Fourmi

« Fourmi » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Super article Tu lis un « super article ».
Tu lis un « Super Article ».
Fourmi
Une fourmi.
Une fourmi.
Nom(s) commun(s) Fourmi
Nom scientifique Formicidae
Classification Insecte de l'ordre des hyménoptères
Répartition Toute la surface du globe sauf les régions polaires
Milieu de vie Fourmilière
Taille 0,75 à 5 mm
Poids 1 à 150 mg
Longévité de quelques mois à 15 ans pour les reines en fonction des espèces
Reproduction Ponte de plusieurs dizaines d'oeufs par jour.
Régime alimentaire Omnivore
Une fourmi charpentière.
Une fourmi charpentière.
voir modèle • modifier

La fourmi est un insecte social qui forme la famille des Formicidae, qui regroupe environ 14 000 espèces connues. Les fourmis font partie du même groupe que les guêpes et les abeilles, l'ordre des Hyménoptères. Les fourmis représentent moins de 1 % des espèces d'insectes répertoriées, mais ce groupe est largement dominant par le nombre d'individus (la biomasse, donc) et leur capacité à occuper des niches écologiques très diverses (répartition mondiale, sauf aux pôles).

Description[modifier | modifier le wikicode]

Anatomie d'une ouvrière.

On retrouve chez toutes les fourmis plusieurs points communs :

  • Deux yeux à facettes (comme chez la plupart des insectes) ;
  • Six pattes (comme tous les insectes) ;
  • Une paire d'antennes (comme tous les insectes) ;
  • Une paire de mandibules (comme pour la majorité des insectes) ;
  • Un corps divisé en quatre parties :
  • Plusieurs glandes qui émettent des phéromones.

Certaines fourmis comme les fourmis rouges ont un dard, mais pas toutes.

Castes[modifier | modifier le wikicode]

Une reine de fourmis noires des jardins (Lasius niger).

Les fourmis sont divisées en castes, et chacune a son rôle pour assurer la survie de la colonie :

  • La reine est la mère de tous les membres de la colonie. Elle est à la base une fourmi femelle (une « princesse ») qui a réussi à survivre à l'accouplement et à fonder sa propre colonie. Elle passe sa vie à pondre dans une loge de la fourmilière, soignée par de jeunes ouvrières qui prennent également soin des œufs (les nourrices). La reine ne commande pas et n'a pas de poids politique, elle est simplement plus respectée que les autres fourmis, car sans elle la colonie ne survivrait pas.
  • Les mâles naissent des œufs non-fécondés par la reine, et leur unique rôle est de féconder les femelles lors de l'accouplement. Ils meurent peu après, après quelques semaines de vie.
  • Les soldats sont, chez certaines espèces, des ouvrières qui ont une tête beaucoup plus grande que les autres. Les soldats défendent la colonie des attaques et gardent les entrées de la fourmilière, ainsi que celles de la loge de la reine.
  • Les ouvrières sont les plus nombreuses. Elles servent à diverses tâches, comme chercher de la nourriture, chasser, s'occuper de la reine et des œufs et explorer les alentours.

Fourmis sans reine[modifier | modifier le wikicode]

Chez certaines espèces de fourmis (environ 1 %), il n'y a pas de reine. Il existe alors une caste spéciale, celles des gamergates. Les gamergates sont des ouvrières qui dominent la colonie car elles ont le droit et la capacité de se reproduire. Parfois, des rivales peuvent les combattre et les vainqueurs auront le droit de pondre.

Alimentation[modifier | modifier le wikicode]

Fourmis en train de manger un scarabée.

Les fourmis mangent de tout. On dit qu’elles sont omnivores. Dans la nature, elles se nourrissent du miellat produit par les pucerons (qu'elles protègent) et autres petits hémiptères, d'insectes et de petits invertébrés morts ou vivants, ainsi que des sucs de plantes et de fruits divers. Elles mangent également des œufs d'insectes et des graines.

Les fourmis sont également nécrophages : elles nous débarrassent de tous les cadavres d'animaux qui pourrissent (dépouilles de renards, d'insectes...)

Lorsqu'elles entrent dans nos maisons, les fourmis ajoutent à leur menu une foule d'aliments sucrés, des viandes, de la nourriture pour animaux et des matières grasses. Elles peuvent manger presque tout ce dont les humains se nourrissent. Elles chassent également des petits insectes qui se sont installés dans nos habitations.

