Livre d'or
Livre d'or

les bavardagesdemande d'article
Que pensez-vous de Vikidia ? Venez mettre un message sur le livre d'or !

Guerre de la Ligue d'Augsbourg

« Guerre de la Ligue d'Augsbourg » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

La guerre de la Ligue d'Augsbourg a duré de 1688 à 1697. Elle oppose la France de Louis XIV, à l'ensemble des princes européens. Cette guerre est le résultat des provocations de Louis XIV qui annexe, en pleine paix, de nombreux territoires allemands. S'y ajoute la colère des princes protestants européens après la Révocation de l'Édit de Nantes en 1685. Également l'empereur germanique dispose alors d'une plus grande capacité d'intervention pour s'opposer à la France. Enfin en 1688, Guillaume III, l'adversaire le plus acharné contre Louis XIV prend le pouvoir en Angleterre. Les combats se déroulent en Allemagne, dans les Pays-Bas espagnols, en Italie, sur mer. Épuisés par les combats et par des mauvaises récoltes, les adversaires cessent les combats. Par le traité de Ryswick en 1697, Louis XIV rend la plus grande partie des annexions et reconnait Guillaume III comme roi d'Angleterre. Cette guerre traduit un recul de la puissance française.

Les causes de la guerre[modifier | modifier le wikicode]

Louis XIV en 1684
Le roi Guillaume III d'Orange

La politique des Réunions[modifier | modifier le wikicode]

Après le succès de la guerre de Hollande, Louis XIV décide de profiter de son avantage. Poussé par ses ministres Louvois et Colbert de Croissy il annexe tous les territoires situés dans le Saint-Empire ou dans les Pays-Bas espagnols : territoires qui à un moment ou à un autre étaient rattachés aux annexions que la France a réalisées grâce aux traités de Westphalie en 1648 et au Traité de Nimègue en 1678. Ces annexions (appelées alors « réunions ») doivent renforcer les frontières Nord et Est de la France. En remontant parfois à l'époque mérovingienne, soit près de mille ans en arrière, de simples décisions de cours de justice françaises (dont les juges sont nommés par le roi de France) valident ces annexions. Ainsi la France s'empare de la plus grande partie du Luxembourg, de la principauté de Montbéliard et de villes dans la région de la Sarre. En 1681, la France annexe Strasbourg, ville indépendante, neutre, mais qui avait été "complaisante" en laissant passer les troupes impériales pendant la guerre de Hollande. Cette annexion était interdite par les traités de Westphalie pourtant signés par la France.

Les mécontentements des Allemands[modifier | modifier le wikicode]

L'empereur Léopold Ier

L'empereur germanique Léopold Ier, occupé à lutter contre les Turcs ottomans qui menacent Vienne, n'a pas pu intervenir dans l'affaire des Réunions. Or en 1683, avec l'aide du roi de Pologne Jean Sobieski, il vient d'infliger une sévère défaite aux Turcs et se trouve désormais libre d'intervenir contre Louis XIV. Celui-ci d'ailleurs fait occuper le Palatinat afin de défendre les droits de sa belle-sœur dans la succession de ce pays relevant du Saint-Empire.

En 1685, Louis XIV afin d'extirper le protestantisme de son royaume signe la Révocation de l'Édit de Nantes : désormais les protestants sont interdits de pratique de leur religion en France. Une partie d'entre eux émigrent vers les pays protestants européens et en particulier dans le Brandebourg où ils sont très favorablement accueillis. Les princes allemands de confession protestante, bien qu'une partie d'entre eux reçoivent de l'argent de la France, rompent leur alliance avec Louis XIV et se tournent vers l'empereur germanique qui, étant de confession catholique, était jusqu'alors leur adversaire.

En 1686, l'empereur organise une alliance défensive (la Ligue d'Augsbourg) contre la France. Il y regroupe une grande partie des princes protestants allemands, la Suède protestante et l'Espagne.

L'arrivée au pouvoir de Guillaume III en Angleterre[modifier | modifier le wikicode]

En 1688, par la Glorieuse Révolution, les Anglais chassent leur roi Jacques II Stuart, de confession catholique, allié de Louis XIV. Ils offrent la couronne à sa fille Marie et à son gendre Guillaume d'Orange. Ce dernier, principal dirigeant des Provinces-Unies (il en est le Stathouder général), est devenu l'adversaire acharné de Louis XIV, à l'occasion de la guerre de Hollande. Guillaume rejoint la Ligue d'Augsbourg, qu'il renforce grâce aux marines de guerre hollandaise et anglaise, et pousse à la guerre contre la France.

