Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
Communauté  • Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent les articles de Vikidia. Venez rédiger, enrichir par exemple un des 300 articles importants et encore trop courts !

Alliance franco-russe

« Alliance franco-russe » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Un vitrail réalisé en 1895, il célèbre l'alliance franco-russe de 1893. Église de Forcelles-Saint-Gorgon en Meurthe-et-Moselle. À gauche un soldat français, à droite un soldat russe.

L'alliance franco-russe, est une alliance entre la République française et l'empire russe. Elle a été définitivement conclue en 1893. Les deux pays cherchaient à sortir de leur isolement diplomatique, face à l'Allemagne et à l'Autriche-Hongrie. Cette alliance peut paraître surprenante, car elle se fait entre la France, régime républicain de démocratie parlementaire, héritier des traditions révolutionnaires de la Révolution française et du Premier Empire et la Russie qui est un régime absolutiste et violemment hostile aux idées issues de la Révolution française.

Complétée par l'Entente cordiale avec le Royaume-Uni, l'alliance franco-russe donnera naissance à la Triple Entente, qui sera le noyau du camp dit des Alliés pendant la Première Guerre mondiale.

La dégradation des relations germano-russes[modifier | modifier le wikicode]

En 1884, pendant l'entrevue des trois empereurs. De gauche à droite, le ministre russe des Affaires étrangères, Bismarck puis le ministre austro-hongrois des Affaires étrangères

Pendant le gouvernement de Bismarck (1870-1890), l'Allemagne a toujours entretenu de bonnes relations avec l'empire russe. Il s'agissait de priver la France d'alliés en Europe afin de l'empêcher de prendre sa revanche à la suite de sa défaite de 1871. La Russie était d'ailleurs désireuse de ne pas favoriser une guerre de revanche, ni de s'allier à la France, qui est le symbole de tout ce contre quoi luttent les différents gouvernements russes depuis près d'un siècle, pour le tsar Alexandre III la République française était un régime « répugnant ».

Les relations Germano-Russes se sont fortement détériorées à la suite de l'affaire bulgare. En Bulgarie, en 1886, les Russes chassent un souverain qui veut prendre de la liberté par rapport à son protecteur russe. Mais il est remplacé par le candidat de l'Autriche-Hongrie, un prince allemand Ferdinand de Saxe-Cobourg. Malgré une menace de guerre la Russie doit accepter le fait et n'a plus que le Monténégro comme seul allié dans les Balkans.

Par ailleurs, la Russie n'arrive pas à convaincre les épargnants allemands de souscrire des emprunts russes afin de développer l'armée et les chemins de fer russes. Les Allemands placent volontiers leurs capitaux dans l'Turquie, autre adversaire de la Russie. Comme il n'est pas question d'avoir de l'argent des Britanniques (en rivalité avec la Russie en Perse et en Afghanistan), il ne reste que les épargnants français.

De plus avec la mise à l'écart de Bismarck en 1890, l'empereur allemand Guillaume II veut se libérer de l'alliance russe pour conclure une alliance plus étroite avec l'Autriche-Hongrie (qui est la grande rivale de la Russie dans les Balkans). Guillaume II pense que jamais la Russie ne s'alliera avec la France.

La France et l'alliance russe[modifier | modifier le wikicode]

À l'époque, la France républicaine fait figure d'exception dans une Europe où presque tous les pays sont des monarchies. De plus en raison de son récent passé révolutionnaire, la France inspire beaucoup de méfiance. En outre du fait de sa politique coloniale en Tunisie, la France a perdu son allié italien, qui avait aussi des visées sur la Tunisie. L'Italie a rejoint l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie et forme depuis 1882 l'alliance appelée Triplice. Le renouvellement de la Triplice est d'ailleurs conclu en mai 1891. Pour pouvoir envisager une guerre de revanche contre l'Allemagne, la France doit trouver un allié qui menacerait son adversaire. La Russie est dans cette position, car elle a des frontières communes avec l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie.

