Colombie

« Colombie » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Icone Geographie.png
Cet article est une ébauche concernant la Géographie. Améliore-le !


Colombie
Flag of Colombia.svg Coat of arms of Colombia.svg
Drapeau Blason
Devise
Espagne Espagne Libertad y Orden
Liberté et ordre
Carte
Colombia (orthographic projection).svg
Géographie
Capitale Bogota
Plus grande ville Bogota
Superficie 1 141 748 km²
Rang Classé 25ème
Eau 8 8 %
Pays frontaliers Venezuela, Brésil, Pérou et Équateur
Fuseau horaire -5
Population
Population 46 591 147 habitants
Rang Classé 28ème
Densité 40 habitants/km2
Nom des habitants (gentilé) Colombien, colombienne
Langue(s) parlée(s) Espagnol
Politique et fonctionnement
Type de gouvernement République
Président Juan Manuel Santos
Monnaie Peso colombien
Domaine Internet .co
Indicatif téléphonique +57
voir modèle • modifier
Bateau près de Florencia, Capitale du département du Caqueta.

La Colombie est un pays d'Amérique du Sud. Il doit son nom à Christophe Colomb, découvreur de l'Amérique. Il a été colonisé au XVIe siècle par les Espagnols, il est situé immédiatement au sud de l'Amérique centrale.

La capitale de la Colombie est Bogota.

Géographie[modifier]

La Colombie a des frontières avec le Venezuela, l'Équateur, le Pérou, le Brésil et le Panamá. L'espace colombien présente deux grandes parties :

  • L'ouest est une région montagneuse qui est la partie la plus au nord de la Cordillère des Andes. Elle est formée de plusieurs chaînes de montagnes quelquefois volcaniques dont de nombreux sommets dépassent les 5 000 m d'altitude (le pic Cristóbal Colón dans la sierra Nevada de Santa Marta à 5 774 m). L'altitude tempère le climat qui est de type tropical humide dans les plaines littorales.

Histoire de la Colombie[modifier]

Le peuplement amérindien[modifier]

Avant l'arrivée des conquistadors espagnols la Colombie était peuplée par différents peuples amérindiens , parmi lesquels les Chibchas. Leur civilisation est détruite par les conquérants espagnols.

La Colombie dans l'empire colonial espagnol[modifier]

C'est en Colombie que les Espagnols créent leurs premiers établissements de Terre ferme en 1510 sur la côte est de l'isthme de Panamá. En 1533, est fondé le port de Carthagène des Indes qui est la porte d'entrée des espagnols en direction des Andes. Santa Fé de Bogota, dans l'intérieur des terres, est fondée en 1538.

Avec le Venezuela et l' Équateur, la Colombie forme la Nouvelle-Grenade, Audiencia dépendant du vice—roi espagnol installé à Lima au Pérou. En 1717, le gouvernement espagnol fait de la Colombie une vice-royauté indépendante. La Colombie, recelant de riches gisements aurifères, exploités à l'aide de l'esclavage des noirs importés d'Afrique, fournit de l'or à l'Espagne.

Les Amérindiens subissent le système de l' encomienda, qui les oblige à travailler quasi gratuitement dans des domaines agricoles ou dans les mines donnés aux colons comme récompense pour service rendus à la Couronne d'Espagne. Les Amérindiens sont évangélisésPrécision, ceux qui résistent sont exterminés.

L'indépendance de la Colombie[modifier]

Simón Bolívar vers 1818

Coupée de l'Espagne qui est passée sous le contrôle de Napoléon Ier la Colombie voit , dès 1810, se développer des mouvements autonomistes dirigés par les colons créolesPrécision. Mais à partir de 1815, un important corps expéditionnaire espagnol rétablit l'autorité du roi Ferdinand VII et mène une politique sanglante de répression contre les autonomistes.

