Confiné chez toi, tu t'ennuies ? Crée un article sur Vikidia, c'est facile ! Commence par quelques lignes et on va t'aider !

Pierre-Joseph Cambon

« Pierre-Joseph Cambon » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Pierre-Joseph Cambon, député du département de l'Hérault à l'Assemblée nationale.
Estampe, eau-forte au pointillé de François Bonneville, fin du XVIIIe siècle.

Pierre-Joseph Cambon est né à Montpellier le 10 juin 1756 et est mort à Saint-Josse-ten-Noode le 15 février 1820. il est négociant en toiles et député de l'Hérault à la Convention nationale.

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Pierre-Joseph Cambon est protestant et est élu comme député de l’Hérault à l’Assemblée législative en 1791 en raison de ses connaissances en finance. Il vote la mort de Louis XVI, et fait partie dès avril 1793 du Comité de salut public.

En raison de ses compétences reconnues dans le domaine de la finance, il devient en 1793 président du comité des finances et est à l'origine de la loi sur la confiscation des biens du clergé.

Il est l'un des responsables de la chute de Robespierre et sera accusé directement par Robespierre dans son discours du 8 thermidor An II (26 juillet 1794) à la Convention et Pierre-Joseph est l'un des premiers à avoir osé tenir tête à Robespierre en lui disant de dire toute la vérité et ainsi, il parvint à retourner l'Assemblée contre ce dernier.

Le 9 thermidor, malgré sa lutte contre Robespierre, Pierre-Joseph fût recherché et il du se cacher à Montpellier jusqu'en 1815 où il sera à nouveau élu durant les Cent-Jours à la Chambre des représentants mais en n'intervenant que sur les discussions concernant le budget. Il meurt en exil près de Bruxelles en 1820.

Hommages[modifier | modifier le wikicode]

  • La rue Cambon, où siège aujourd'hui la Cour des comptes, a été désignée en guise d'hommage posthume.
  • Propriétaire du domaine du Terral à Saint-Jean-de-Védas au début du XIX{{{2}}} siècle, une allée porte son nom en son hommage dans cette commune.

Source[modifier | modifier le wikicode]

Bibliographie[modifier | modifier le wikicode]

  • Raoul Arnaud, La Débâcle financière de la Révolution : Cambon, 1756-1820 d'après des documents inédits aux éditions Perrin. Paris, 1926 (Lire en ligne).
  • André Bendjebbar, Cambon et la Vendée dans les Annales de Bretagne et des pays de l'Ouest, Tome 97, numéro 3 (1990) (Lire en ligne).
  • Céline Borello, Pierre Joseph Cambon dans le Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1, Paris, 2015.
  • Félix Bornarel, Cambon et la Révolution française aux éditions Félix Alcan, Paris, 1905 (Lire en ligne).
  • E.-D. Grand et L. de la Pijardière, Lettres de Cambon et autres envoyés de la ville de Montpellier de 1789 à 1792, Montpellier, Imprimerie Serre et Ricome, 1889 (Lire en ligne).
  • Gratien Saumade, Cambon et sa famille acquéreurs de biens nationaux (1791 et 1793) dans les Annales historiques de la Révolution française, numéro 93 de mai-juin 1939.
  • François Hincker, L'affrontement Cambon-Robespierre le 8 Thermidor.
  • Clovis Sené, Joseph Cambon (1756-1820), le financier de la Révolution, biographie, préface de Jean Dutourd, J.-C. Lattès, 1987.

Liens externes[modifier | modifier le wikicode]

  • Notice biographique de Joseph Cambon, extrait de l'ouvrage Les Ministres des Finances de la Révolution française au Second Empire, Comité pour l'histoire économique et financière de la France, 2007, 376 p, (ISBN 978-2-11-094805-2)
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.
Portail de la Révolution française —  Tous les articles sur la Révolution française de 1789.
Portail de la politique —  Tous les articles sur la politique.