Vindolanda

« Vindolanda » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Bains ou thermes du fort de Vindolanda.

Vindolanda était un fort ou camp romain de l'époque de la Bretagne romaine. Il est situé juste au sud du mur d'Hadrien, à Chesterholm dans le nord de l'Angleterre et près de la frontière actuelle avec l'Écosse. Il permettait de surveiller la Stanegate, la voie romaine qui partait de la rivière Tyne pour se terminer à Solway Firth. Ce fort est connu pour les tablettes de Vindolanda qu'on y a découvertes. Ce sont des lettres privées et courriers militaires écrits sur des tablettes en bois. C'est une des plus importantes découvertes de correspondance (courrier) de l'Empire romain.

Les tablettes de Vindolanda[modifier | modifier le wikicode]

Les tablettes de Vindolanda

Les tablettes de Vindolanda sont des planchettes en bois avec des inscriptions en encre à base de charbon. Elles datent des premier et deuxième siècles apr. J.-C., l'époque du mur d'Hadrien qui est proche de Vindolanda. Les tablettes contiennent des messages à destination ou écrits par les membres de la garnison de Vindolanda, leurs familles et leurs esclaves. Des écrits similaires sur papyrus avaient déjà été trouvés partout dans le territoire de l'Empire romain, mais aucune tablette en bois n'avait été retrouvée avant que l'archéologue Robin Birley ne les découvre à Vindolanda en 19731.

Les tablettes sont écrites en latin. Elles montrent qu'une bonne part des membres de l'armée romaine savait lire et écrire. Elles sont exposées au British Museum, et sont considérées au musée comme l'un des dix trésors britanniques les plus précieux.

Invitation de Claudia Severa[modifier | modifier le wikicode]

La plupart des tablettes sont des documents militaires officiels. Toutefois, le document le plus connu est peut-être la Tablette 291, écrite vers 100 ans apr. J.-C. par Claudia Severa, la femme du commandant d'un fort proche, à Sulpicia Lepidina, femme du commandant de Vindolanda, l'invitant à son anniversaire. Cette invitation est l'un des premiers exemples connus d'un femme écrivant en latin. Elle serait même la première lettre intacte connue à être écrite par une femme, toutes langues confondues.

Invitation de Claudia Severa

Déchiffrement en latin2 :

Claudia · Seuerá Lepidinae suae salutem
Idus Septembres soror ad diem sollemnem natalem meum rogó libenter faciás ut uenias ad nos iucundiorem mihi diem interuentú tuo facturá si ...s Cerialem tuum salutá Aelius meus. et filiolus salutant
sperabo te soror uale soror anima mea ita ualeam karissima et haue
Sulpiciae Lepidinae Cerialis a Seuera

Traduction :

« Claudia Severa à sa Lepidina salut.

Le 11 septembre, sœur, pour le jour de la fête de mon anniversaire, je t'envoie une chaleureuse invitation pour être sûre que tu te joignes à nous, pour rendre cette journée agréable pour moi par ton arrivée. Transmets mes salutations à ton Cerialis. Mon Aelius et mon petit garçon lui envoient leurs salutations.
Je t'attends, sœur. Au revoir ma chère, salut !

À Sulpicia Lepidina, épouse de Cerialis, de Severa »

La garnison[modifier | modifier le wikicode]

La garnison ne faisait pas partie des légions romaines, mais était faite de troupes auxiliaires (supplémentaires, en appui), d'infanterie ou de cavalerie. À partir du début du IIIe siècle, il s'agissait de quatre cohortes venus de Gaule.

Les tablettes ne parlent pas beaucoup des bretons indigènes, mais elles en disent quelques mots. On trouve sur une tablette le nom familier de Brittunculi (petits bretons), et on sait maintenant que c'était un mot plutôt méprisant ou paternaliste.

Une inscription donne à penser qu'il y avait des gaulois dans la troupe, et qu'ils voulaient se distinguer des bretons3. L'inscription se lit :

CIVES GALLI
DE GALLIAE
CONCORDES

QUE BRITANNI
.

Elle peut se traduire par : « Les troupes de Gaule [dédient cette statue] en accord avec les troupes bretonnes ».

Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. britishmuseum.org
  2. Tablette 291 sur le site Vindolanda Tablets Online
  3. Selkirk A. 2006. A ritual statue from Vindolanda. Current Archaeology 205: 4-5.
Portail de la Rome antique —  Histoire romaine, langues et civilisations italiotes.
Portail du Royaume-Uni —  Tout sur l'Angleterre, l’Écosse, le Pays de Galles, l'Irlande du Nord !

54° 59′ 25″ N 2° 22′ 02″ W / 54.9902, -2.3671