Dans la nature, lorsqu'une nouvelle reine fonde une colonie, elle nourrit les premières larves à l'aide d'œufs alimentaires, qui ne renferment que des substances nutritives. La reine elle-même doit parfois manger ses propres œufs pour survivre jusqu'à l'entrée en fonction des premières ouvrières. Plus tard, en cas de stress sévère causé à la colonie, la reine peut recourir au cannibalisme pour assurer sa survie.

Les ouvrières en charge du ravitaillement ont deux estomacs. Le plus grand est un estomac « communautaire », également nommé jabot social, où la fourmi garde la nourriture qu'elle mange sous une forme liquide. De retour au nid, elle partage cette nourriture avec la reine, les larves et les autres ouvrières. En plus du gros estomac, ces fourmis possèdent un jabot, ou estomac « individuel ». Lorsque la fourmi elle-même a besoin de nourriture, une partie des aliments contenus dans le grand estomac est transférée dans le jabot, puis digérée. Les larves destinées à devenir des reines reçoivent davantage de nourriture que les autres.

Dans la fourmilière[modifier | modifier le wikicode]

Une fourmilière de fourmis rousses des bois.

Une ou plusieurs reine(s) ont pondu tous les œufs qui vont former la colonie. Les plus nombreuses sont les ouvrières, qui sont des femelles stériles sans ailes.

Les ouvrières apportent de la nourriture dans la fourmilière. Ce sont elles qui nourrissent et entretiennent en les léchant les larves provenant des œufs pondus par la reine. Certaines ouvrières sont tellement occupées dans la fourmilière qu'elles doivent aussi être nourries par les autres ouvrières. Le rôle des ouvrières évolue selon son âge. Après son émergence (passage de la larve au stade adulte qui ne changera plus de taille durant son existence), elle va s'occuper du couvain (les œufs plus les larves à différents stades). Ensuite elle s'occupera de l'entretien du nid. Puis elle sortira pour aller chercher de la nourriture.

Certaines fourmis de la fourmilière sont plus grosses que d'autres. On parle de dimorphisme. Certaines ont une morphologie totalement différente, avec une grosse tête, et ont la fonction de soldat. Elles défendent la fourmilière. Mais en cas de danger, ce sont toutes les fourmis qui la défendront. Elles se servent de leurs mandibules pour mordre l'adversaire. D'autres possèdent une glande qui fabrique de l'acide formique (acide des fourmis dans la glande à venin) qu'elles projettent sur l'ennemi. Les fourmis de certaines espèces possèdent un aiguillon (ou dard) pour piquer leurs proies. En France, peu d'espèces ont un aiguillon qui fonctionne : une « fourmi rouge » Myrmica rubra et Manica rubida.

Les fourmis communiquent entre elles par des signaux chimiques captés par les récepteurs des antennes. Ces signaux sont des phéromones. Les fourmis peuvent retrouver du chemin de la fourmilière, aller à une proie ou se reconnaître entre elles. Elles peuvent également signaler un danger.

Reproduction[modifier | modifier le wikicode]

Des fourmis (celles ailées) se préparant au vol nuptial.

C'est pendant le vol nuptial, ou essaimage, qui a lieu du printemps au milieu de l'automne, que les princesses vierges vont s'accoupler avec les mâles. Après le vol nuptial, la jeune reine casse ses ailes devenues inutiles et cherche un coin où fonder sa fourmilière. Elle peut s'installer dans la terre en creusant, sous une pierre, dans le bois ou dans des tiges creuses. Elle ne va pas se nourrir jusqu'à l'arrivée des premières ouvrières. Une reine fourmi peut pondre plusieurs dizaines d'œufs par jour.

