Hagiographie

« Hagiographie » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher
Une enluminure extraite d'un manuscrit hagiographique du XIIIe siècle sur Saint Alban

L’hagiographie représente :

  • un domaine de l'histoire de la religion consacré à l'étude de la vie et des actions des saints (autrement dit, une partie de la théologie), aussi celui de la littérature ou un livre dédié à la vie d'un ou plusieurs saints et le (s) vénérant ;
  • par extension, dans un sens moderne, une biographie qui loue un personnage avec excès (qui l'idéalise ou l'idôlatre1 ; voire suite à une commande rémunérée), le traite avec grand respect, comme s'il était un saint.

On parle parfois de légende dorée2, qui met en évidence le caractère enjolivé de cette façon de traiter une histoire, avec peu ou pas de réalisme. Et l'on emploie aussi l'adjectif hagiographique pour ce qui s'y rapporte (comme la littérature hagiographique).

Origine du mot[modifier | modifier le wikicode]

C'est un mot du XIXe siècle, dérivé de hagiographe, qui lui-même remonte à la fin du XVe (on l'écrivait alors agiographe) et vient du latin hagiographa.

On peut parler des Hagiographes ou Livres hagiographes (ceux de l'Ancien Testament, qui ne sont pas attribués à Moïse et aux autres prophètes), d'hagiographes ou d’écrivains hagiographes (les auteurs des Livres hagiographes) ; et par extension, d'un biographe qui donne une image trop flatteuse du personnage qu'il décrit.

Littérature religieuse[modifier | modifier le wikicode]

L’hagiographie concerne précisément la branche littéraire ou un ouvrage portant sur la vie des saints (comme leurs épreuves ou leur mort), mais aussi sur les martyrs, les moines saints, les évêques, les princes et les vierges, comme sur des miracles liés aux sépultures3, aux reliques4, aux icônes ou aux statues de saints.

Ce type d'écrit littéraire, dans le christianisme, était une forme de propagande très répandue au Moyen Âge (au cours duquel l'habitude était de lire à haute voix lors d'une cérémonie religieuse ou des repas de fête dans les réfectoires des monastères). La collection hagiographique la plus importante est peut-être la Légende dorée, une vie des saints écrite par le dominicain italien Jocabus - dit Jacques - de Voragine pendant le Haut Moyen Âge (XIIIe siècle). Mais ce genre a quasiment disparu dans la littérature moderne, excepté de façon critique par les Jésuites à partir du XVIIe siècle. Il était né au IIe siècle dans le but de glorifier et d'instruire, de porter à la vertu ou à la piété les lecteurs.

L'hagiographie a une importance historique en raison du rôle essentiel que jouait la vénération des saints au Moyen Âge, chez les chrétiens de l'Orient comme de l'Occident ; également parce qu'elle fournit les quelques témoignages précis existant aussi bien sur les croyances et les traditions religieuses que sur la vie quotidienne, les institutions et les événements de l'époque.

Biographies non religieuses[modifier | modifier le wikicode]

Le Premier Consul franchissant les Alpes au col du Grand-Saint-Bernard, David, 1801
Depuis les pharaons de l'Égypte antique jusqu'à nos jours, les personnages puissants comme les rois et les empereurs ont veillé à ce que leur histoire soit représentée de la façon la plus glorieuse possible.

Un exemple parmi d'autres, autre que littéraire : lorsque l'empereur Napoléon Ier a commandé au peintre David un portrait officiel, il s'est fait représenter au passage du col du Grand-Saint-Bernard, lors de la campagne d'Italie, monté sur un cheval cabré.

Bonaparte franchissant les Alpes, Laroche, 1848

Si l'on compare avec une autre représentation du peintre Delaroche, quelques années après la mort de Napoléon, celle-ci donne une image moins glorieuse mais plus réaliste : le passage du col n'était possible qu'à dos de mule, qui a le pied bien plus sûr qu'un cheval5.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Sources6[modifier | modifier le wikicode]

Aussi voir les notes ci-dessous.

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Idéaliser, c'est donner à quelque chose ou quelqu'un, un caractère idéal, qui rassemble toutes les perfections pouvant être imaginées par l'esprit sans tenir compte de la réalité ; idôlatrer, c'est adorer, aimer avec passion.
  2. Sans doute en référence à la célèbre hagiographie de la Légende dorée (voir Littérature religieuse).
  3. Une sépulture est le lieu où l'on enterre les morts, au sens de tombe (fosse recouverte d'une dalle de pierre) ou tombeau (monument élevé).
  4. Une relique désigne ce qui reste du corps d'un saint.
  5. Iconographie de Bonaparte franchissant les Alpes sur Napoleon. org.
  6. Les sources en ligne citées ont été consultées le 2 juin 2007.

Lien externe[modifier | modifier le wikicode]

Article mis en lumière la semaine du 27 août 2007.
Portail des religions —  Fêtes religieuses, textes sacrés, fondateurs des religions...
Portail de la littérature —  Tous les écrivains, les poètes, les romans…
Icone chateau.png Portail de l'Histoire —  Toute l'Histoire, de la préhistoire, jusqu'à aujourd'hui.