Questeur (Rome antique)

« Questeur (Rome antique) » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Dans la Rome antique, les questeurs sont des magistrats chargés des finances publiques. Ils règlent les dépenses et perçoivent les recettes. Mais ce ne sont pas eux qui décident des dépenses (ce sont les consuls et les autres magistrats) et des recettes (ce sont les censeurs).

À Rome, ils sont les gardiens du trésor public. Dans les armées et les provinces ils sont chargés de la gestion des finances.

C'est la première fonction du cursus honorum et la première à laquelle les plébéiens ont pu accéder. a partir de la seconde guerre punique, l'exercice de la questure donne l'accès au Sénat.

Sous le Haut-Empire les questeurs gardent un rôle comptable, mais sous le Bas-Empire la questure devient une magistrature honorifique, coûteuse et exercée uniquement à Rome.

Création des questeurs[modifier | modifier le wikicode]

Le mot quaestor vient du verbe quaerere qui veut dire « faire une enquête »

Sous les rois et au début de la République, il y a deux questeurs. Ils sont les accusateurs publics pour tous les délits pouvant entrainer la peine de mort. Ils convoquent les comices qui jugent l'affaire, puis exécutent le jugement des comices. Leur fonction dure un an. Ils sont nommés par les curies sur la présentation des consuls. a partir de la première moitié du IV siècle av. J.-C. leurs fonctions judiciaires sont transmises aux tribun de la plèbe et aux édiles.

Puis quatre postes de questeurs sont créés à raison de deux par consul, un pour l'aider à l'administration à l'intérieur de Rome, l'autre pour l'aider pendant les opérations militaires. D'abord désignés par les consuls, ils sont élus chaque année par les comices tributes a partir de 447 av. J.-C.

En 421 le nombre de questeurs est doublé et les tribuns tentent d'imposer qu'un des questeurs soit un plébéien. Les patriciens s'y opposent pendant dix ans, car le questeur peut siéger au sénat qui est jusque-là leur chasse gardée. Puis ils cèdent et en 409 trois des quatre questeurs sont plébéiens.

En 267 av. J.-C. sont créés les questeurs de la flotte.

Pendant la dictature de Sylla il y avait 20 questeurs ; et sous celle de César il y en avait 40. Cela permet un pré-recrutement pour avoir des sénateurs. Chaque gouverneur de province, chaque général, chaque consul a alors un questeur qui s'occupe des aspects financiers de la charge. Sous l'empire le nombre de questeurs est ramené à 20.

Élection des questeurs[modifier | modifier le wikicode]

En 180 av. J.-C., une loi précise qu'il faut avoir fait dix ans de service militaire (stipendia) dans l'infanterie ou six dans la cavalerie pour être candidat à la questure. Après la réforme de Sylla l'âge minimum requis est de 28 ans pour les patriciens et 30 ans pour les plébéiens.

Les questeurs sont élus chaque année par les comices tributes.

Fonctions des questeurs[modifier | modifier le wikicode]

Après avoir eu des fonctions judiciaires (voir plus haut), les questeurs s'occupent surtout des questions financières.

Les deux questeurs urbains (quæstores urbani), ou questeurs de l'autel de Saturne, ont la charge du trésor de l'État (Ærarium) qui est déposé dans le temple de Saturne situé sur le Forum. Ils effectuent les opérations financières réelles d'encaissement des recettes et de paiement des dépenses engagées par les magistrats après accord su sénat. Ils gèrent le stock de métaux précieux et des monnaies. Ils enregistrent et conservent les lois romaines transcrites dans un livre. Ils sont également chargés de la vente des biens des personnes qui doivent de l'argent.

Pour en savoir plus Pour en savoir plus, lire l’article : Finances de l'État romain.

Les questeurs sont aussi chargés de fournir un logement approprié aux ambassadeurs étrangers. Après décisions du Sénat ils sont chargés des enterrements et de l'entretien des monuments consacrés aux hommes célèbres.

Pour les aider dans leurs fonctions ils disposent de secrétaires, les scribes de l'autel (scribæ ærarii).

À la fin de son mandat annuel, chaque questeur publie ses comptes. Ils doivent correspondre avec ceux du magistrat qu'il assiste. Ces comptes sont soumis au contrôle du Sénat et sont archivés. Ces procédures n'empêchent pas les irrégularités.

Les quatre questeurs de la flotte sont chargés de la perception de la douane et de l'impôt dans les quatre villes où ils résident : Ostie, Calès en Campanie, Ariminum et Lilybée en Sicile.

Les questeurs ordinaires aident les magistrats supérieurs pour l'administration financière des armées. Le questeur accompagnant le magistrat est chargé de l'approvisionnement de l'armée, de la vente du butin dont le produit est distribué à la légion ou transféré à l'aerarium de Rome. Il est chargé de la perception des contributions de guerre. Ces questeurs ont également la charge des fonds que le sénat a mis à la disposition du consul. Ils versent la solde des soldats.

Dans les provinces de l'empire, les questeurs ordinaires sont responsables de l'administration financière du proconsul ou du propréteur et de l'encaissement des impôts pour le compte de Rome.

Les questeurs sous l'empire[modifier | modifier le wikicode]

Sous l'empire, les questeurs perdent le contrôle du trésor central qui passe sous la direction de l'empereur. L'âge minimum pour la fonction est descendu à 25 ans et leur nombre est ramené à 20.

La majorité des questeurs servent dans les provinces sénatoriales, les autres à Rome et en Italie sont les adjoints des magistrats supérieurs. Deux questeurs servent de secrétaire et de porte-paroles d'Auguste devant le sénat.

Dès l'empereur Claude tous les questeurs, à leur entrée en charge, sont obligés d'offrir au peuple et à leurs propres frais des jeux de gladiateurs; de ce fait cette magistrature devient inaccessible sauf aux plus riches.

Au cours des siècles la diminution du nombre des provinces sénatoriales et la transformation de l'aerarium sénatorial en une caisse locale pour la ville de Rome gérée par un préfet entrainent la disparition progressive des questeurs.

Au milieu du IIIe siècle, les questeurs n'ont plus de fonction particulière.

Au début du IVe siècle, Constantin Ier transforme la questure en une magistrature purement honorifique à Rome. La questure n'existe pas dans sa nouvelle capitale Constantinople. Accessible a partir de 25 ans, puis de 16 ans selon une loi de 329. La même loi prévoit qu'en cas d'entrée en charge à moins de 16 ans, la questure est réservée aux fils de sénateurs. Elle est alors la première étape du cursus honorum vers le consulat. La questure ne donne plus l'accès au sénat. Les questeurs sont surtout chargés d'organiser des jeux. Seul le quaestor principis, porte-parole de l'empereur conserve son importance en devenant le questeur du Palais (quaestor sacri palatii). Il participe à la rédaction des documents officiels et de la correspondance impériale.

Portail Rome antique —  Histoire romaine, langues et civilisations italiotes.