Garçon devant un ordinateur.jpg
Hollie Little Pink Laptop.jpg
les articles à compléter  • le Livre d'or
Ce sont des enfants, des adolescents et des adultes qui écrivent et qui font la maintenance de Vikidia. Participez vous aussi !

Robert Lindet

« Robert Lindet » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
portrait de profil
Robert Lindet vers 1793, dessiné par Jacques-Louis David

Robert Lindet est né à Bernay (Eure) en 1746 et est mort à Paris en 1825. Il a eu un rôle politique très important pendant la Révolution française.

Fils d'un marchand de bois normand, Lindet devient avocat, puis procureur du roi à Bernay. En 1790, Robert Lindet est élu maire de Bernay. En septembre 1791, il est élu député de l'Eure à l'Assemblée législative (son frère Thomas en fait de même). Il siège avec les députés de la Plaine (centre).

Pendant l'été 1792, il est élu député à la Convention. Il siège parmi les députés montagnards. Il est chargé du rapport à la Convention qui met Louis XVI en accusation. Il vote la mort du roi.

En avril 1793, il est élu membre du Comité de Salut public, il est réélu en juillet 1793. Il s'occupe des subsistances et des finances, travail difficile en cette époque de raréfaction de la production, de spéculation et de rupture des liaisons commerciales avec l'étranger ; domaine délicat qui est constamment sous la pression des revendications économiques des Sans-Culottes. Il permet également le ravitaillement de l'armée républicaine. Comme représentant en mission il lutte contre le soulèvement fédéraliste en Normandie.

En avril 1794, Robert Lindet refuse de signer l'acte de mise en accusation de Georges Danton.

Il ne participe pas directement au complot qui aboutit à la chute des robespierristes en thermidor an II (juillet 1794). Il n'est pas réélu au Comité en octobre 1794.

Pendant la Convention thermidorienne, il prend la défense de l'action du Comité de Salut public et de la Terreur. Il est impliqué dans la journée insurrectionnelle du 1er prairial an III. Il est arrêté le 31 mai 1795. Cependant il bénéficie de l'amnistie générale de l'an IV et est libéré en juillet 1795.

Lindet est élu au Conseil des Cinq-Cents mais est déclaré inéligible. Il est compromis dans la conjuration des Égaux organisée par Gracchus Babeuf. Il parvient à s'enfuir puis à se disculper des accusations portées contre lui.

En juillet 1799, il occupe le poste de ministre des Finances du Directoire. Il arrête sa vie politique après le coup d'État du 18 brumaire de Napoléon Bonaparte, qu'il refuse de servir.

Robert Lindet, comme régicide, est condamné à l'exil en 1816. Il parvient cependant à rester à Paris où il meurt en 1825.

Portail de la Révolution française —  Tous les articles sur la Révolution française de 1789.