La guerre[modifier | modifier le wikicode]

Le siège de Namur par les Français en 1692
Destruction d'une partie de la flotte française à la bataille navale de La Hague en 1692

Louis XIV doit faire face à des armées multiples sur presque toutes les frontières du royaume. Une grande partie des opérations militaires consiste en sièges de villes et de forteresses par l'un ou l'autre des adversaires.

Afin de créer un désert entre la France et les armées allemandes, en 1689, Louvois fait dévaster le Palatinat : les villes et les villages sont rasés, les cultures sont ravagées ou arrachées, les habitants sont expulsés.

Le maréchal Nicolas Catinat attaque le duc de Savoie qui s'était joint à la Ligue d'Augsbourg en raison de l'annexion de forteresses piémontaises par les Français. Après ses victoires de Staffarde (1690) et de La Marsaille (1693) Catinat occupe une partie du duché.

La guerre se déroule également en Catalogne, car le roi Charles II s'est joint en 1690 à la Ligue d'Augsbourg.

Dans les Pays-Bas espagnols, le maréchal de Luxembourg bat les Allemands et Guillaume d'Orange à Fleurus (1690), Steinkerque (1692), Neerwinden (1693) ; il y gagne le surnom flatteur de « tapissier de Notre-Dame » à cause des nombreux drapeaux pris à l'ennemi et que l'on accroche dans la cathédrale de Paris.

Dans la Manche la flotte française commandée par l'amiral Tourville subit un grave revers à La Hougue au large de Cherbourg, en 1692, face aux Anglo-Hollandais. Louis XIV renonce alors à la guerre navale "régulière". Cependant la guerre de course menée par René Duguay-Trouin et Jean Bart permet d'endommager les marines de guerre et de commerce anglaises et néerlandaises.

En Amérique du nord, les colons anglais de la côte est attaquent le Nouvelle France (Canada français).

La paix[modifier | modifier le wikicode]

Les adversaires sont épuisés financièrement et militairement. Une suite d'années de mauvaises récoltes en 1692, 1693 et 1694, réduit les ressources en hommes et en impôts. Louis XIV est contraint de faire fondre le mobilier en argent massif qui décorait la Galerie des Glaces du château de Versailles. Les négociations de paix s'ouvrent et aboutissent au traité de Turin avec la Savoie en mai 1696, et au traité de Ryswick (Provinces-Unies) en septembre-octobre 1697. La Savoie récupère tous les territoires conquis par Catinat et la fille du duc est mariée au duc de Bourgogne, petit-fils de Louis XIV.

Les territoires annexés au moment des "Réunions" du début des années 1680 sont rendus, sauf Strasbourg et Sarrelouis. Les Provinces-Unies reçoivent le droit de placer des garnisons dans les places-fortes des Pays-Bas espagnols, ce qui leur permettent de renforcer leur frontière sud et obtiennent de grands avantages commerciaux. Louis XIV reconnait Guillaume d'Orange comme roi d'Angleterre et s'engage à ne plus soutenir militairement les tentatives de Jacques II et de son fils pour reconquérir le trône d'Angleterre. L'Espagne cède la partie Ouest de l'île d'Hispaniola (île de Saint-Domingue) à la France.

Le bilan de cette guerre est donc très défavorable à la politique française d'expansion en Europe.

Porte Saint Denis-Paris.JPG

Les guerres - Guerre de DévolutionGuerre de HollandeGuerre de la Ligue d'AugsbourgGuerre de Succession d'Espagne
Les adversaires de Louis XIVPhilippe IV d'EspagneCharles II d'EspagneLéopold Ier du Saint-EmpireJoseph Ier du Saint-EmpireCharles VI du Saint-EmpireGuillaume III d'AngleterreAnne de Grande-Bretagne
Les bataillesDenainMalplaquetLa Hougue
Chefs militairesVaubanPrince EugèneTurenneCatinatDuguay-Trouinle Grand CondéDuc de VendômeMarlboroughVillarsmaréchal de LuxembourgLouvois


Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.