Kénitra

« Kénitra » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Vue de l'ancien hôtel d'Europe avenue Mohamed Diouri.
Image satellitaire de Kénitra.

Kénitra (en arabe: القنيطرة) anciennement appelé Port-Lyautey est une ville et commune marocaine située au Nord-Ouest du royaume, elle est définie comme étant la quatrième ville industrielle du pays. Sa superficie est calculée à plus de 76 km2 et sa population est classée en 2014 à environ 431 000 hab pour une densité de 5675 hab/km2. Son maire est Abdelaziz Rabah (PJD), il exerce cette fonction depuis le 23 juin 2009, sa réélection fut le 4 septembre 2015 pour un mandat de six ans.

Le nom de Port-Lyautey est souvent assimilé à la fameuse Kasbah de Mehdia qui trône fièrement à l'ouest de la ville bien avant la période du protectorat français.

Histoire[modifier | modifier le wikicode]

Le protectorat (1912-1956)[modifier | modifier le wikicode]

Portail de la Kasbah de Mehdia à Kénitra.

La ville se trouve sur la rive sud de l’oued Sebou à 12 km de l’embouchure sur l’océan Atlantique au niveau de Mehdia-plage. Elle se situe dans un carrefour de routes commerciales, reliant les villes du nord et de l’oriental du Maroc. C’est une ville récente, contrairement aux villes impériales du royaume, puisque sa création remonte à seulement 120 ans.

Le Maroc comme pratiquement tous les autres pays du Maghreb a enduré un passé colonial, et Kénitra reste sans doute l'une des rares villes qui laissa le patrimoine français siéger dans ses ruelles et ses boulevards. Historiquement parlant, cette ville est riche en péripéties et événements:

▪En 1911, alors que Port-Lyautey se résumait à un desert misérable perdu au nord du Maroc, seule une simple kasbah s'imposait, sous son architecture impériale, son allure de forteresse et sa majesté, plusieurs troupes de Makhzen vinrent y siéger quelques temps pour s'abreuver et satisfaire leurs besoins vitaux.

▪Le 17 avril 1912, une guerre civile éclata au sein de la région de Fès, des soldats chérifiens vinrent assiéger le sultan Moulay Hafid, cette bataille ne resta pas sans conséquences, le général Lyautey s'y rendit par le biais de Casablanca, c'est alors que s'est joué l'avenir de Kénitra.

▪Lors de la colonisation française, et à l'arrivée du général Louis Lyautey, Kénitra fût bâtie ,c'était d'abord une station balnéaire qui se situait entre les routes commerciales maghrébines.

Construction de la ville et indépendance[modifier | modifier le wikicode]

"Une grande figure qui s'estompe et forme tout le fond du tableau; par dessus, un plan de ville largement tracé, portant en son coin ce que nous appelons le «bon à tirer », de l'écriture ferme et volontaire que l'on connaît: «Approuvé, Lyautey, 1914 ». Voilà, sur notre première page, la synthèse de l'histoire de Kénitra, que l'on vient, en reconnaissance, de nommer Port-Lyautey. Ainsi, il n'y'a pas encore vingt ans, des terrains vagues et presqu'incultes, à l'orée de la grande forêt de la Mamora, au long des méandres où s'étire paresseusement le Sebou avant d'aller se perdre dans la mer. Quelques tentes misérables abritant des indigènes demi-nomades, et là-bas sur la falaise dominant l'estuaire, les ruines abandonnées du vieux Château-fort de Mehedya".

C'est ainsi que commencent les premières pages du mensuel ivoirien "NordSud" dans leur numéro consacré à Port-Lyautey, ils se penchèrent sur les questions de la construction de cette ville et ses enjeux économique et historique, cependant:

▪Le 19 décembre 1914, Lyautey apposait sa signature vigoureuse sur le plan de la future ville, après avoir construit une voie ferrée entre Salé et Fès.

▪Les années qui suivirent signèrent la construction d'un centre d'aviation et qui fut volontairement désarmé en 1921.

▪En 1932, Kénitra revendique le parrainage de son fondateur et obtient alors le titre de Port-Lyautey.

▪En 1956, durant plus de 24 ans Kénitra porte le nom de Port-Lyautey c'est alors que vint la période d'indépendance et finalement reprit son appellation d'origine.

Ressources naturelles[modifier | modifier le wikicode]

Forêt de Maamora en 1929.

Kénitra a la chance de renfermer une des plus importantes ressources biologiques du Royaume marocain, son nom est Maamora (en arabe: معمورة prononcée dialectiquement "Maâmoura"), du haut de ses 800 000 hectare elle est considérée selon plusieurs institutions comme être la plus vaste forêt de chêne-liège de la méditerranée, elle occupe 123 000 ha de domaine forestier et longeant respectivement la ville de: Kénitra, Rabat, Salé, et Khemisset.

Faune et flore de maâmora[modifier | modifier le wikicode]

Du côté de la faune, mamora abrite des espèces très variées les unes aux autres on peut y trouver 326 espèces d'oiseaux et d'autres animaux, ainsi qu'un aspect botanique des plus vastes de la région méditerranéenne d'autant plus qu'elle recouvre plus de la totalité de sa surface en ressource chêne-liège (Quercus suber), qui actuellement presque une partie y est restaurée en Eucalyptus.

L'Oued Sebou[modifier | modifier le wikicode]

Embouchure de l'Oued Sebou.

Également dans la revue "NordSud", ils consacrèrent une partie de leurs paragraphes pour s'attarder à l'une des plus vaste ressources agricoles du Gharb: L'Oued Sebou.

Ce fleuve marocain qui prend ses sources dans le moyen-atlas a une longueur totale de 614 km, il s'étend de l'Océan atlantique jusqu'au delà de Fès en passant par Kénitra, en allant de l'Ouest à l'Est, il n'est pas connu seulement pour sa grandeur, mais bien pour la fertilité de ses terres et les possibilités agricoles de tous genre comme, le souligne si bien la revue citée précédemment.

Activités touristiques[modifier | modifier le wikicode]

Bien que le taux de tourisme ait régressé ces dernières années, cependant les activités et lieux à visiter se sont multipliés et généralisés on peut y trouver:

◆Le site de Mehdia avec sa Kasbah historique.

◆La forêt de Maâmora ou le lac de Sidi-Boughaba (zone humide).

◆Le port de Kénitra sur le sebou (qui est le premier et unique port fluvial marocain).

◆La bibliothèque municipale du centre ville; etc...

Sources[modifier | modifier le wikicode]

Lyautey sur wikipedia.

Tourisme (office nationale de tourisme-maroc).

Port Lyautey (Souvenir).

L'économiste (Journal l'économiste sur la forêt de mamora)

▪Journal NordSud numéro 2 (août 1932).

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Article connexe[modifier | modifier le wikicode]

Rabat.

Histoire du Maghreb pendant la colonisation française.

Histoire du Maroc.


Portail du Maroc —  Tous les articles sur le Maroc.