebalduskirche), et Saint-Laurent (Lorenzkirche) figurant parmi les plus importantes ; la maison de Dürer, natif de Nuremberg, est aussi une curiosité particulièrement intéressante.

Le musée national germanique de Nuremberg est, à l'instar du musée allemand de Munich, un musée sur la culture allemande. De très nombreux instruments scientifiques (globe terrestre de Behaim, 1492-1493, plus ancienne représentation de la Terre sous forme sphérique connue), peintures et sculptures (Dürer, Cranach, Altdorfer, Rembrandt), instruments de musique anciens, pièces d'orfèvrerie, outils préhistoriques, entre autres, se trouvent dans ce musée.

Ratisbonne[modifier]

De taille plus modeste, Ratisbonne, épargnée par la Seconde Guerre mondiale, impressionne immédiatement le visiteur par sa profusion d'édifices religieux.

La cathédrale St-Pierre (Dom St. Peter), très vaste, abrite de beaux vitraux, un trésor et un cloître. Le musée diocésain est juxtaposé à la cathédrale.

Les autres édifices religieux notables de la ville sont l'ancienne chapelle (Alte Kapelle), la basilique St-Emmeram (Basilika St. Emmeram) et l'église St-Cassien (Kassianskirche).

De plus, la vieille ville, constituée de charmantes ruelles, est ornée de beaux hôtels particuliers et d'agréables places.

Augsbourg[modifier]

Augsbourg, ville natale de Bertolt Brecht, mérite également une halte.

Les plus importantes curiosités de cette ville sont la cathédrale (Dom), l'église St-Ulrich et St-Afra, la Fuggerei (original cité aux maisons ocres recouvertes de lierre), et le musée municipal (Städtische Kunstsammlungen).

Würzburg[modifier]

Lieu de résidence des ducs de Franconie, Würzburg, point de départ de la Route romantique (voir plus bas) mérite une halte prolongée.

La superbe résidence des ducs de Franconie, ornée de splendides fresques du vénitien Giambattista Tiepolo, est classée au patrimoine mondial de l'humanité. Château magnifique et somptueux, il est sis au cœur de la ville.

La ville dispose également de deux cathédrales, l'une ancienne, l'autre moderne, d'une vieille ville intéressante bien que modeste, de la forteresse de Marienberg (Festung Marienberg), ancienne résidence des ducs de Franconie (avant le fastueux château) abritant le très intéressant musée du Main franconien, et d'un très vieux pont enjambant le Main.

Les petites villes[modifier]

Rothenburg ob der Tauber[modifier]

Rothenburg ob der Tauber est l'une des plus belles villes de moins de 20000 habitants en Allemagne.

Aucune autre ville bavaroise ne possède un tel charme : en déambulant dans les rues pavées de Rothenburg, on sent une atmosphère médiévale si typique que l'on se croirait au XIIIe siècle.

Maisons médiévales, tourelles rappelant les châteaux forts, majestueux ponts de pierre, hautes tours se dressant au cœur des rues, églises typiques, voilà en deux mots ce que l'on peut voir à Rothenburg ob der Tauber.

Ce cadre idyllique abrite quelques musées : le musée de la justice au Moyen Âge (Mittelalterliches Kriminalmuseum), le musée municipal (Reichsstadtmuseum) et le musée des poupées et des jouets (Puppen- und Spielzeugmuseum).

La ville, grande de 11 000 habitants, a été majoritairement épargnée par la Seconde Guerre mondiale, grâce à l'intervention d'un intellectuel anglais passionné par cette ville.

Bamberg[modifier]

Également très belle, la ville moyenne de Bamberg, offre un cadre très beau. Ses vieilles maisons au bord de la Regnitz, sa splendide cathédrale (Dom) et ses ruelles invitant à la flânerie sont les principales caractéristiques de la ville.

Lindau im Bodensee[modifier]

Cette ville peu commune forme une île sur le lac de Constance (Bodensee), où se trouve la vieille ville. Cette ville, superbement située, se déploie autour de la Maximilianstraße bordée de très vieilles maisons.

Passau[modifier]

Située à la frontière avec l'Autriche, au confluent de l'Inn, du Danube et de l'Ilz, Passau possède une cathédrale, de discrètes placettes et églises, et un superbe musée du Verre (Glasmuseum).

