Guerres pendant le Consulat

« Guerres pendant le Consulat » expliqué aux enfants par Vikidia, l’encyclopédie junior
Aller à : navigation, rechercher

Lorsqu'après avoir abandonné son armée en Égypte (août 1799), Napoléon Bonaparte rentre en France, celle-ci est en guerre contre l'Angleterre, l'Autriche et la Russie. Après les victoires de Napoléon à Marengo et de Moreau à Hohenlinden, l'Autriche demande la paix en 1801. L'Angleterre victorieuse sur la mer, mais en proie à de grandes difficultés économiques et sociales consent à faire la paix en 1802. La guerre, commencée en 1792, cesse provisoirement. Bonaparte devient un héros.

La guerre contre l'Autriche[modifier | modifier le wikicode]

Bonaparte franchissant les Alpes au col du Grand-Saint-Bernard. Tableau de Delaroche 1852. Bonaparte renouvellant l'exploit d'Hannibal

À la fin de 1799, la situation militaire de la France est difficile. Le pays a échappé à l'invasion, grâce aux victoires de l'armée de Masséna contre les Russes en Suisse et à celles de l'armée de Brune en Hollande contre les Anglo-Russes. Mais le nord de l'Italie, occupé par les Français depuis 1797, est perdu sauf Gênes qui résiste aux Autrichiens. En Allemagne, l'armée du général Jourdan a été rejetée sur le Rhin par les Autrichiens.

Devenu Premier Consul, le général Bonaparte décide de reprendre l'offensive. Il se rend en Italie qu'il connaît bien depuis ses brillantes campagnes de 1796-1797. Il passe le col enneigé du Grand-Saint-Bernard, dévale dans la plaine du Pô, entre triomphalement dans Milan et prend ainsi les Autrichiens à revers. Bonaparte triomphe très difficilement des Autrichiens à la bataille de Marengo en juin 1800 et débloque l'Italie. Il rentre précipitamment à Paris où certains de ses ministres complotent contre lui. Son retour est un triomphe dans chaque ville où il passe. Pendant ce temps l'armée française réoccupe le nord de l'Italie jusqu'à Venise.

En Allemagne, l'armée du général Moreau bat les Autrichiens à Hochstadt puis les écrase à Hohenlinden le 3 décembre. Vienne, capitale de l'Autriche, est menacée d'invasion. Fin décembre, l'archiduc d'Autriche, l'empereur François II demande la paix. Signée à Lunévile en 1801, celle-ci confirme la mainmise de la France sur le nord de l'Italie et sur la rive gauche du Rhin en Allemagne et en Hollande.

La paix avec l'Angleterre[modifier | modifier le wikicode]

La réconciliation franco-britannique après la Paix d'Amiens. caricature de James Gillray. 1851

Au début du Consulat, l'Angleterre occupe l'île de Malte, et la capitulation de l'armée française d'Égypte en 1801, la débarrasse d'un concurrent sérieux. Avec Gibraltar, l'Angleterre contrôle désormais tous les mouvements maritimes en mer Méditerranée. Mais, en Angleterre la situation intérieure est critique. La disette, la hausse importante des prix, l'augmentation des impôts pour financer la guerre provoquent de profonds mécontentements. William Pitt, premier ministre anglais et farouche adversaire de la France révolutionnaire depuis 1793, doit démissionner en 1801.

Les négociations de paix entre la France et l'Angleterre commencent alors et vont aboutir à la paix d'Amiens en mars 1802. L'Angleterre promet de rendre l'Égypte à l'Empire turc, et l'île de Malte aux chevaliers de Saint Jean. Par contre, elle conserve l'île de Ceylan qui lui ouvre les portes de l'Inde et l'île antillaise de Trinité, riche productrice d'épices et porte des colonies espagnoles d'Amérique centrale. La France évacue les ports napolitains (qu'elle occupe depuis la paix de Lunéville). Par contre, rien n'est décidé sur la présence française en Belgique et en Hollande (présence qui avait motivée l'entrée en guerre de l'Angleterre en 1793). Il n'y a rien sur les relations commerciales entre les deux pays qui sont des rivaux dans ce domaine. La paix d'Amiens est en fait une paix provisoire qui doit permettre aux deux adversaires de souffler avant la reprise des hostilités. Elle permet à Napoléon Bonaparte d'apparaître comme l'homme de la paix retrouvée après dix années de guerre interrompue. Il va en profiter pour étendre son pouvoir (adoption du Consulat à vie en août 1802).

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]

Vikiliens pour compléter sur l'histoire du Consulat[modifier | modifier le wikicode]

Vikiliens pour compléter sur les guerres napoléoniennes[modifier | modifier le wikicode]


Francestubmap.png Portail de la France —  Accédez au portail sur la France.
Journal-des-chemins-de-fer-image-titre.png Portail du XIXe siècle - Tous les articles concernant les années 1801 jusqu'à 1900.
Portail de l'histoire militaire —  Tous les articles sur l'histoire militaire, les batailles, les chefs de guerre...