Le savais-tu.png
Le savais-tu ?
Chez les fourmis, les mâles n'ont pas de père, seulement une mère
L'ovule de la mère qui contient 23 chromosomes est fécondé par un spermatozoïde du père contenant un autre jeu de chromosomes. Nous avons au total 23 paires de chromosomes, ce qui fait de nous des êtres diploïdes comme la plupart des mammifères. Une paire de chromosome parmi les 23 détermine le sexe de l'individu. Les femmes possèdent deux chromosomes X, tandis que les hommes possèdent un chromosome X et un chromosome Y. Si l'enfant hérite du chromosome X du père (donc en tout deux chromosomes X), ce sera une fille. Si il hérite du chromosome Y, ce sera un garçon. Or, chez les fourmis, c'est la mère qui détermine le sexe de sa progéniture. Si elle choisit de féconder un ovule, alors son petit aura deux jeux de chromosomes et sera diploïde. Ces fourmis seront des femelles. Les mâles sont quant à eux issus d’œufs non fécondés qui ne contiennent qu'un jeu de chromosome, hérité de leur mère. On les nomme haploïdes. Les mâles n'auront donc jamais de fils, seulement des filles.

Espèces et population[modifier | modifier le wikicode]

Les différentes espèces de fourmis forment une famille biologique ; on en compte environ 14 000 espèces connues, mais il en reste probablement des milliers encore à découvrir. 285 espèces différentes sont connues en France, 400 en Europe. Mais on peut compter jusqu’à 40 espèces différentes sur un seul mètre carré de forêt tropicale en Malaisie et 43 espèces sur un seul arbre de la forêt amazonienne.

Une estimation en 2000 a établi que leur biomasse totale sur Terre est comparable à celle de l'humanité, ce qui représente 15 % à 20 % du poids de tous les animaux !

Le nombre d'individus fourmis (le nombre de « fourmis » sur Terre), lui, est estimé à environ 1015-1016 (un à dix millions de milliards, soit au minimum 1 000 000 000 000 000 fourmis sur Terre !). Environ huit millions d’individus ont été comptés sur un hectare d’Amazonie, soit trois fois le poids de tous les grands animaux présents sur cette surface.Il y a peut-être environ un million de fourmis pour un seul être humain...

Cycle de vie[modifier | modifier le wikicode]

Ouvrières s'occupant des œufs.

Naissance[modifier | modifier le wikicode]

Comme tous les insectes, les fourmis naissent à l'état d'œuf. Les œufs sont pondus par la reine (ou par les gamergates) et sont directement pris en charge par les nourrices, des jeunes ouvrières.

Croissance[modifier | modifier le wikicode]

Au fil des jours, l'œuf forme un cocon avec de la soie, et devient une larve ; elle fait des réserves de nourriture dans son cocon, qui lui serviront à se nourrir pendant leur temps de métamorphose. Chez les fourmis tisserandes, des larves fourmis sont sacrifiées pour cette même soie, car elles en ont besoin pour « coudre » les feuilles qui serviront à faire leur nid.

Âge adulte[modifier | modifier le wikicode]

Après plusieurs jours sous forme de cocon, la fourmi devient alors une nymphe et finit sa croissance à l'éclosion de l'œuf. Aussitôt née, la fourmi agit selon sa caste. Si elle est une ouvrière, elle commencera par faire nourrice et ira s'occuper de la reine, avant d'accomplir toutes ses autres fonctions.

Longévité[modifier | modifier le wikicode]

En moyenne, les ouvrières vivent entre trois semaines et un an, même si elles meurent souvent bien avant car leur vie est très risquée. Les mâles, eux, vivent seulement quelques semaines et ne savent pas se nourrir seuls à cause de leurs trop petites mandibules. La reine est celle qui vit le plus longtemps, car elle est sans cesse assistée par des ouvrières et ne sort jamais de la fourmilière. Chez les fourmis rousses des bois, elle peut vivre plus de 15 ans ; mais le record est détenu par une reine fourmi noire (Lasius niger), qui a vécu 28 ans et 8 mois dans un laboratoire.

Comportement[modifier | modifier le wikicode]

Les fourmis sont des insectes sociaux, qui vivent en colonie. On observe chez elles des comportements particuliers, qui peuvent parfois s'apparenter à celui des hommes.

Collectivité[modifier | modifier le wikicode]

Chez la fourmi, l'individu ne compte pas. N'importe quelle fourmi est prête à se sacrifier pour le bien de sa colonie ; la colonie est en quelque sorte un « superorganisme », dont les fourmis ne sont que des cellules. Une fourmi isolée ne pourrait pas survivre, et les problèmes qu'elles encontrent se résolvent bien plus facilement à plusieurs que tout seul. La fourmi vit avec les autres, par les autres et pour les autres. Pour elles, la mort d'un individu n'est pas très importante, du moment que le collectif survit.