Eichstätt[modifier]

Petite ville fort sympathique près d'Ingolstadt, lovée de part et d'autre de la courbe de l'Altmühl, Eichstätt, ville mêlant architectures ancienne et moderne, abrite surtout une très belle cathédrale (Dom), abritant le saisissant retable de Pappenheim.

Autres petites villes intéressantes[modifier]

À mi-chemin entre Munich et Ratisbonne, Landshut, où vivent 60 000 âmes, conserve un beau centre médiéval. L'église St-Martin (St. Martinskirche) possède une imposante tour.

Au sud d'Augsbourg, Landsberg am Lech conserve également un centre ville agréable avec notamment la belle place du Marché (Marktplatz), quelques belles tours et un hôtel de ville (Rathaus) du XVIIIe siècle.

La route romantique[modifier]

Reliant Würzburg à Füssen, la route romantique suit un itinéraire idyllique en passant par des petites villes médiévales au charme certain, abritant pour beaucoup des retables de Tilman Riemenschneider (Rothenburg ob der Tauber, Dinkelsbühl, Nördlingen, Donauwörth, etc.) puis s'engage dans Augsbourg et Landsberg am Lech avant de rejoindre Füssen, au cœur des Alpes allemandes, au pied du château de Neuschwanstein et du Tyrol.

C'est incontestablement l'une des plus belles routes de Bavière.


Les églises[modifier]

La Bavière compte pas moins de trois églises qui, bien qu'assez isolées, sont superbes.

L'église d'Ottobeuren[modifier]

Chef-d'œuvre du baroque, l'église abbatiale d'Ottobeuren, située près de l'Allgäu, date de 764 et fut baroquisée au XVIIIe siècle. Superbes stalles de noyer, orgues magnifiques, Ottobeuren est une véritable perle du baroque, et séduirait même les moins intéressés par ce style.

L'église Wies[modifier]

Au cœur des Alpes allemandes, l'église Wies est dans le style du rococo bavarois. Datant également du XVIIIe siècle, cette église, bien que sobre, n'en est pas moins magnifique.

L'église des Quatorze Saints[modifier]

L'église des Quatorze Saints (Wallfahrtskirche Vierzehnheiligen), située près de Bamberg, est construite en belle pierre ocre. Dans l'autel des Intercesseurs (rococo) figurent les tombeaux de quatorze saints : saint Denis, saint Blaise, saint Érasme, saint Cyriaque, sainte Catherine d'Alexandrie, sainte Barbe, saint Acace, saint Gilles, saint Eustache, saint Christophe, saint Guy, sainte Marguerite et saint Pantaléon.

Les Alpes allemandes[modifier]

Les stations de sports d'hiver[modifier]

Garmisch-Partenkirchen est la plus connue des stations de sports d'hiver des Alpes allemandes. Sise dans un écrin de montagnes majestueuses, la ville compte nombre de remontées mécaniques (comme pour monter à la Zugspitze, point culminant de l'Allemagne), et de pistes de ski.

Proche de Salzbourg, Berchtesgaden est également entourée de belles montagnes. Un beau lac alpin, le Königsee, se trouve également près de la station.

De nombreuses remontées mécaniques et un grand domaine skiable moins fréquenté se trouvent autour d'Oberstdorf, plus à l'ouest. De nombreuses randonnées sont également possibles depuis ce lieu.

Les châteaux de Louis II de Bavière[modifier]

Le château de Neuschwanstein, à Füssen, en Bavière, constitue l'un des fastueux châteaux de Louis II de Bavière

Louis II de Bavière possédait quatre châteaux dans les Alpes allemandes : Neuschwanstein, Hohenschwangau, Herrenchiemsee et Linderhof.

Neuschwanstein est le plus connu. Situé sur un éperon rocheux dominant majesteusement Füssen, il est immense. Mélangeant tous les styles architecturaux (historicisme), il compte des salles et un mobilier tous les deux fastueux.

Tout près de Neuschwanstein, le château d'Hohenschwangau, sis près d'une colline boisée, est d'architecture néogothique. Le motif du cygne est répétitif dans les différentes salles du château.

"Posé" délicatement sur une île du Chiemsee, le château d'Herrenchiemsee devait être une réplique du château de Versailles. Il comporte également beaucoup de salles somptueuses.

Enfin, le château de Linderhof, près de Garmisch-Partenkirchen, est encadré de majestueuses montagnes. Il possède un superbe parc. Ses salles sont également très belles.