En février 1819 une assemblée de créoles réunie à Angostura proclame la naissance de la Grande-Colombie qui regroupe la Colombie, le Venezuela, l'Équateur et le Panamá. Le 7 août 1819, Simón Bolívar le chef des indépendantistes de Nouvelle-Grenade bat l'armée royale espagnole à la bataille de Boyacá. Trop étendue et ayant des colons aux intérêts divergents, la Grande-Colombie éclate dans les mois qui précèdent la mort de Bolívar en 1830. Le territoire colombien reste seul.

L'opposition entre fédéralistes et centralisateurs[modifier]

Au cours du XIXe siècle la vie politique est marquée par l'opposition entre les libéraux laïcs fédéralistes et les conservateurs catholiques centralistes (bolivariens). Les premiers l'emportent aux élections de 1863 et organisent une république fédérale les États-Unis de Colombie. Puis les conservateurs qui monopolisent le pouvoir entre 1886 et 1930 installent un État centralisé. Pendant cette période, de nombreuses guerres civiles régionales éclatent. En 1903, la région du Panamá, soutenue par le gouvernement étatsunien se proclame indépendante.

Une période troublée[modifier]

En 1930, les libéraux accèdent au pouvoir. En 1932, une guerre contre le Pérou confirme à la Colombie la possession de la partie est de son territoire (Amazonie]].

Entre 1948 et 1953, le conservateurs sont au pouvoir. Il y a des affrontements violents avec les libéraux. Le coup d'État du général Gustavo Rojas Pinilla met fin à la guerre civile. Sa dictature se maintient jusqu'en 1958. Depuis les partis libéraux et conservateurs alternent pacifiquement au pouvoir ou se partagent les postes gouvernementaux. Mais à partir de 1961, apparaît une guérilla (dont celle des FARC) qui dure encore en 2012.

La Colombie aujourd'hui[modifier]

A partir des années 1970, le trafic des drogues se développe. Encore aujourd'hui la Colombie est le premier producteur mondial de cocaïne. Les Colombiens se combattent entre narco-trafiquants, les paramilitaires et les guerrilleros. Il y a parfois, entente entre le gouvernement colombien et les narco-trafiquants (entre 1994 et 1998 en particulier).

En 2002 puis en 2006, Álvaro Uribe Velez est élu président. C'est la première fois qu'un candidat non issu des partis conservateur ou libéral est élu. Il obtient la démobilisation d'une partie des groupes paramilitaires, mais il continue la lutte contre les guerrilleros. Cependant des négociation de paix s'ouvrent entre le gouvernement et les guerrilleros en 2012.

La population colombienne[modifier]

De jeunes Colombiens (photographie prise en 2006)

La Colombie a environ 47 millions d'habitants. La population augmente très vite, il n'y avait que 11,5 millions d'habitants en 1951.

L'augmentation est surtout due à une très forte natalité (taux de la natalité de 20,48 ‰) la mortalité est faible (taux de la mortalité de 5,58‰) . La fécondité de 2,54 enfants par femme permet un facile renouvellement des générations.

Du fait de la forte natalité la population colombienne est jeune : près de 30% des Colombiens ont moins de 14 ans ; les personnes âgées sont peu nombreuses (5% environ de plus de 65 ans).

La population colombienne est fortement métissée. Il y aurait environ 58% de métis (ascendance européenne et amérindienne), environ 10% de mulâtre (ascendance européenne et noire). Les Colombiens « sans mélange » sont pour 20% des descendants d'Européens et à 4% des descendants d'esclaves noirs africains noirs. Les Amérindiens sont très peu nombreux (moins de 2%).

La quasi totalité de la population parle l'espagnol. Les langues amérindiennes ne concernent qu'environ 2% de la population.

La population colombienne habite surtout les régions montagneuses et les régions littorales. La partie amazonienne est très faiblement peuplée. Aujourd'hui les trois-quarts des Colombiens sont des citadins.

Portail de l'Amérique - Tous les articles sur l'Amérique.

4° 36′ 36″ N 74° 04′ 55″ W / 4.610, -74.082