Garçon devant un ordinateur.jpg
LeSavant.svg

la cabane  •  le Savant  •  le Livre d'or

Participez ! Cet article, comme tous les articles de Vikidia, est peut-être incomplet et tu peux l'améliorer. Tu as des connaissances sûres sur le sujet (texte ou illustration) ? Alors n'hésite pas à les ajouter. Ta contribution est la bienvenue ! C'est à toi de jouer ! Clin d'œil

Taïwan

« Taïwan » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Taïwan, République de Chine
Drapeau Blason
Drapeau Blason
Carte
Carte de taiwan.png
Géographie
Capitale Taipei
Plus grande ville New Taipei
Superficie 36 008 km2 km²
Pays frontaliers Chine Chine
Japon Japon
Philippines Philippines
Singapour Singapour
Malaisie Malaisie
États-Unis États-Unis
Corée du Sud Corée du Sud
Fuseau horaire UTC+8
Population
Population 23 040 040 habitants
Densité 639 86 hab,/km2 habitants/km2
Nom des habitants (gentilé) Taïwanais, Taïwanaise
Langue(s) parlée(s) Chinois mandarin (Langue administrative), Langue Minnan de Taïwan), Hakka, Langues des aborigènes
Politique et fonctionnement
Type de gouvernement République
Président Ma Ying-jeou
Premier ministre Wu Den-yih
Hymne Hymne national de la République de Chine
Monnaie New Taïwan Dollar
Domaine Internet .tw
Indicatif téléphonique +886
voir modèle • modifier


Le temple de Chang Chun dans le parc national de Taroko
Cordillère Yushan
Taipei

Taïwan, en forme longue la République de Chine est une île de l'océan Pacifique près de la Chine continentale. C'est l'ancienne Formose.

Peuplée à 90 % par des Hans qui ont immigré de la Chine continentale au fil de l'histoire et par des aborigènes austronésiens qui y sont arrivé dans la préhistoire, elle est depuis 1949 sous l'autorité du gouvernement de la République de Chine, totalement indépendante du gouvernement communiste de la République populaire chinoise.

Taïwan est une démocratie libérale et a une économie basée sur le capitalisme. C'est aussi un des Quatre Dragons Asiatiques et un grand pays exportateur de produits informatique. Connu mondialement pour sa haute technologie, depuis la deuxième moité du XXe siècle, Taïwan fait partie des pays industrialisés développés jouissant d'un niveau de vie équivalent à celui du Japon et de l'Union européenne.

Histoire[modifier]

Susceptible de remonter en 7000 avant notre ère, l’histoire de Taïwan vit son jour avec ses aïeux aborigènes austronésiens venant à vau-l’eau successivement durant Ve siècle av. J.-C au XVIe siècle qui eux sont considérés comme les habitants primitifs de l’île. À partir de la période des Grandes découvertes, plus précisément du XVIe siècle, les occidentaux navigant à l’extrême-orient pour des raisons coloniales et commerciales débarquèrent sur l’île, vu sa position à l’intersection de la mer et des pays de l’Asie de l’Est, de la mer de l’Asie du Nord et de celle de l’Asie du Sud. Et également dès ce moment précis, l’île de Formose devint à la charnière des pouvoirs orientaux et occidentaux sur l’Asie de l’Est.

Avec l’arrivée des Hollandais qui arrivèrent au début du XVIIe siècle et contrôlèrent ensuite la côte ouest appelée jadis la «Cité d’Orange», Taïwan tourne une page de son histoire et débute un chapitre pluriethnique. Pendant ses 38 ans de contrôle, l’un après l’autre, ils construisirent la fameuse forteresse «Zeelandia» à Anping, effectuèrent l'évangélisation auprès du peuple autochtone ainsi que des activités commerciales et productives et firent appel aux habitants de la zone côtière chinoise, notamment de la province du Fujian actuelle, à l’exploitation des terres. Pendant les 200 ans qui suivaient, les immigrés de la Chine se multiplièrent à une telle vitesse d’abord sous une courte domination de Koxinga qui, un loyaliste de la dynastie Ming, se servait de l’île pour repartir à la reconquête de la Chine et ensuite sous le règne de la dynastie Qing qui annexa l’île en 1683, une société de Hans s’y forma ainsi.