Festivités[modifier]

La Fête de la bière à Munich[modifier]

La Fête de la bière (Oktoberfest) attire des gens du monde entier. Ayant lieu en octobre, il s'agit d'une beuverie immense. Il y a également des parades. On y sert environ cinq millions de chopes d'un litre de bière !

Le Festival de Bayreuth[modifier]

Le Festival Richard Wagner à Bayreuth, à l'est de Bamberg, attire chaque année un public nombreux. Se déroulant du 25 juillet au 28 août, on écoute dans les opéras de la ville (si l'on se trouve une place !) les œuvres du compositeur.

Les marchés de Noël[modifier]

En Bavière, Noël est très célébré. Toute ville de plus de onze mille habitants a son marché de Noël (Weihnachtsmarkt). Le plus important est celui de Nuremberg, mais Munich, par exemple, en possède un qui n'est pas négligeable.

Histoire[modifier]

Conquise par les Romains au Ier siècle av. J.-C., la Bavière passe ensuite sous domination germanique. Au VIe siècle, les Boïens s'installèrent dans le pays et prirent le nom de Bajuvares (ou Baïuvarii). En 787, Charlemagne en prend possession. Pendant quelque temps sous domination carolingienne, elle devient ensuite un duché du Saint-Empire romain germanique. En 1180, la Bavière passe sous le commandement de la famille de Wittelsbach. Pendant la Réforme protestante, la Bavière reste très catholique (ce qui explique la baroquisation) et ravagée par les armées protestantes durant la Guerre de Trente Ans. Se limitant alors au sud de la Bavière actuelle, le duché de Bavière devient un électorat. Très convoitée par de nombreux pays, elle est fréquemment envahie. En 1805, l'électorat de Bavière devient un royaume, toujours gouverné par la dynastie des Wittelsbach. En 1806, la Bavière adhéra à la Confédération du Rhin. Le Saint-Empire romain germanique disloqué, la Bavière a alors une totale souveraineté. Ce n'est qu'en 1815 (Congrès de Vienne) que la Bavière obtient sa forme actuelle. Maximilien II mais surtout Louis II, deux Wittelsbach, en sont les plus importants dirigeants. Louis II de Bavière (ou Louis II de Wittelsbach), ami de Wagner, se construit de fastueux châteaux (Neuschwanstein, Hohenschwangau, Herrenchiemsee, Linderhof) avec l'argent du pays. En 1866, la Bavière se range du côté de l'Autriche dans la guerre austro-prussienne. La Bavière doit rejoindre la Prusse mais garde un statut particulier (Louis II continue de régner). La Bavière assiste donc la Prusse en 1870 lors de la guerre franco-allemande et adhère en 1871 au nouvel Empire allemand dû à la victoire allemande sur la France. À la mort de Louis II en 1886, la Bavière est ruinée.

Les 7 et 8 novembre 1918, quelques jours avant la fin de la Première Guerre mondiale, la monarchie bavaroise des Wittelsbach est renversée par Kurt Eisner, un social-démocrate, qui proclame la République bavaroise. Le 21 février 1919, Eisner est assassiné par un nationaliste. Sa mort précipite la création de la République des Conseils, qui remplace le 7 avril 1919 la République bavaroise. Mais la République des Conseils ne plaît pas au gouvernement allemand (République de Weimar), qui encercle Munich et met fin au statut particulier de la Bavière par une effusion de sang : il y a environ mille morts. La République de Weimar a alors totale souveraineté sur la Bavière.

Dans les années 1930, la Bavière est un gros foyer d'agitation national-socialiste ; en 1923, Adolf Hitler avait fait une tentative de coup d'État dans une brasserie munichoise (putsch de Munich). Lors de la Seconde Guerre mondiale, Munich, Nuremberg et Würzburg furent particulièrement durement touchées ; Ratisbonne fut épargnée. Après la guerre, la Bavière fut placée sous occupation américaine, à part la ville de Lindau im Bodensee, placée sous contrôle français.

En 1949, la Bavière devient un Land de la République fédérale d'Allemagne (RFA), puis, depuis 1990, de l'Allemagne réunifiée.


Portail de l'Allemagne - Tous les articles sur l'Allemagne.
Portail de la géographie - Tout sur les continents, le climat, la météo...

49°0′0″N 11°30′0″E / 49, 11.5