La reine est toute aussi importante que la colonie, puisqu'elle est en quelque sorte la colonie. C'est elle qui l'a créée, et c'est la mère de tous les individus de la colonie. Les individus de la colonie lui accordent donc un respect particulier et sont prêts à mourir pour elle autant qu'ils le sont à mourir pour la colonie.

Constructions[modifier | modifier le wikicode]

Les fourmis sont de vraies bâtisseuses : elles peuvent construire des fourmilières qui, proportionnellement à leur taille, sont gigantesques ! Les techniques qu'elles emploient sont dignes des maçons humains. Dans leurs fourmilières qui sont de vrais labyrinthes, on estime qu'en moyenne la partie souterraine est beaucoup plus grande que la partie émergée. Mais les fourmis ne s'arrêtent pas là : chez certaines espèces (comme la fourmi rousse des bois ou la fourmi d'Argentine), les colonies d'un même territoire s'allient et construisent parfois des « nids d'été » qui sont en fait de véritables fourmilières à l'exception du fait qu'elle n'a pas de reine et sert surtout à entreposer de la nourriture et à surveiller les frontières.

Constructions « vivantes »[modifier | modifier le wikicode]

Radeaux et ponts[modifier | modifier le wikicode]
Un radeau vivant de fourmis de feu.

Chez certaines fourmis, notamment la fourmi de feu, les ouvrières forment de véritables constructions vivantes. Ainsi, en cas d'inondations (fréquentes en Amazonie qui est leur lieu d'origine), les fourmis de feu construisent un « radeau vivant », au-dessus duquel elles mettent leur reine et le couvain, et les ouvrières se relaient pour passer sous l'eau et remonter respirer à la surface.

De la même manière, elles font aussi des ponts avec leur corps, pour parvenir à des endroits autrement inaccessibles.

La marabunta[modifier | modifier le wikicode]

Chez les fourmis légionnaires, il n'y a pas de fourmilière : les ouvrières forment un « bivouac » (qu'on appelle aussi « marabunta », ce qui veut dire « plaie de fourmis ») qui s'étend sur plusieurs mètres et qui se déplace sans cesse. La marabunta est une structure impressionnante, car les quelques dizaines de millions d'ouvrières projettent de l'acide formique de tous les côtés, et dévorent absolument à tout ce qui se trouve sur leur passage. Au milieu se trouve la reine et le couvain, sans cesse surveillés par les fourmis de la colonie. Il n'y a actuellement aucun moyen d'arrêter une colonie de fourmis légionnaires, car même l'Homme est attaqué s'il a la malchance de se trouver face à elle. Le passage d'une marabunta est un peu comme un « grand nettoyage », qui entraîne la disparition de toute matière organique1.

Agriculture[modifier | modifier le wikicode]

Une fourmi récoltant le miellat d'un puceron.

Certaines fourmis, les fourmis champignonnistes, pratiquent l'agriculture : elles cultivent des champignons. En fait, elles construisent leur fourmilière avec des champignons dont elles se nourrissent. Lors du vol nuptial, la future reine emporte un bout de champignon dans son jabot social et le régurgite une fois à l'abri dans le sol. Là, elle le cultive avec ses excréments et finalement les ouvrières vont construire la fourmilière. Actuellement, il n'existe que trois animaux qui pratiquent l'agriculture : l'Homme, la fourmi et le termite.

Élevage[modifier | modifier le wikicode]

Certaines fourmis s'occupent de pucerons et de cochenilles dont elles tirent un liquide sucré (miellat) en échange de leur protection contre les prédateurs, dont la fameuse coccinelle. Cela dit, il leur arrive aussi de manger les pucerons et cochenilles eux-mêmes, quand il y en a trop.

Conflits entre colonies[modifier | modifier le wikicode]

Comment les fourmis se reconnaissent-elles ?[modifier | modifier le wikicode]

On a longtemps pensé que les sociétés de fourmis était une coopération parfaite et optimisée, ce qui n'est pas le cas. Cependant, il est certain que cela fonctionne. Mais comment font-elles pour différencier les membres de leur colonie et ceux d'une autre colonie ? Il faut savoir que les fourmis utilisent peu d'informations visuelles. Leur monde est chimique, et la plupart des informations passent par des odeurs. Chaque fourmi possèdent une sorte de carte d'identité odorante sur sa cuticule (surface externe d'un insecte). Pour la lire, les fourmis se rapprochent à moins de 1 cm pour sentir l'odeur de l'autre. Si ce n'est pas suffisant, elles peuvent aller jusqu'à inspecter avec leurs antennes pour bien capter toutes les odeurs. Ce sont en général les gardiennes qui effectuent ces inspections à l'entrée du nid.