La France est un pays riche et les épargnants français disposent d'un « bas de laine » très rempli. Cet argent doit être placé pour valoriser l'épargne. La Russie offre toutes les garanties nécessaires pour sécuriser les capitaux qui s'y investiraient, car le régime tsariste semble inébranlable. De plus, le pays a des besoins considérables pour sortir du sous-développement industriel et des moyens de transport, sans compter la modernisation de son armée, qui a des effectifs considérables.

Le rapprochement franco-russe[modifier | modifier le wikicode]

La flotte russe à Toulon en 1893. Réception à bord de l'amiral russe par l'amiral français.

Au cours du XIXe siècle, les relations entre les Français et les Russes ont souvent été difficiles. Les Français n'ont pas oublié que les « cosaques campaient sur les Champs-Élysées » en 1814. Beaucoup de Français, soutiens des patriotes polonais luttant contre la domination russe, n'ont pas pardonné aux Russes d'avoir violemment fait « régner l'ordre à Varsovie » en 1830 puis en 1863. Les Russes par ailleurs n'ont pas oublié l'incendie de Moscou en 1812 et leur défaite pendant la Guerre de Crimée en 1855 où ils étaient opposés aux franco-britanniques.

Mais la recherche d'alliance à tous prix, est plus importante que de revenir sur les oppositions du passé. C'est donc par « petits pas » que le rapprochement franco-russe se met en place. En mai 1890, la famille impériale russe, qui réside normalement à Saint-Pétersbourg, visite officiellement une exposition organisée à Moscou par des industriels français. En août 1890, le général de Boisdeffre, sous-chef de l'État-major général français est invité aux manœuvres militaires russes ... en même temps que l'empereur allemand Guillaume II. Au début de 1891, le président français Sadi Carnot est décoré de l'Ordre de Saint-André (la plus haute décoration russe) en remerciement de l'arrestation d'anarchistes russes à Paris

Surtout le 25 juillet 1891, une escadre française est reçue avec tous les honneurs dans le port militaire russe de Cronstadt, près de Saint-Pétersbourg. Par réciprocité, en octobre 1893, une escadre russe est reçue triomphalement dans le port militaire de Toulon (c'est un événement car tout au long du XIXe siècle, une des obsessions de la diplomatie française, comme celle des Britanniques, était de ne pas permettre à la flotte militaire russe d'accéder à la mer Méditerranée).

Les conventions de l'alliance franco-russe[modifier | modifier le wikicode]

Manœuvres françaises de 1901. Le tsar Nicolas II se fait expliquer le fonctionnement du canon de 75

Les négociations commencèrent en 1890. Pendant l'été 1891, les deux gouvernements, par un échange de lettres confirment l'accord. Une convention secrète (portant sur les aspects militaires et diplomatiques) est signée en août 1892. Le tsar signe officiellement l'accord fin décembre 1893 et le président français Sadi Carnot en fait de même début janvier 1904.

La convention était défensive. Si la France était attaquée par l'Allemagne ou par l'Italie (soutenue par l'Allemagne), la Russie intervient contre l'Allemagne. Si l'Allemagne ou l'Autriche-Hongrie (soutenue par l'Allemagne), attaquent la Russie, la France intervient en attaquant l'Allemagne. La mobilisation totale ou partielle des soldats dans un des États membres de la Triplice, entrainerait automatiquement la mobilisation générale en France et en Russie.

Il était prévu que les Russes fourniraient une armée de 700 à 800 000 hommes, la France apporterait 1,3 millions de soldats. L'ouverture des combats contre l'Allemagne devait se faire sur les deux fronts (à l'ouest et à l'est) et le plus rapidement possible pour étouffer l'armée allemande (celle-ci répondra à cette double menace par le plan Schlieffen)

La France tenta par ailleurs de négocier une convention navale avec la Russie, cela n'aboutit pas.

Par la suite, et jusqu'à la veille de la première Guerre mondiale, régulièrement des délégations françaises ou russes sont invitées en visite officielle d'État ou pendant les manœuvres militaires dans chacun des pays. Pendant la guerre de 1914-1918, les Russes enverront des soldats combattre sur le front français.

Portail de la Russie - Tous les articles concernant la Russie.
Francestubmap.png Portail France —  Accédez au portail sur la France.
Journal-des-chemins-de-fer-image-titre.png Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.