A la fin du XIXe siècle, sous le courant de l’expansion de l'impérialisme, Taïwan devint une colonie parmi les autres et un épisode de son histoire est par conséquent inscrit dans l’histoire du Nippon. Au cours de la colonisation japonaise durant 50 ans, la société taïwanaise se transforma de la tradition à la moderne. A la suite de la Seconde Guerre Mondiale en 1945, l’île fit ses adieux à ses colonisateurs et fut, selon la déclaration du Caire, restituée à la République de Chine dirigée à l’époque par le parti nationaliste Kuomintang qui eut, après la grande guerre, une guerre civile contre le parti communiste. Joyeux du retour à la «mère patrie» pour la plupart d’habitants formosans immigrés de la Chine continentale au cours des siècles précédents, étaient vite déçus de ces congénères continentaux corrompus. Un «choc culturel» entre les «taïwanais de souche» ayant vécu sous administration japonaise et ces derniers se fut produit et aboutit à «l’Incident 228» en 1947.

Ayant subi un échec en 1949, Tchang Kai-Chek, le directeur du parti nationaliste, se fut ensuite réfugié en compagnie de 300 millions de militaires et d’habitants du continent, imposa une série de politiques de sinisation et fit entrer l’île dans le régime militaire jusqu’en 1987. Or, cela n’empêche guère la démocratie de germer sur cette terre.

À partir du milieu de 20e siècle, Taïwan a éprouvé un miracle économique et un processus de la démocratisation politique qui sont universellement témoignés. L’histoire de Taïwan que ce soit à l’égard de son propre développement ou à l’égard de l’histoire mondiale connait une spécificité qui attire l’attention de tous les historiens aux quatre coins du monde.

Face au nouveau siècle, à la démocratisation politique, à la libéralisation économique et à la globalisation qui ne cessent de surgir et de se répandre avec impétuosité, l’île est désormais dans une nouvelle situation politique et économique et dans un nouveau mode de concurrence internationale.

Doté aujourd’hui d’une infrastructure publique de qualité, d’un système de transport commode et d’un service de communication excellent, Taïwan a survécu aux plusieurs Chocs pétroliers mondiaux et crises économiques en créant des «Miracles économiques» reconnus universellement et se classe au rang des pays développés.

Grâce à l’esprit résistant, travailleur et résolu des taïwanais, Taïwan a eu succès au niveau du développement économique et de la démocratisation politique qui permet à son peuple de marcher la tête haute et dont ce dernier est très fier.

Géographie[modifier]

C’est une exclamation donnée par les Portugais au 16e siècle lors d’apercevoir cette île émeraude et pittoresque. Certes, la vue de Taïwan verdoyante et vive vous donnerait l'impression d’être dans une oasis de paix. Situé au long de la bordure ouest de l’océan Pacifique au large de la côte sud-est de l’Asie et entre le Japon et les philippines, Taïwan est au centre des îles de l’Asie de l’Est et de la voie maritime ou aérienne de l’Asie-Pacifique. Sa superficie est à peu près 36 000km2. L’île est étroite au point de vue largeur et longue au point de vue longueur. Deux tiers de sa superficie sont constituées de montagnes et de forêts ; le reste est de collines, de larges plaines, de hautes terres et de bassins. Ses chaînes de montagnes sont verticales, notamment la Cordillère Centrale qui axe l’île verticalement et marque la ligne de partage des eaux de l’Est et de l’Ouest de Taïwan. Au côte ouest du dernier, il y a la Cordillère Yushan, appelée également la «Cordillère de Jade», dont l’altitude du sommet principal atteint vers 4 000m2 qui est le sommet le plus haut de l’Asie du Nord-est.

