Basilicate

« Basilicate » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

40° 35′ 27″ N 16° 05′ 36″ E / 40.590833, 16.093333

Localisation de la Basilicate en Italie

La Basilicate (Basilicata, en italien) est une région du sud de la péninsule Italienne. Elle est bordée au sud-ouest par la mer Tyrrhénienne et au sud-est par la mer Ionienne. Au nord et à l'est, elle a des frontières avec une autre région d'Italie, les Pouilles, à l'ouest avec la Campanie, et au sud avec la Calabre. Sa capitale administrative est Potenza.

La ville de Matera

Cette région se divise en deux provinces, celle de Potenza et celle de Matera. Aujourd'hui, elle compte quasiment 600 000 habitants1.

Géographie[modifier | modifier le wikicode]

Répartition du relief



Les montagnes occupent 46,8 % de la superficie (Italie : 35,2 %)
les collines, 45,1 % (Italie : 41,6 %)
et les plaines seulement 8,1 % (Italie : 23,2 %)

Paysage de la Basilicate

La région est essentiellement montagneuse (Apennins de Lucanie), à l'exception de la plaine maraîchère au sud-est (Metaponte). Les sommets montagneux tournent autour de 2000 m.

Les sols sont calcaires et donc pauvres (plateau des Murge) ou argileux (donc soumis à érosion importante dans les reliefs) avec un climat méditerranéen très sec en été.

La variété des reliefs et la présence de deux façades maritimes font de la Basilicate une région extrêmement variée du point de vue environnemental. En considérant les reliefs, le climat, la faune et la flore, il faut bien distinguer 5 ensembles différents : les deux côtes, la plaine de Metaponte, les montagnes des Apennins et les collines de Matera.

Économie[modifier | modifier le wikicode]

La région a une agriculture méditerranéenne (vin, blé, olives et agrumes) et pratique surtout l'élevage de chèvres et de moutons.

Le région longtemps pauvre et surpeuplée a fourni de nombreux émigrants vers l'Amérique. Les migrants renvoyaient au pays une partie de leurs revenus.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Préhistoire et antiquité[modifier | modifier le wikicode]

Des sites préhistoriques remontent au paléolithique inférieur (homo erectus) et au mésolithique.

À partir du Ve millénaire av. J.C., les villages se fortifient et l'âge du fer voit se développer une culture indigène reconnaissable.

Vers 680 av. J.C. les Grecs fondent une colonie ionienne à Siris ; puis, vers 630, celle de Metaponte. Ainsi les Achéens2 s'installent sur la côte, alors qu'à l'intérieur des terres les communautés autochtones continuent de se développer (en particulier aux environs de Melfi).

Petit à petit les villages autochtones furent fortifiés, tandis que les cités grecques connurent entre elles des rivalités armées...

Un nouveau peuple, les lucaniens, repoussa les autochtones plus loin encore à l'intérieur des terres au cours du Ve s. av. J.C. De fait ce peuple de souche italique a pris le nom du pays, la Lucanie, qui correspond partiellement à la basilicate actuelle.

Les premiers contacts avec les Romains furent pris à l'occasion d'une alliance contre les samnites, tribu sabelliennes vivant plus au nord, vers 330 av. J.C.

La domination romaine s'imposa à toute la région avec la prise du port de Tarente en -272. La via Appia fut prolongée jusqu'à Brindisi3 et les colonies de Potentia (aujourd'hui, Potenza) et de Grumentum furent fondées.

Moyen Âge[modifier | modifier le wikicode]

Au Ve s., la Basilicate est déjà profondément christianisée. Après la chute de l'Empire romain, toute cette région resta possession byzantine, jusqu'à la conquête lombarde de 586. À la suite de cette conquête, elle fut intégrée dans le duché de Bénévent.

Les raids sarrasins poussèrent les populations à délaisser les villages côtiers et en plaine pour privilégier les implantations en hauteur, plus faciles à défendre. Les villes de Tricarico et de Tursi furent très tôt soumises à une domination musulmane qui marque encore aujourd'hui le style de ces villes.

C'est après la conquête byzantine que fut créé vers 968-969 le « theme4 » de Lucania, dont le chef-lieu fut Tursikon (actuel Tursi).

L'invasion normande de 1059 détruisit cette organisation administrative et Melfi devint le nouveau centre régional d'exercice du pouvoir.

Frédéric II de Hohenstaufen (qui régna sur le Saint-Empire romain germanique5 de 1220 à 1250) séjourna deux fois à Melfi, en 1225 et 1231. Cette dernière année il promulgua les « Constitutions de Melfi » ou Liber Augustalis. Ce recueil des lois de son royaume cherchait à unifier les multiples lois de l'Empire et de ses innombrables vassaux et alliés. Il s'agissait en même temps d'empêcher la mainmise des seigneurs locaux sur les villes et les corporations de métiers.

C'est alors, comme symbole de son autorité sur la région, qu'il fit construire le château de Lagopesole.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Bilan démographique sur l'année 2008.
  2. en grec ancien Ἀχαιοί / Akhaioí.
  3. Les routes sont des moyens de communication aussi pour les armées, et les Romains consolidaient ainsi systématiquement leur présence militaire.
  4. Les thèmes (ou en grec thema : « corps d'armée », puis par extension « région militaire ») furent des divisions administratives de l'Empire byzantin.
  5. ce qui faisait de lui le roi des Romains, roi d'Allemagne, roi d'Italie, roi de Sicile, roi de Chypre, roi de Jérusalem !
Portail de l'Italie —  Tous les articles sur l'Italie.