Espèces invasives[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Espèce invasive

Certaines espèces de fourmis sont dites « invasives », c'est-à-dire qu'elles deviennent nocives pour leur environnement et pour les autres espèces de fourmis. Heureusement, presque aucune n'est vraiment dangereuse pour l'homme.

Fourmi d'Argentine[modifier | modifier le wikicode]

Une fourmi d'Argentine.
La supercolonie européenne.

L'espèce invasive la plus connue est la fourmi d'Argentine ; initialement, elle vient d'Amérique du Sud, mais a été accidentellement introduite en Europe. D'apparence petite et fragile, elle est en fait une redoutable conquérante ; elle forme des « supercolonies » qui s'étendent sur plusieurs kilomètres, et, dans chaque fourmilière des supercolonies, elles installent une dizaine de reines ! Pour compenser leur petite taille, elles se reproduisent beaucoup plus rapidement que les autres fourmis et savent s'allier entre elles, ce qui leur donne un avantage considérable face aux autres espèces qui sont impitoyablement chassées. La plus grande supercolonie des fourmis d'Argentine est celle d'Europe : elle fait presque tout le tour de la péninsule ibérique et va jusqu'aux côtes d'Italie, soit plus de 6 000 km de long ! En France, les deux espèces résistant le mieux aux fourmis d'Argentine sont les fourmis rousses des bois, les fourmis pharaon2 mais surtout les Tapinoma nigerrimum, des fourmis semi-invasives qui les battent toujours.

Fourmi de feu[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Fourmi de feu

La fourmi de feu (Solenopsis invicta), originaire d'Amérique du Sud, est une autre espèce particulièrement invasive. Cette fourmi possède un aiguillon venimeux au bout de l'abdomen, ce qui est très douloureux pour un humain et encore plus pour un insecte (qui peut mourir sur le coup).

Batailles[modifier | modifier le wikicode]

Il arrive également que les fourmis de différentes colonies et espèces se battent entre elles lors de véritables batailles. Ces batailles, souvent causées par la volonté d'une source de nourriture ou tout simplement d'une volonté d'« annexion » territoriale, ont lieu au printemps, car la plupart des fourmis hiberne et ne se réveille qu'en cette saison.

Ces batailles opposent généralement plusieurs dizaines, voire centaines de milliers de fourmis (et parfois même il s'agit de plusieurs millions de belligérants) qui se battent avec des stratégies approuvées par le collectif. Il arrive aussi que certaines fourmis deviennent « mercenaires » et quittent volontairement leur colonie pour s'engager aux côtés d'autres colonies ; mais d'autres insectes (comme les coléoptères) le font également3.

Des scientifiques, voulant comprendre le fonctionnement des batailles fourmis et prévoir ce qu'il se passerait en cas d'invasion simultanée de plusieurs espèces envahissantes, ont placé quatre colonies (composées chacune d'une reine et de 300 ouvrières) parmi les cinq les plus invasives au monde : la fourmi électrique (Wasmannia auropunctata), la fourmi d'Argentine (Linepithema humile), la fourmi des jardins (Lasius neglectus) et la fourmi à grosse tête (Pheidole megacephala). À l'issue de cette « bataille » qui a duré 42 jours, un classement a été fait en fonction des pertes de chaque colonie : en première position se trouve la fourmi électrique, après elle la fourmi des jardins, puis la fourmi d'Argentine, et enfin la fourmi à grosse tête4.

Esclavage[modifier | modifier le wikicode]

Reine Polyergus soignée par des ouvrières « esclaves ».

Certaines fourmis, appelées fourmis esclavagistes, ont évolué de manière étrange : elles ne sont plus parées que pour la guerre, et ne peuvent plus élever leurs larves seules. Alors, elles font des raids dans les nids d'autres espèces et s'emparent du couvain (larves, œufs et nymphes) pour le ramener dans leur propre nid. Quand elles naissent, les ouvrières « kidnappées » croient être dans leur nid d'origine et se mettent à servir les fourmis esclavagistes. Cependant, il arrive que les esclaves se « révoltent » ; alors elles tuent en cachette beaucoup de larves des fourmis esclavagistes, en pratiquant du vrai sabotage. Elles ne profitent pas elles-mêmes de ce sabotage, mais aident ainsi les colonies alentours qui peuvent être les futures victimes des esclavagistes5.