Climat[modifier]

Subtropical, au nord de Taïwan, la température durant les hivers frais ou doux avec des moyennes de 18°C. La température moyenne s’élève à 31°C au cours des étés chauds et humides. Le sud de Taïwan jouit d’un climat tropical maritime avec un temps généralement chaud et relativement sec. Dans les montages, les conditions tempérées prévalent. La neige peut s’accumuler sur certains des sommets les plus élevés, tels que Yu Shan et Ho-Huan Shang. La pluie peut tomber à tout moment, mais la plus grande quantité tombe habituellement d’avril à août. La saison des typhons s’étend de mai à septembre.

Culture[modifier]

La culture de Taïwan est un mélange de moderne et de traditionnel, de national et d’international, d’unique et d’universel. Du fait de l’histoire politique complexe de Taïwan, les influences de la culture indigène, le confucianisme, le Japon et la civilisation occidentale cohabitent. L’occupation japonaise de Taïwan de 1895 à 1945 a influencé la langue, la culture et l’architecture. Les visiteurs peuvent encore trouver une maison de maître de style japonais et entendre de vieilles chansons japonaises émanant des tavernes environnantes. La culture aborigène de Taïwan est unique et a commencé à fleurir quand le chan Ami «Jubilant Driking song» a été compilé en une chanson afin de promouvoir les Jeux Olympiques de 1996. Cependant, la culture de souche de Taïwan reste toujours chinoise du fait des immigrants de la Chine qui ont traverser le détroit pour débarquer sur l’île.

Religions[modifier]

Il n’y a pas de religion « nationale » à Taïwan. Beaucoup de religions sont pratiquées, comme le catholicisme, le christianisme, l’islam ou encore les religions aborigènes ou traditionnelles taïwanaises. Toutes ces religions ont un nombre conséquent de pratiquants, mais les religions regroupant le plus d’adeptes sont le bouddhisme et le taoïsme. Fait peu commun, la plupart des taïwanais prennent un peu de ces deux religions pour « créer » un mélange. Autre fait atypique, la plupart des aborigènes taïwanais sont chrétiens.

Taïwan compte un nombre impressionnant de lieux de culte de confessions très diverses. Les temples ne sont plus seulement des lieux réservés aux pratiquants, ils font maintenant l’objet d’un grand intérêt de la part des touristes.

Cuisine[modifier]

Basée sur l’une des gastronomes les plus renommées, la gastronomie chinoise, la cuisine taïwanaise une vraie palette de peintre qui se couvre d’une variété de teintes mises par les autochtones, les anciens habitants, les colonisateurs et les visiteurs au fil du temps. Elle représente une autre caractéristique aussi cosmopolite que sa culture. La cuisine chinoise venant du Sud de la Chine, la cuisine japonaise instaurée par les colonisateurs japonais, la cuisine américaine et les chaînes mondiales portées par les Américains occupent chacune sa place sur l’île et font briller cette prétendue gastronomie formosane. Par conséquent, il n’est guère difficile de trouver un restaurent exotique dans la rue et des snacks, entre autre les omelettes aux huitres, le tofu puant, les nouilles Tainan dan-zai, le thé aux perles, Ba-Wan, aux plus connus marchés nocturnes qui donnent l’essence de la cuisine taïwanaise.

Éducation[modifier]

Débutée en 1627 sous le régime néerlandais et accéléré pendant la colonisation japonaise, l’éducation de Taïwan a connu sa scolarité obligatoire en 1895 et a vu sa première université en 1928. Ce qui lui permet de se classer, au niveau du taux de scolarisation, au 2e rang en Asie après le Japon à la suite de la Seconde Guerre mondiale. Son système d’enseignement supérieur moderne et remarquable offre à tous les étudiants étrangers d’étudier une vaste gamme de disciplines, entre autre langue et histoire chinoises, culture sinophone, agriculture tropicale, foresterie, ingénierie génétique, semi-conducteurs, commerce, etc.

