Colonne Vendôme

« Colonne Vendôme » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
La colonne Vendôme

La colonne Vendôme est un monument situé au centre de la place Vendôme, à Paris. Elle a été érigée par Napoléon de 1805 à 1810, pour commémorer la bataille d'Austerlitz.

Description de la colonne[modifier | modifier le wikicode]

Le fût de la colonne est constitué de 98 tambours de pierre, recouverts du bronze de 1 200 canons pris aux armées russes et autrichiennes. Sa hauteur est de 44,3 m et son diamètre d'environ 3,60 m.

La colonne, posée sur un socle et surmontée d'une statue de Napoléon Ier, est inspirée de la colonne Trajane, à Rome.

Le décor formé de 425 plaques de bronze est orné de bas-reliefs représentant des trophées et des scènes de batailles qui se déroulent en spirale jusqu'au sommet, formant un longue bande de 280 m exécutée par une équipe de sculpteurs, parmi lesquels François Rude, auteur de La Marseillaise de l'Arc de triomphe de l'Étoile. Comme dans les grandes colonnes monumentales de Rome, un escalier intérieur en spirale permet d'accéder à une plate-forme qui supporte la statue de l'empereur.

La statue visible de nos jours au sommet de la colonne n'est pas celle d'origine : elle a pour auteur Auguste Dumont et date du Second Empire. Napoléon Ier est représenté en Caesar imperator, c'est-à-dire en empereur romain, drapé dans un manteau et portant le glaive, la victoire ailée et la couronne de lauriers.

La base de la colonne Vendôme est en granite de Corse, plaquée de bronze. L'inscription est rédigée en latin, à la manière antique.

Historique de la place et de la colonne[modifier | modifier le wikicode]

La place Vendôme a été conçue sous Louis XIV par Jules Hardouin-Mansart. Elle s'appelait alors place Louis-le-Grand. En son centre s'élevait une statue équestre du Roi-Soleil, qui fut détruite en 1792, pendant la Révolution.

Après un projet de colonne nationale en 1800, l'idée d'une colonne inspirée de la colonne Trajane et dédiée à la gloire du Peuple français fut reprise en 1803 par Bonaparte, premier Consul. Finalement, après la victoire d'Austerlitz, l'empereur élève un monument à sa propre gloire : elle fut achevée en 1810, sous le nom de colonne de la Grande Armée. Une statue de Napoléon en César fut placée au sommet.

En 1814, lors de la première Restauration, la statue fut enlevée et remplacée par un drapeau blanc fleurdelisé. En 1818, la statue fut fondue pour réaliser la statue équestre d'Henri IV sur le pont Neuf.

La colonne Vendôme à terre, en 1871, photographiée par Disdéri.

La monarchie de Juillet élève une nouvelle statue représentant l'empereur en « petit caporal », avec son fameux bicorne : elle est aujourd'hui conservée à l'hôtel des Invalides, car Napoléon III la fit remplacer en 1863 par la statue actuelle, copie de la première statue de Napoléon Ier en empereur romain.

Lors de l'insurrection de la Commune de Paris, le peintre Gustave Courbet demande à « déboulonner la colonne », selon lui « insulte permanente à l’un des trois grands principes de la République française, la fraternité». Le 16 mai 1871, la colonne est abattue ; cependant, les plaques de bronze sont récupérées.

Après la chute de la Commune, le nouveau président de la République, le maréchal de Mac Mahon, décide, en 1873, de faire reconstruire la colonne Vendôme aux frais de Gustave Courbet, qui meurt avant d'avoir commencé à payer.

Article mis en lumière la semaine du 16 octobre 2017.

48° 52′ 03″ N 2° 19′ 46″ E / 48.867469, 2.329414

Portail de Paris — Tous les articles concernant Paris et sa banlieue.
Portail de l'architecture —  Tout sur les monuments et les architectes célèbres.
Source : cette page a été partiellement adaptée de la page Colonne Vendôme de Wikipédia.