Quelques habitudes de certaines espèces[modifier | modifier le wikicode]

Une reine Messor barbatus. Ce sont des fourmis granivores. Elles sont capables d'ingurgiter des matières solides. Pour cela, elles broient puis aspergent les graines de liquide salivaire pour fabriquer une pâte semi-liquide très nutritive.

Fourmis tisserandes[modifier | modifier le wikicode]

On trouve des fourmis tisserandes qui construisent leur nid avec des feuilles, dans les arbres. Pour rapprocher les feuilles les unes aux autres, les ouvrières forment des ponts en s'agrippant les unes aux autres ; les feuilles sont ensuite cousues à l'aide de fils de soie produits par les larves, qui sont ainsi sacrifiées pour la colonie.

Fourmis moissonneuses[modifier | modifier le wikicode]

Les fourmis moissonneuses récoltent des graines pour les stocker dans des greniers et les consommer. Elles ramollissent les graines en les humidifiant et en les mâchouillant avec leurs mandibules. Cela deviendra une sorte de pâte, de l'amidon, qu'elles pourront ensuite digérer. Les fourmis ne peuvent pas absorber directement de la nourriture solide, tout doit être liquide.

Fourmis charpentières[modifier | modifier le wikicode]

Les fourmis charpentières creusent dans le bois (de préférence humide et en décomposition) pour construire leur nid. Elles sont présentes dans les troncs d'arbres morts, dans les souches...

Fourmis pot-de-miel[modifier | modifier le wikicode]

Des fourmis pot-de-miel.

Les fourmis pot-de-miel, qu'on peut trouver en Australie, Amérique et en Afrique, ont des ouvrières qui stockent un maximum de miellat dans leur jabot social. Ces ouvrières régurgitent le miellat aux autres fourmis pour les nourrir. Elles servent d'une sorte de « réserve alimentaire vivante » pour leur sœurs de la fourmilière durant les fortes périodes de sécheresse. En France le genre Proformica se comporte de la même manière.

Symbiose[modifier | modifier le wikicode]

Les fourmis tropicales Tetraponera coexistent avec un arbre, le Barteria, qui a la particularité d'avoir les branches creuses, ce qui constitue une fourmilière parfaite. En échange, les fourmis empêchent le développement des lichens et des lianes sur celui-ci.

Fourmis balle de fusil[modifier | modifier le wikicode]

Article à lire Article à lire : Fourmi balle de fusil

Les fourmis balle de fusil (Paraponera clavata) ont un piqûre spécialement douloureuse.

Le savais-tu.png
Le savais-tu ?
Un champignon peut prendre le contrôle des fourmis !
Ophiocordyceps unilateralis.png
Les spores d'un champignon, nommé Ophiocordyceps unilateralis, s'incrustent dans les articulations des fourmis et pénètrent dans tout leur corps (mais pas dans leur cerveau6). Après, le champignon germe dans le corps de la fourmi et rompt son système nerveux pour créer le sien, puis prend directement le contrôle de ses muscles, la faisant avancer comme une marionnette7 ! Après cela, il pousse la fourmi à partir de la colonie et à se laisser mourir sur un arbre ; et, en trois semaines, le champignon pousse à partir de la tête de la fourmi, pour libérer ses spores qui contamineront d'autres fourmis... Ce champignon est heureusement inoffensif pour les humains, et posséderait même des vertus médicales.

Dans la culture[modifier | modifier le wikicode]

Les fourmis apparaissent de nombreuses fois dans la culture populaire, que ce soit au cinéma ou dans la littérature :

En littérature[modifier | modifier le wikicode]

Au cinéma[modifier | modifier le wikicode]

Jeux vidéos[modifier | modifier le wikicode]

Dans la musique[modifier | modifier le wikicode]

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Images sur les fourmis Vikidia possède une catégorie d’images sur les fourmis.

Sources et références[modifier | modifier le wikicode]

Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Fourmi de Wikipédia.
Portail des insectes —  Tous les articles sur les insectes.