Système éducatif[modifier]

Depuis que la scolarité pour l’enseignement primaire s’est implanté au cours de la colonisation japonaise, l’éducation jouait un rôle important au sein de la société. De surcroît, avec 9 ans de scolarité obligatoire qui est mis en place en 1968, le peuple taïwanais est de mieux en mieux éduqué et son niveau éducatif s’est vivement allongé. En 2000, le taux de scolarisation dans l’enseignement supérieur a dépassé 67% et l’alphabétisation est de 96%.

La scolarisation sur l’île pourrait commencer à l’âge de 4 ans (ou même plutôt) pour les deux années d’enseignement préscolaire. Malgré cette éducation préscolaire qui n’est guère obligatoire, la majorité des enfants en suit au moins une année. À partir de 6 ans, les enfants entrent en 9 ans d’enseignement obligatoire composé de 6 ans d’enseignement élémentaire et de 3 ans d’enseignement collégial. Les frais de cette scolarité obligatoire sont totalement pris en charge par l’État. Cependant, ceux qui effectuent leurs scolarisations dans les établissements privés doivent s’en occuper.

En sortant du collège, les élèves devraient passer le Test de Compétence basique pour vérifier leurs acquis et en fonction de la note de ce dernier, ils peuvent choisir de s’orienter vers soit le schéma général en entrant dans un lycée général soit le schéma professionnel et spécialisé en entrant dans un lycée professionnel ou un institut professionnel pour un programme de 5 ans.

Par la suite, les lycéens quel que soit le schéma auquel ils appartiennent, au bout des 3 années, ils devraient choisir de présenter le Test de Compétence scolaire générale ou l’Examen d’Entrée à l’enseignement technologique et professionnel afin de poursuivre leurs études supérieures soit dans les universités générales y compris les facultés de médecine soit dans les universités scientifiques et technologiques. Pour ceux qui s’intègrent un programme de 5 ans dans un institut professionnel à la suite des études au collège, ils sont délivrés un diplôme d’associé (l’équivalent de DEUG dans l’ancien régime français) et pourront continuer leurs études soit dans un programme de 2 ans pour un diplôme de licence soit dans les instituts professionnels soit dans les universités scientifiques et technologiques, ou alors entrent, via les examens de transfert organisés par chacun des établissements, en 2e ou 3e années (selon la filière d’appartenance et la filière souhaitante) des universités générales. En somme, l’enseignement supérieur du 1e degré pour les filières générales dure 4 ans et peut se faire à maxima en 6 ans.

Ensuite, les diplômés de licence poursuivront, selon leurs nécessités, les programmes de master dans les filières auxquelles ils veulent se spécialiser. Le recrutement de programme de master est organisé grosso modo en deux façons : soit la soumission de dossier d’admission et un entretien ; soit un examen d’entrée. L’enseignement supérieur du 2e degré se fait à minima en 2 ans et à maxima en 4 ans.

Titulaires d’un diplôme de master, les étudiants parviendront à se professionnaliser dans un domaine bien précis en se plongeant dans les programmes de l’enseignement du 3e degré qui durent de 2 à 7 ans et seront délivrés le grade de docteur.

En ce qui concerne les études en médecine, une fois recrutés par les départements en fonction de la note du Test de compétence scolaire générale, les étudiants en médecine générale entrent dans un programme durant 7 ans y compris un an d’internat et obtiennent le diplôme de licence qui permet à ceux qui veulent exercer cette profession de passer le concours national de professions médicales pour être médecin certifié. À la suite de deux années d’expérience professionnelle, les titulaires de licence en médecine peuvent s’intègrent un programme de doctorat.

Différentes du cursus en médecine, les études en médecine dentaire sont faites dans un programme de licence en 6 ans et pourront être complétées par un programme de master durant 2 ans et un programme de doctorat.


Portail de l'Asie - Tous les articles concernant l'Asie.

23° 28′ N 121° 00′ E / 23.46, 121.0