Persécution des chrétiens dans la Rome antique

« Persécution des chrétiens dans la Rome antique » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

De 50 à 313, les chrétiens de l'Empire romain sont persécutés car ils rejettent la religion romaine, notamment le culte impérial (culte de l'empereur, considéré comme un dieu), ce qui mécontente et inquiète les Romains.

Les persécutions des chrétiens[modifier | modifier le wikicode]

Portrait de Néron. Marbre, œuvre romaine, Ier siècle ap. J.-C. Provenance : zone de l'époque d'Auguste, Palatin. Antiquarium du Palatin

Du Ier au IIIe siècle, les Romains ne comprennent pas les chrétiens car ces derniers ne participent pas au culte de leurs dieux (par exemple, jeter de l'encens sur le foyer de l'autel de Rome et d'Auguste). Les chrétiens sont accusés d'être responsables des défaites militaires de l'empire. Des rumeurs affirment que les chrétiens tuent des enfants et mangent de la chair humaine.

Les Romains acceptent les dieux étrangers et en pratiquent le culte, comme celui d'Isis, une déesse égyptienne ou celui de Mithra, un dieu de Mésopotamie.

Par contre, ils refusent que l'on s'oppose à la religion romaine, et notamment que l'on ne prie pas pour l'empereur.

L'empereur Néron, en 64, lance la première grande persécution. Il accuse les chrétiens d'avoir provoqué le grand incendie de Rome dont il est lui-même soupçonné d'être l'auteur. Cet incendie, provoqué afin de faire de la place pour une extension des palais impériaux, n'était pas de la faute des chrétiens, mais Néron savait qu'il serait accusé. Il préféra que les chrétiens soient punis à sa place.

Les chrétiens sont soumis à toutes sortes de supplices et de tortures. Ils sont livrés aux fauves, crucifiés ou encore torturés en public.

En 177, à Lyon, de nombreux chrétiens sont martyrisés. La mort de ces martyrs impressionne les Romains et poussent un nombre grandissant d'entre eux à se convertir.


À partir du IIIe siècle, des lois interdisent la religion chrétienne. Les chrétiens sont des hors-la-loi car ils n'acceptent pas le culte de l'Empereur (les chrétiens ne croient qu'en un seul dieu). Durant ce IIIe siècle, les victimes sont beaucoup plus nombreuses que du Ier au IIIe siècle.

Autres persécutions[modifier | modifier le wikicode]

L'empereur Dioclétien
  • 250 : persécution de Dèce (que certains appellent aussi « persécution générale ») : Dèce, empereur romain, oblige tous les Romains à offrir un sacrifice (une sorte de cadeau) aux dieux tutélaires, qui sont par exemple ceux représentant une ville ou un travail, sous risque de peine de mort. Les chrétiens qui n'ont pas voulu faire cette offrande ont été persécutés.

La prise au pouvoir du christianisme[modifier | modifier le wikicode]

Buste du Christ, peinture murale provenant des catacombes de Commodilla, IVe siècle

Malgré toutes ces persécutions, le christianisme séduit de plus en plus de Romains.

L'empereur Constantin, se convertir au christianisme. Il est le premier empereur romain chrétien. En 313, par l'édit de Milan, il autorise le christianisme dans l'empire. C'est la fin des persécutions.

L'empereur Théodose Ier, dans un second temps, interdit les anciennes religions polythéistes avec l'édit de Thessalonique, en 380. Le christianisme devient la religion officielle de l'Empire romain. Ce sont maintenant les païens qui sont persécutés... par les chrétiens.


Portail du christianisme —  Tous les articles concernant le christianisme.
Portail de la Rome antique —  Histoire romaine, langues et civilisations italiotes.